Mes derniers avis romans:



mercredi 6 février 2019

Territoires (Olivier Norek)





Nationalité de l’auteur: Française
Editions Pocket (8 Octobre 2015)
Collection Thriller
374 pages
ISBN-10: 226625278X
ISBN-13: 978-2266252782
Genre: Thriller
Lu le: 26 Janvier 2019
Ma note: 16/20





Résumé/4ème de couverture:

            Depuis la dernière enquête du capitaine Victor Coste et de son équipe, le calme semble être revenu au sein du SDPJ 93. Pas pour longtemps, hélas ! L'exécution sommaire de trois jeunes caïds va les entraîner sur des pistes inimaginables. Des pains de cocaïne planqués chez des retraités, un chef de bande psychopathe d'à peine treize ans, des milices occultes recrutées dans des clubs de boxe financés par la municipalité, un adjoint au maire découvert mort chez lui, torturé... 
et Coste se retrouve face à une armée de voyous impitoyables, capables de provoquer une véritable révolution. Mais qui sont les responsables de ce carnage qui, bientôt, mettra la ville à feu et à sang ? Avec ce polar admirablement maîtrisé, Olivier Norek nous plonge dans une série de drames terriblement humains et de stratégies criminelles - loin d'être aussi fictives qu'on pourrait le croire - où les assassins eux-mêmes sont manipulés.

Mon avis:

Je continue doucement mais sûrement ma découverte d’Olivier Norek avec le deuxième tome des aventures de Victor Coste. J’avais déjà aimé le premier tome, Code 93, et poursuivre dans cette voie avec « Territoires » est pour moi une valeur sûre, parfait pour un moment où j’avais envie de lire un policier/thriller assez vite. Pour beaucoup de personnes, « Territoires » est le tome préféré de la saga.  Pour ma part, il a parfaitement rempli sa fonction, il a répondu à mes attentes du moment, et je le place en étant ni moins bon, ni meilleur que « Code 93 ».

Points de vue/Critiques:

Avec « Territoires », on retrouve une nouvelle fois tous les codes particuliers du thriller à la sauce Olivier Norek. En effet, en plus de naviguer dans une histoire remplie d’adrénaline, nous plongeons également au cœur d’un milieu extrêmement réaliste. Et sans avoir une histoire hyper palpitante, gore ou glauque à souhait, nous avons tout de même ce sentiment de gêne et de malaise qui vient très certainement du fait que l’auteur n’a pas eu besoin de beaucoup inventé ses histoires dû fait de son métier de lieutenant de police du SDPJ 93…

Entre les nombreux personnages qui s’entrecroisent et qui s’allient ou se trahissent suivant les enjeux, les menaces, les règlements de compte, les explosions, la gestion et la politique des différents milieux : c’est autant d’éléments qui vont font naître une peur et une petite angoisse dés le début du livre et qui ne s’en ira qu’une fois le livre achevé !
Car cette escalade de la violence n’est pas là uniquement pour pimenter les choses non, puisque tous les éléments présents dans cette histoire sont ancrés dans le réalisme, que c’est aussi cela qui fait peur. En effet, la ville de Malceny est une véritable enclave qui obéit à ses propres règles. A travers différents points de vue qui rentrent en effervescence, que se soit celui de la police avec Victor Coste et sa brigade, de la politique avec la Maire ou de la rue avec le trafic de drogues nous suivons le quotidien d’une cité telle que Malceny en vivant à l’intérieur de celle-ci. Et dans cette description de ce monde particulier, tout n’est pas noir ou blanc, il n’y a pas les gentils d’un côté et les méchants de l’autre, le monde gris existe bel et bien. Car quand on vit ans une ville qui est aux mains des trafiquants de drogues, que les pouvoirs politiques sont eux-mêmes corrompus, que les rares associations ou aspects culturels ne sont qu’une façade, que les enfants de 13 ans sont livrés à eux-mêmes et deviennent des psychopathes et que même les personnes âgées sont pris dans cet engrenage, que peut-on faire ? Quelles sont les limites ? Où agir ? Telles sont les questions et les réflexions sur ces problématiques sociales actuelles qui sont soulevées.

Dans cette ville, tout n’est donc qu’une question de jeux et de pouvoir avec toutes les conséquences que cela peut entraîner : le pouvoir est amené par l’argent, qui est lui-même amené par la drogue qui amène le pouvoir etc. C’est donc le serpent qui se mord la queue et quand dans chaque clan, une personne veut ce pouvoir, la confrontation n’est que des plus imminentes !

En bref:

            Avec ce deuxième tome de la saga de Victor Coste, Olivier Norek nous offre une nouvelle fois un thriller rempli d’angoisse avec une histoire qui mêle à la fois les codes de la violence avec la réalité, ce qui renforce cet aspect de peur et d’addiction. Le fait de mêler plusieurs personnages venant de différents horizons mais qui sont les figures majeures dans la gestion d’une cité comme Malceny permet de ne pas avoir un tableau net et tranché de ces situations de banlieues et permet d’obtenir ainsi une bonne satyre sociale.

Autour du livre:

  • Tome 1: Code 93 (<— chronique à retrouver ici)

2 commentaires:

  1. Olivier Norek est un auteur que j'ai très envie de découvrir. J'ai eu une période durant laquelle je ne dévorais que des thrillers, j'en lis moins en ce moment mais ce livre pourrait bien agir comme un détonateur. Il me tarde de lire cet auteur :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui il a un style bien particulier, car il met en avant des histoires "presque" vraies, puisqu'il sait de quoi il parle, c'est comme un reportage, en pleine immersion. En revanche, je ne place pas ses livres comme de réels thrillers, plutôt à mi-chemin avec le bon polar! ;)

      Supprimer