Mes derniers avis ROMANS: 

Mes derniers avis BD & Mangas

  Mes derniers avis BD et MANGAS:  


jeudi 7 mars 2019

La tectonique de l'être (Arnaud Lequertier)






Nationalité de l’auteur: Française
Auto-édité (9 janvier 2019)
256 pages
ISBN-10: 295610179X
ISBN-13: 978-2956101796
Genre: Contemporain
Lu le: 24 Février 2019
Ma note: 15/20





Résumé/4ème de couverture:

Imaginez…

Vous décompressez lors d’un séminaire professionnel sous le soleil de Marrakech entre thé à la menthe et champagne, le tout aux frais de la princesse, lorsque lors d’un anodin exercice de « Team building », vous plongez innocemment vos yeux dans le regard d’un collègue hispanique. Oh pas longtemps, à peine soixante secondes. Et pourtant, les pensées et émotions qui vont remonter à la surface lors de cet intense échange silencieux risquent bien de chambouler votre existence, qui sera dès lors condamnée à dérailler de son agréable train-train quotidien.

Cela vous semble farfelu ? À Anna aussi probablement, du moins jusqu’à ce qu’elle ne l’expérimente. Car cet épisode sera pour elle le premier domino d’une réaction en chaîne qui l’emmènera très loin. Jusqu’au bout du monde.

Un tour du monde pour fuir ? Ou au contraire, pour se réaliser ? Comme souvent, la vérité ne se trouve ni dans le noir, ni dans le blanc, mais bien dans le gris…

Après Le bigorneau amoureux, Arnaud Lequertier nous invite à embarquer pour un voyage haut en couleurs autour du globe à la rencontre des forces souvent contradictoires qui sommeillent en chacun de nous et ne demandent qu’à s’affirmer.

Mon avis:

            Merci une nouvelle fois à l’auteur, Arnaud Lequertier, pour m’avoir fait confiance et envoyé son deuxième livre en auto-édition. En effet, malgré le fait que je n’accepte dorénavant plus de prendre et de lire des livres auto-édités (quelques petits soucis et déceptions expliquent cela, sans compter les trop nombreuses demandes quasi quotidiennes…), son premier livre « Le bigorneau amoureux » avait été une bonne lecture, je ne me voyais pas (et n’avais pas envie de) refuser cette demande. Ce nouvel opus nous promet du voyage et c’est le cas, ponctués de nombreuses péripéties qui dynamisent parfaitement ce récit effréné qui nous entraîne aux quatre coins de la planète. Dommage que la construction de l’histoire autour des différents personnages ne soit pas plus linéaire, ce qui ne pose pas de problème à proprement parlé, mais qui nous fait juste dire « dommage ».

Points de vue/Critiques:

            Quand on voyage avec Anna des Etats-Unis jusqu’à Bali, en passant par l’Amérique du Sud et l’Australie, on peut dire que la promesse du voyage est plus que respecter puisque c’est véritablement un tour du monde qui nous est proposé, à travers les yeux de l’héroïne, et en nous offrant des descriptions de paysages magnifiques. Mais le récit ne serait sûrement pas le même et ne serait pas aussi intéressant, si ce n’était qu’un récit de voyage. En effet, si Anna entreprend cet immense voyage c’est avant tout pour donner un sens à sa vie et trouver les réponses aux questions de la vie, de sa vie, qu’elle s’est soudainement posé, presque du jour au lendemain, sur un coup de tête, lorsqu’elle avait tout pour elle. Mais parce que sa vie semble sans embûche, n’est-ce pas aussi un bon moyen pour se poser des questions existentielles ? J’ai beaucoup aimé cet aspect de l’histoire et l’initiative d’Anna, qui a osé aller jusqu’au bout du rêve de nombreuses personnes.

Dès le début du roman, le voyage aux quatre coins du monde débute. A travers les différents pays, ce sont différents continents qui sont abordés mais aussi différentes cultures. Si on pousse le vice, des informations culturelles auraient pu être plus nombreuses, mais en général, la longueur du récit et les descriptions paysagères sont parfaitement dosées.

En revanche, la construction du récit est plutôt disparate. En effet, nous suivons le personnage principal qu’est Anna, à la troisième personne. Cela nous empêche totalement d’être proche d’elle puisqu’il y a cette barrière invisible, d’autant plus que par moment, des petites phrases correspondant à sa réflexion personnelle (et donc à la première personne) s’immiscent et s’interposent dans l’histoire. A côté de cela, nous retrouvons régulièrement des chapitres courts selon le point de vue des autres personnages (également à la première personne) peuplant au fur et à mesure l’histoire, ce qui est une très bonne idée, apportant un dynamisme supplémentaire et une vision autre. Bref, dommage que ce soit avec « les autres » avec qui on se sent plus proche du fait du récit à la première personne et non pas avec Anna…

En bref:

Avec ce deuxième opus, Arnaud Lequertier récidive sur les bonnes pistes de la bonne lecture. Dans ce nouveau roman, nous partons littéralement en voyage pour faire le tour du monde en compagnie d’Anna qui entreprend cette démarche osée et périlleuse non pas seulement pour le plaisir, mais avant tout pour donner un sens à sa vie, et c’est ce point qui prouve que le récit est travaillé et maîtrisé. La vision des différents personnages rencontrés et les quelques péripéties et aventures d’Anna rythment et dynamisent comme il se doit l’histoire. Une petite déception tout de même réside dans l’utilisation pas vraiment approprié de la première et la troisième personne entre le personnage principal et secondaires, à mon goût.

Autour du livre:
  • Du même auteur :
    • Le bigorneau amoureux (ß chronique à retrouver ici)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire