Mes derniers avis ROMANS: 

Mes derniers avis BD & Mangas

  Mes derniers avis BD et MANGAS:  


dimanche 25 novembre 2018

Irena



IRENA, TOME 2: LES JUSTES

Scénario: Jean-David Morvan & Séverine Tréfouël
Illustrations: David Evrard
Nationalité des auteurs: Française et Belge
Editions Glénat (22 mars 2017)
Collection Tchô l’aventure…!
72 pages
ISBN-10: 2344020098
ISBN-13: 978-2344020098
Genre: Bande-dessinée
Lu le: 11 Novembre 2018
Ma note: 17/20


 

IRENA, TOME 3: VARSO-VIE 

Scénario: Jean-David Morvan & Séverine Tréfouël
Illustrations: David Evrard
Nationalité des auteurs: Française et Belge
Editions Glénat (24 Janvier 2018)
Collection Tchô l’aventure…!
72 pages
ISBN-10: 2344022767
ISBN-13: 978-2344022764
Genre: Bande-dessinée
Lu le: 12 Novembre 2018
Ma note: 17/20


L’histoire:

            1940, l’armée nazie a envahi la Pologne. À Varsovie, les Juifs de la ville ont été parqués dans le ghetto : un quartier entier entouré de murs. Quiconque tente de s en échapper est abattu sans sommation ; les seuls qui peuvent y entrer sont les membres du département d aide sociale. Parmi eux, Irena vient tous les jours apporter vivres et soutien à ceux qui sont enfermés dans cet enfer et qui souffrent de maladies et de malnutrition. Ici, tout le monde la connait, les enfants l adorent. Car Irena est un modèle de courage : elle n hésite pas à tenir tête aux gardiens, à faire toujours plus que ce qu autorise l occupant nazi. Le jour où, sur son lit de mort, une jeune mère lui confie la vie de son fils, Irena se met en tête de sortir clandestinement les orphelins du ghetto. Pour que l innocence soit épargnée de la barbarie, elle doit être prête à risquer sa vie

Mon avis:
           
            Dans le premier tome de « Irena », après avoir pris connaissance de la situation et après avoir fait connaissance avec Irena, nous commencions à entrer pleinement dans le vif du sujet, à savoir les actions et l’engagement d’Irena pour sauver les enfants du ghetto. Dans le tome 2, nous assistons à un réseau véritablement bien organisé et construit où tout est pensé, calculé, prévu : les modes de transport, les faux papiers, les familles adoptives et même les soins. Grâce à son courage, son implication et l’aide de personnes aux mêmes convictions, ce sont des centaines et des centaines d’enfants qui sont progressivement sauvés. Malgré cela, tous savent que cela n’est pas pérenne, qu’un jour un grain de sable viendra se mettre dans cette roue bien huilée.  Jusqu’à quand pourront-ils sauver les enfants?
Le danger, la tension, la paranoïa aussi, mais surtout le courage de ces personnes, chacune à leur niveau, éclaboussent ces séquences. La peur est donc grandissante dans l’histoire jusqu’au moment où la gravité de la situation atteint son paroxysme. Le sort qui attend Irena, après son arrestation et les atrocités subies que lui infligent les Nazis nous ramène de plein fouet à la réalité de la guerre et à ses actes odieux. Et pour contraster et pour nous quitter le coeur encore plus palpitant, les auteurs nous apportent un vague d’émotions et d’interrogations finales en nous faisant part de la relation entre Irena et son père.

Si le deuxième tome était riche en tension et en émotions, il n’en est rien comparé au troisième tome! Le troisième volet commence étrangement par un saut temporel de quelques années nous ramenant plutôt dans notre présent. C’est donc un tome intelligemment construit  puisque les auteurs ont à la fois pu véhiculer cette importance de savoir d’où l’on vient et la nécessité de ne pas oublier ces périodes néfastes en transmettant le devoir de mémoire, mais ils ont su aussi entraîner le lecteur, dans les évènements historiques de l’époque (comme le soulèvement du ghetto de Varsovie et sa répression sanglante) tout en suivant Irena, par des flash-backs, dans tout ce qu’elle a traversé afin de savoir comment elle s’en est sortie. 
Dans cette atmosphère dramatique, l’accent nostalgique et émouvant avec la famille de Irena que l’on avait vu poindre dans le deuxième tome, est ici accentué. Notamment en clôturant cet ouvrage sur la disparition de l’héroïne, ce troisième volet est véritablement le point culminant de la série, aussi puissant et touchant qu’à pu être la vie d’Irena Sendlerowa.

