Mes derniers avis ROMANS: 

Mes derniers avis BD & Mangas

  Mes derniers avis BD et MANGAS:  


lundi 8 avril 2019

L'atelier des souvenirs (Anne Idoux-Thivet)






Nationalité de l’auteur: Française
Editions Pocket (3 Janvier 2019)
numéro 17312
352 pages
ISBN-10: 2266285866
ISBN-13: 978-2266285865
Genre: Contemporain
Lu le: 22 Mars 2019
Ma note: 16/20



Résumé/4ème de couverture:

            Jeune diplômée un peu timide, Alice végète à Paris. La maison héritée de sa grand-mère, dans la Meuse, sera l'occasion d'un nouveau départ. Armée de son seul courage, elle propose ses services aux maisons de retraite environnantes. Son idée ? Animer des ateliers d'écriture auprès de pensionnaires qui ne demandent qu'à se raconter. Germaine la bougonne, la très posée Suzanne, l'impeccable Georges, Jeanne, Lucien... Tous lui ouvrent bientôt leur boîte à souvenirs. Mais il est une chose qui les intéresse bien plus que leur passé : l'avenir d'Alice, ce cœur solitaire qu'ils vont s'employer à rallumer...

Mon avis:

            Il y a des livres comme ça, sans connaitre l’auteur ni le résumé, qui vous font envie rien qu’avec la couverture et pour lesquels vous savez que l’histoire concorde avec vos goûts et va vous plaire. Ce fut exactement le cas pour moi avec « l’atelier des souvenirs » de Anne Idoux-Thivet que je découvre également avec ce titre. Ce livre s’est révélé en accord avec ce que j’en pensais : une histoire douce et tendre offrant un très bon moment de lecture emplit de douceur et d’émotion.

Points de vue/Critiques:

            Dés le début, j’ai beaucoup aimé le personnage d’Alice puisqu’en la découvrant au premier abord, on se dit qu’elle reflète très bien les jeunes actifs d’aujourd’hui. En effet, c’est une jeune femme qui a fait de longues études et au moment de rentrer dans la vie active, elle ne rencontre que des portes fermées l’emmenant tout droit sur les sentiers du chômage, dans lesquels on s’englue facilement. Mais après plusieurs années d’inactivité, elle décide de prendre le taureau par les cornes, de se concentrer sur ce qu’elle aime vraiment faire et de monter sa propre petite entreprise. Elle décide donc d’animer des ateliers d’écriture dans les maisons de retraite. A travers le parcours passé, présent et futur d’Alice, l’auteure a parfaitement su retranscrire ce qu’il se passe de nos jours : les études n’apportent pas toujours de débouchés, alors qu’à l’opposé, on a besoin de main d’œuvre dans des secteurs ne nécessitant pas de longues théories et qui sont moins valorisés, mais qui nécessite tout simplement de l’humain.

            Les autres personnages rencontrés seront essentiellement composés des « petits vieux » des maisons de retraire qui seront une petit dizaine, sans compter les personnages annexes (personnels soignants, famille), ainsi que les enfants des écoles puisque l’atelier d’Alice va permettre de créer une passerelle entre les plus jeunes et les plus vieux. Cette multitude de personnage va permettre de créer un ensemble unifié, une sorte de petite famille, qui va bien sur comploter autour de la vie amoureuse d’Alice. C’est pourquoi, ce livre peut faire penser et est à rapprocher du livre de Valérie Perrin « Les oubliés du dimanche ».

            Si la vie amoureuse d’Alice dans le roman n’est pas ce qu’il y a de plus passionnant, hormis le fait qu’elle permet aux pensionnaires de la maison de retraire de s’attacher à quelqu’un de jeune leur rappelant leur famille et de dynamiser leur quotidien, c’est véritablement les écrits et les compositions effectués durant l’atelier qui émerveillent. En effet, Alice regorge d’idées afin de faire vivre pleinement cet atelier et ne pas le rendre monotone et j’ai trouvé cet aspect pédagogique réellement enrichissant et incroyable. Si des personnes travaillent dans ce genre d’établissement, ce livre serait très intéressant à lire afin d’y puiser de nombreuses idées. Ainsi, l’atelier commence par des compostions libres des pensionnaires, qui doivent imaginer et composer une petite histoire (ou un poème), à partir de nom de lieux piochés sur une carte de la région, à partir de photos, ou encore à partir de collages effectués par des enfants. Et c’est à travers tous ces différents supports, que tous ces « petits vieux » vont se livrer personnellement sur leur passé, leur vécu ou leurs espoirs, révélant au grand jour leur fort et distincts caractères. Ce sont ces passages que j’ai le plus apprécié, aucun personnage n’est écarté. C’est beau, poétique et touchant et leur dialogue sont emprunt de tendresse, d’amour et de beaucoup de sagesse.

En bref:

            Même si l’histoire d’une jeune femme qui commence sa vie active dans une maison de retraite est un sujet déjà abordé en littérature, « L’atelier des souvenirs » de Anne Idoux-Thivet a su pleinement me toucher et me séduire. En effet, le personnage d’Alice retranscrit parfaitement les difficultés actuelles liées au travail. Sa vie amoureuse qui s’aura divertir les pensionnaires des maisons de retraire et des élèves des écoles n’est pas des plus surprenante, mais c’est surtout l’atelier qui est très intéressant, apportant également une touche de pédagogie. Ainsi, à travers les écrits de tous les « petits vieux » qui replongent dans leurs passés et leurs souvenirs, on passe de merveilleux moment de douceur, de nostalgie, de tendresse et de sagesse.


2 commentaires:

  1. J'aurais peut être du commencer par ce titre pour découvrir l'auteure... En effet, je viens de lire "Les Oscillations du cœur", et j'en ressors pas émerveillée...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ha mince...! Je ne sais pas si j'ai envie de lire les autres livres de l'autrice, mais en la découvrant avec celui-ci, j'ai en tout cas fait bonne pioche! ;)

      Supprimer