Mes derniers avis ROMANS: 

Mes derniers avis BD & Mangas

  Mes derniers avis BD et MANGAS:  


jeudi 9 mai 2019

Filles de la mer (Mary Lynn Bracht)




Titre original: White Chrysanthemum
Traduction: Sarah Tardy
Nationalité de l’auteur: Américaine
Editions Pocket (21 Février 2019)
numéro 17343
416 pages
ISBN-10: 2266287540
ISBN-13: 978-2266287548
Genre: Historique
Lu le: 30 Avril 2019
Ma note: 17/20



Résumé/4ème de couverture:

Corée, 1943. Hana a vécu toute sa vie sous l'occupation japonaise. En tant que haenyeo, femme plongeuse en mer, elle jouit sur l'île de Jeju d'une indépendance que peu d'autres Coréennes peuvent encore revendiquer. Jusqu'au jour où Hana sauve sa sœur cadette, Emi, d'un soldat japonais et se laisse enlever à sa place. Elle devient alors, comme des milliers d'autres Coréennes, une femme de réconfort en Mandchourie. Emi passera sa vie à chercher Hana et à essayer d'oublier le sacrifice que sa sœur a fait. Mais les haenyeo sont des femmes de pouvoir et de force... 
Plus de soixante ans plus tard, Emi saura-t-elle affronter le passé et les horreurs de la guerre pour retrouver enfin la paix ? 

Mon avis:

            Ce n’est que quelques heures avant de le recevoir par surprise dans ma boîte aux lettes par les éditions Pocket (merci Emmanuelle), que j’ai vu passé ce livre, qui m’a tout de suite interpellé tant par son histoire que par les avis unanimes ! Et je rejoins entièrement et pleinement ces derniers : ce livre est une merveille par tout ce qu’il raconte et décrit au sujet de ce pan de la Seconde Guerre Mondiale, quais inconnu, mais il est aussi extrêmement dur. Un roman puissant, bouleversant mais nécessaire.

Points de vue/Critiques:

            Avec « filles de la mer », Mary Lynn Bracht nous fait voyager entre la Corée, la Mongolie et la Mandchourie mais aussi dans le temps, en alternant le point de vue d'Hana dans les années 1940 et celui d'Emi dans les années 2010. Le lien qui unit ces deux femmes devient vite évident et ne sera absolument pas l’enjeu de cette histoire. Car à travers leurs vies respectives, ce sont deux mœurs différentes, vécues à différents moments qui sont dénoncés. Avec Emi, nous découvrons le temps (timide) de la rédemption et des conséquences de tout ce qu’a pu vivre des filles comme Hana, à l’époque de la guerre.

            Ayant appris de nombreuses choses à propos de la Seconde Guerre Mondiale et lu beaucoup de livres divers à ce sujet, on est amené à se dire que l’on sait tout ou presque de ce pan de l’Histoire. Et force est de constater, grâce à un livre tel que « Filles de la mer », que c’est loin d’être le cas. Il y a eu tellement de pays impliqués et de répercussions toutes plus inimaginables les unes que les autres sur les populations, que l’on est donc amené à être surpris et à découvrir de nouvelles choses plus de 70 ans après. Dans le roman de Mary Lynch Bracht, nous apprenons ainsi l’existence des « femmes de réconfort » de l’Occupation Japonaise en Corée. Encore aujourd’hui, il s’agit d’un sujet encore sensible voire tabou, que se soit pour la Corée ou le Japon. D'après certains historiens, ce serait entre cinquante et deux cent mille femmes coréennes qui auraient été kidnappées, piégées ou vendues comme esclaves sexuelles par et pour l'armée japonaise durant la période de la colonisation de la Corée par le Japon. Et seule une poignée aurait survécut pour témoigner… Ce sujet méconnu que l’on découvre à travers la vie de Hana, est extrêmement bouleversant et dur. Il m’en faut personnellement beaucoup dans un livre pour m’atteindre et me soulever le cœur, mais ici, dés le début, j’ai dû faire des pauses… On retrouve tout au long du roman une ambiance lourde de soumission, de peur et de trahison qui est très effrayante et qui devient horrifiante par moment. Même les rares moments où Hana semble rencontrer la chance et la bonté d’autrui, on a du mal à y croire et on vibre de peur pour elle.

            Le sujet des femmes de réconfort n’est pas le seul que l’on découvre dans cette histoire puisque l’on retrouve la tradition des haenyeo, ces femmes plongeuses qui, depuis des décennies, plongent librement et sans équipent en pleine mer pour pêcher et pour pourvoir activement à la survie de leur famille au même titre que leur époux.

En bref:


            Avec « Filles de la mer », Mary Lynn Bracht offre une histoire puissante et bouleversante en dénonçant les aberrations survenues en temps de guerre et met en lumière tout un pan jusque là méconnu voire tabou : celui des « femmes de réconfort » de l’Occupation Japonaise en Corée. Ces filles de la mer que sont Emi et Hana sont profondément bouleversantes et touchantes et incarnent des symboles par toutes les souffrances qu’elles ont vécus. L’horreur de leur parcours et les difficultés qu’elles surmontent m’a frappé en plein cœur : on ressort de cette lecture totalement chamboulé. Une lecture dure mais nécessaire !

2 commentaires:

  1. J'en avais déjà beaucoup entendu parler, mais tu enfonces le clou :) Il faut absolument que je lise ce livre !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien contente d'enfoncer le clou car oui c'est une lecture choc, indispensable et très intéressante!

      Supprimer