Mes derniers avis ROMANS: 

Mes derniers avis BD & Mangas

  Mes derniers avis BD et MANGAS:  


lundi 15 avril 2019

J'ai dû rêver trop fort (Michel Bussi)






Nationalité de l’auteur: Française
Editions Presses de la Cité (28 Février 2019)
480 pages
ISBN-10: 2258162831
ISBN-13: 978-2258162839
Genre: Thriller
Lu le: 4 Avril 2019
Ma note: 16/20




Résumé/4ème de couverture:

Les plus belles histoires d'amour ne meurent jamais.
Elles continuent de vivre dans nos souvenirs et les coïncidences cruelles que notre esprit invente.
Mais quand, pour Nathy, ces coïncidences deviennent trop nombreuses, doit-elle croire qu'il n'y a pas de hasard, seulement des rendez-vous ?
Qui s'évertue à lui faire revivre cette parenthèse passionnelle qui a failli balayer sa vie ?
Quand passé et présent se répètent au point de défier toute explication rationnelle, Nathy doit-elle admettre qu'on peut remonter le temps ?

Mon avis:

            Challenge « Mars au féminin » oblige, j’étais impatiente d’être au mois d’Avril pour enfin me délecter du dernier roman de Michel Bussi. Et délectation suprême quand on improvise dessus une lecture commune avec la plus chouette des Marseillaise : Stelphique (dont vous pourrez retrouver la très jolie chronique façon poème fait maison ici). Comme elle, j’ai beaucoup aimé cette nouvelle histoire, je ne suis pas déçue : de la romance, du voyage, des mystères et même une pointe de fantastique sont au rendez-vous pour ce nouvel opus. De ce fait, je n’ai absolument pas retrouvé les codes habituels du thriller ou policiers comme Michel Bussi nous avait habitué jusqu’ici. Le classement dans ce genre pour ce livre est donc très hasardeux, voire mensonger pour moi, d’autant plus que, personnellement, je n’ai pas pu m’empêcher de rapprocher cette histoire à ce que l’on pleut plutôt retrouver chez Guillaume Musso ou Marc Lévy, qu’à cela ne tienne !

Points de vue/Critiques:

Du fait du métier de Nathalie, hôtesse de l’air, métier qui prend en plus une place importante dans l’intrigue, on va aussi littéralement partir en voyage au quatre coins de la planète : Montréal, Los Angeles, Barcelone et Jakarta. Les destinations s’enchaînent et c’est un vrai plaisir de parcourir le monde avec Nathalie à la découverte des paysages et des cultures propres à chacun des pays, au gré des ses aventures.

Car ces destinations sont véritablement le point de départ de toute l’intrigue. Très vite, nous comprenons la grande part de mystère : Nathalie revit étrangement tout ce qu’elle a pu vivre il y a 20 ans dans les moindres détails. Le livre est donc découpé en court chapitres, passant de 2019 pour revenir de façon alternée en 1999. Une dynamique parfaite, efficace pour faire défiler les pages afin de se poser plein de questions et de comprendre jusqu’où ira cette machinerie incompréhensible. Mais il est vrai qu’à un tout petit moment, le fait de lire et de revivre exactement les mêmes choses entre les deux époques était presque lassant puisque dépourvus de surprises et de nouveauté…
Quoiqu’il en soit, toutes ces coïncidences sont trop nombreuses et précises pour qu’elles soient uniquement dues au hasard. A quoi est-ce dû ? Qui est derrière tout ça ? Quel est le but ? Autant de questions qui forment le mystère de l’histoire qui frôle donc parfois avec le fantastique. Et de part ces dimensions mystérieuses mi réelles mi irréalistes, il est pour moi très difficile de concevoir ce livre comme un thriller. Même si les autres livres de l’auteur sont classés dans ce genre, que je qualifierais plutôt de policiers par leur approche, ici il n’en est clairement pas le cas. Au contraire, on se place plutôt dans une histoire contemporaine, voire une romance, davantage proche de ce que Guillaume Musso ou Marc Lévy ont l’habitude de faire. Autant vous dire que vous moi, je suis complétement conquise ! Mais cette distinction dans le genre attribué doit être en tête avec de commencer « J’ai dû rêver trop fort », au risque de faire peut-être certain déçus adepte du genre ou de l’auteur…

En bref:


            Le nouveau roman de Michel Bussi « J’ai dû rêver trop fort » est une réussite et nous fait encore passer un excellent moment. Mais pour se démarquer avec cette nouvelle histoire, non seulement l’auteur nous fait voyager avec délectation et passion au quatre coins du monde par le biais de son personnage principal, Nathalie, hôtesse de l’air, mais en plus, et surtout même, c’est un nouveau roman qui s’inscrit dans un registre plutôt différent des autres livres. En effet, malgré la classification (habituelle) en thriller, cette histoire certes, énigmatique, revêt surtout un caractère plus doux, plus poétique et plus romantique !

2 commentaires:

  1. je vais le lire à n'en point douter. en plus, ma mère l'a... je n'ai plus qu'à aller puiser dans la bibliothèque !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Parfait! oui discrètement, tu pourras aller le piocher et comme il se lit très vite, comme tous les livres de Michel Bussi, tu pourras le remettre tout aussi discrètement dans la bibliothèque de ta maman! ;)

      Supprimer