En bref:

            Si le premier tome de la série « Irena » nous mettait clairement dans l’ambiance sombre et tragique de la guerre , le reste de la série monte en intensité nous donnant de plus en plus d’émotions. Que se soit par la vie héroïque d’Irena, ses actions ayant sauvés des centaines d’enfants, les aboutissants que cela a engendré jusqu’à aujourd’hui sans oublier le devoir de mémoire, les auteurs ont formidablement bien tout mis en scène tout en conservant l’aspect dramatique mais aussi émouvant de la vie de Irena Sendlerowa.



IRENA, TOME 4: JE SUIS FIER DE TOI

Scénario: Jean-David Morvan et Séverine Tréfouël
Illustrations: David Evrard
Nationalité des auteurs: Française et Belge
Editions Glénat (6 Mars 2019)
72 pages
ISBN-10: 2344031111
ISBN-13: 978-2344031117
Genre: Bande-dessinée
Lu le: 6 Septembre 2019
Ma note: 16/20


Résumé/4ème de couverture :

Le combat continue... Nous sommes en 1983 à Yad Vashem, au mémorial de la Shoah à Jérusalem. Irena a enfin été autorisée par les autorités communistes Polonaises à venir planter son arbre dans l'allée des Justes parmi les nations. 18 ans après avoir été honorée. C'est ici qu'elle rencontre une jeune femme qu'elle a sauvée, et sa petite fille. Irena leur raconte son histoire, son retour de l'enfer de la torture en 1944, à Varsovie, la fin de la guerre... et le début d'un autre combat. Les auteurs poursuivent cette série poignante et d'utilité publique : le destin hors-norme de l'une des plus grandes héroïnes de la Seconde Guerre mondiale.

Mon avis:

            Varso-vie s’achevait sur les derniers instants de l’héroïne en 2008, après avoir narré sa descente aux enfers durant son emprisonnement par les Nazis. Cependant, comme Jean-David Morvan et Séverine Tréfouël l’avaient indiqué en annonçant une série en cinq albums, l’histoire de la courageuse infirmière était loin d’être achevée. En effet, Irena Sendlerowa ne s’est pas contentée de sauver des enfants juifs, elle a également participé à la résistance menée par les activistes polonais pendant l’occupation du pays. C’est ce combat-là que le duo d’auteurs relate dans Je suis fier de toi.

Comme précédemment, le récit navigue entre les époques, allant de l’année 1944 à des scènes de l’enfance du personnage principal, avant de se propulser des années plus tard à Yad Vashem, en Israël, lors de son discours après avoir été déclarée « Juste parmi les nations ». Intercalés judicieusement, ces allers-retours dynamisent le propos. Ils montrent à la fois l’importance de l’héritage spirituel du père de la résistante dans son propre engagement et, lors des passages situés dans le futur, apportent une touche plus fraiche qui contribue à dédramatiser certains événements très émouvants.



IRENA, TOME 5: LA VIE, APRES

Scénario: Jean-David Morvan et Séverine Tréfouël
Illustrations: David Evrard
Nationalité des auteurs: Française et Belge
Editions Glénat (15 janvier 2020)
72 pages
ISBN-10: 2344033033
ISBN-13: 978-2344033036
Genre: Bande-dessinée
Lu le: 27 Mars 2021
Ma note: 16/20


Résumé/4ème de couverture :

1983, Jérusalem. Voilà 18 ans qu’Irena a été reconnue Juste parmi les nations par le peuple d’Israël. Pour autant, ce n’est qu’aujourd’hui qu’un arbre est planté en son honneur à Yad Vashem… Une reconnaissance tardive qui vient permettre à cette femme humble de continuer le récit de sa vie héroïque. Les derniers mots de son histoire sont dédiés au docteur Janusz Korczak qu’elle a connu, médecin et écrivain polonais qui a délibérément choisi d’accompagner les enfants de son orphelinat au camp de Treblinka...

Autour du livre:

  • Livres empruntés à la bibliothèque

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire