Mes derniers avis ROMANS: 

Mes derniers avis BD & Mangas

  Mes derniers avis BD et MANGAS:  


mardi 27 novembre 2018

Un choix (Nicholas Sparks)



Titre original: The choice
Traduction: Jean-Noël Châtain
Nationalité de l’auteur: Américaine
Editions Le Livre de Poche (8 juin 2011)
378 pages
ISBN-10: 2253157597
ISBN-13: 978-2253157595
Genre: Romance
Lu le: 13 Novembre 2018
Ma note: 14/20
Adaptation: « The Choice » en 2016 avec Teresa Palmer et Benjamin Walker



Résumé/4ème de couverture:

Des amis fidèles, de fabuleux voyages aux quatre coins du monde, un travail passionnant, une maison au bord de l'eau... La vie de Travis Parker a de quoi faire bien des envieux. Seule ombre à ce tableau idyllique : il se sent seul. Impossible pour lui d'entretenir une relation sérieuse avec une femme. Jusqu'au soir où Gabby Holland, sa nouvelle voisine, débarque en furie dans son jardin... Onze ans plus tard, survient un drame qui va non seulement frapper leur couple et la famille qu'ils ont fondée, mais placer Travis devant un dilemme déchirant : jusqu'où devra-t-il aller pour garder son amour vivant ?

Mon avis:

            Lire un livre de Nicholas Sparks, c’est comme boire un bon thé chaud sous un plaid durant de froides journées hivernales: c’est doudou, c’est une valeur sûre. Je commence à avoir mes binômes de référence avec certaines auteurs avec lesquels j’effectue une lecture commune. Pour N.Sparks, c’est avec @cycylolo. 
Parmi les quelques livres de l’auteur que j’ai déjà lu jusque là, « un choix » est considérablement celui qui m’a le moins convaincu, voire presque déçue. Je ne me rappelais plus du film, ce qui est une assez bonne chose pour mieux « découvrir » l’histoire. J’ai trouvé que cette dernière traînait assez en longueur et que la deuxième partie ne reflétait pas du tout la plume de Nicholas Sparks (deuxième partie qui m’a même assez agacée par moment) avec un final qui n’adhère pas du tout à ce que l’auteur nous réserve en général! 

Points de vue/Critiques:

            Une majeure partie du roman est consacrée à la découverte des personnages de Gabby et de Travis, qui finiront par former un couple dans les dernière pages. La mise en route de leur romance et leur histoire en elle-même ne sont pas des plus originales et sont bien souvent assez prévisibles voire clichés, mais puisque nous sommes dans le genre de la romance classique, signé d’un adopte du style, on se dit ok, ça passe, nous sommes d’ors et déjà prévenu avant de commence le livre. Néanmoins, dans la manière de suivre leur histoire, rien n’est surprenant, rien ne sort du commun: nous suivons leur quotidien assez morne et classique. Le sentiment de lenteur et de longueur s’installe donc vite. 
Petit à petit, au fil de l’évolution de la relation entre Gabby et Travis, je ne reconnaissais pas vraiment la plume de Nicholas Sparks. Je pense notamment à cette partie racontant comment Gabby prépare un dîner: l’auteur y met énormément de détails (comment et dans quel ordre Gabby fait toute sa préparation: prend un couteau, prend un torchon, le repose, ouvre le micro-onde etc…), nous donnant ainsi l’impression que l’on assiste à du « brodage » et nous confère donc ce sentiment de longueur…  Et vient ensuite un certain illogisme puisque l’on apprend que Gabby avait prévu des bougies dans la chambre (ce qui veut dire qu’elle savait ou espérait comment se terminerait ce dîner, la petite coquine…) mais elle jouait totalement l’innocente et surtout l’indécise sur ces sentiments envers Travis tout le long de la soirée… Ces détails et ce situations m’ont interpellé et ne m’ont en rien rappelé la plume et la logique de Nicholas Sparks.

Malgré ce classicisme et cette lenteur, l’histoire d’amour de Gabby et de Travis n’en reste pas moins belle! Pour les coeurs tendres et guimauves, les grands romantiques et les adeptes du genre, ils nous offre tous deux une vision attendrissante de l’amour, de la séduction à la construction d’une famille. Autant comme le personnage de Travis est très original et attachant, autant le personnage de Gabby ne m’a absolument pas convaincu. Ses répliques et ses réflexions tellement simples, insipides, voire puériles, déséquilibrent totalement le duo et créent un énorme fossé entre eux deux. 

La dernière partie du roman nous plonge quelques années plus tard, dans le couple de Gabby et de Travis, formant une petite famille bien installée… jusqu’au moment où une situation dramatique va arriver et où le titre du livre prend toute son importance… Et la « résolution » de ce drame m’a de nouveau vraiment étonné puisque là encore, ce n’est pas à ça que nous a habitué l’auteur…  

En bref:

            « Un choix » ne sera résolument pas une des meilleures histoires de Nicholas Sparks, que j’oublierais assez facilement et rapidement. Même si l’histoire d’amour entre Travis et Gabby reste belle et romantique, et fera fondre les coeurs les plus tendres, elle s’inscrit tout de même dans un certain classicisme. Néanmoins, c’est surtout le fait de ressentir presque tout le long du roman, une lenteur palpable, accentuée par des descriptions parfois très poussées, et arriver à un dénouement trop facile et attendu, font en sorte que je n’ai pas eu l’impression de retrouver une histoire réellement signée par Nicholas Sparks, qui nous a habitué à bien mieux dans la construction et le dénouement de ses histoires!

Autour du livre:

  • Film: Réalisé par Ross Katz, sorti le 5 mai 2016, avec Teresa Palmer dans le rôle de Gabby Holland et Benjamin Walker dans le rôle de Travis Parker

  • Du même auteur:
    • A tout jamais (<-- chronique à retrouver ici)
    • Une seconde chance (<-- chronique à retrouver ici)
    • Le temps d'un ouragan (<-- chronique à retrouver ici)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire