Mes derniers avis ROMANS: 

Mes derniers avis BD & Mangas

  Mes derniers avis BD et MANGAS:  


mercredi 3 avril 2019

Le lilas ne refleurit qu'après un hiver rigoureux (Martha Hall Kelly)




Titre original: Lilac Girls
Traduction: Géraldine d'Amico
Nationalité de l’auteur: Américaine
Editions Pocket (3 Janvier 2019)
672 pages
ISBN-10: 226628987X
ISBN-13: 978-2266289870
Genre: Historique
Lu le: 13 Mars 2019
Ma note: 18/20




Résumé/4ème de couverture:

Septembre 1939 : les hordes nazies déferlent sur la Pologne. Commence alors, pour trois femmes que tout oppose, un terrible et rigoureux hiver... 
Il y a Caroline, d'abord. L'ancienne actrice américaine vit dans l'opulence, mais la guerre en Europe va bouleverser tout son quotidien... Kasia ensuite, cette jeune Polonaise qui rentre en Résistance, au péril de sa vie et de celles des siens. Herta, enfin, que son ambition dévorante jettera parmi les monstres – au point de s'y conformer. 
Toutes trois l'ignorent encore mais elles ont rendez-vous, au plus noir de l'hiver : au camp de Ravensbrück... 
Un premier roman remarquable sur le pouvoir méconnu des femmes à changer l’Histoire à travers la quête de l'amour, de la liberté et des deuxièmes chances. 

Mon avis:

            Voici encore un livre qui m’intéressait dès sa sortie et dont j’attendais la sortie poche avec grande impatience. A l’image du « chant du rossignol » qui traite du même sujet, « le lilas de refleurit qu’après un hiver rigoureux » a eu lui aussi des avis unanimes et grandiloquents ! La comparaison n’est donc que logique et pour moi qui avait beaucoup aimé « Le chant du rossignol », mais dont certaines petites choses m’avaient dérangé empêchant un réel coup de cœur, pour ce livre de Martha Hall Kelly, il n’y a pas photo : c’est un coup de cœur !!

Points de vue/Critiques:

            Les livres traitant de la Seconde Guerre Mondiale sont nombreux. Et pour se distinguer de ces autres livres « Le lilas ne refleurit qu’après un hiver rigoureux » a deux composantes singulières qui m’ont particulièrement plu. La première c’est de mettre à l’honneur trois femmes différentes : avec une actrice humanitaire américaine (Caroline), une adolescente polonaise (Kasia) et un médecin allemand (Herta), elle nous donnent clairement et radicalement une vision différente de la guerre. De plus, comme bon nombre de livre chorale (pas forcement sur la guerre), nous soupçonnons le fait que tous les personnages vont finir par être reliés les uns aux autres à un moment donné ou un autre. Mais ici… pas tout à fait… !! Et la deuxième particularité de ce livre c’est l’étendue temporelle prise en compte dans l’histoire. En effet, cette dernière ne se limite pas au début et à la fin de la guerre. Non, non seulement l’histoire commence bien avant le début de la guerre, nous montrant comment la montée du nazisme et d’Hitler a été perçue, notamment de l’autre côté de l’Atlantique, qui a été très intéressant de découvrir selon le point de vue de Caroline, mais en plus l’histoire se poursuit au-delà de la fin de la guerre, nous permettant de suivre encore pendant encore un bout de temps ces femmes afin de savoir ce qu’elles sont devenus par la suite, comment elles s’en sont sorties etc.

            Les trois femmes sont toutes plus inspirantes les unes que les autres, chacune nous en apprend énormément de part sa fonction, ses actions, ou sa nationalité. Je ne peux donc pas dire que j’en ai « préféré » une plutôt que les autres : Caroline m’a touché par sa bonté, sa générosité et sa volonté d’agir et de ne pas rester les bras croiser ; Kasia m’a impressionné par tout ce qu’elle a vécu car elle a toujours conservé cette force intérieure incroyable et Herta m’a fait énormément douté, je n’arrivais pas vraiment à la cerner, n’arrivais pas à la placer dans un camp car elle incarne tout simplement une génération endoctrinée qui n’a pas réussi à sortir la tête de l’eau.

            Les recherches historiques pour nous offrir un texte aussi riche en qualité et en éléments sont remarquables. L’autrice nous explique toutes ses démarches à la fin du livre et nous renseigne ce qui a réellement existé, ce qui est totalement inventé et ce qui a été adapté et romancé. Les atrocités vécues à cette époque sont telles, que malheureusement, on apprend encore aujourd’hui de nombreuses et nouvelles choses par le biais d’ouvrages comme celui-ci. Et pour décrire les atrocités vécues notamment à Ravensbrück, dans ce camp de concentration réservée aux femmes, l’autrice finalement ne fait pas de descriptions : les mots sont « lâchés simplement » comme ça, conférant encore ce sentiment glaçant et horrifiant. .

En bref:


« Le lilas ne refleurit qu’après un hiver rigoureux » a tenu toutes ses promesses et bien au-delà puisque ce fut un réel coup de cœur. D’un réalisme saisissant (les recherches historiques sont formidables), Martha Hall Kelly signe ici un récit puissant, poignant, bouleversant, un véritable arc-en-ciel d’émotions. A travers Caroline, Kasia et Herta, c’est la vision de la Seconde Guerre Mondiale selon trois femmes radicalement différentes qui nous entrainent dans cette magnifique fresque historique, mettant en scène aussi bien la noirceur de l’âme humaine que l’espoir et la solidarité féminine.

2 commentaires:

  1. Ce livre a l'air tellement bien.
    J'ai super envie de le lire depuis longtemps.
    Tu enfonces le clou :)
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Haaaa je suis très contente d'enfoncer le clou, car vraiment, ce livre vaut le détour, on regrette de ne pas l'avoir lu avant une fois qu'on l'a terminé! Et en même temps, j'aimerais retrouver mon ignorance d'avant lecture, c'est tellement chouette de découvrir cette fabuleuse histoire!!

      Supprimer