Mes derniers avis ROMANS: 

Mes derniers avis BD & Mangas

  Mes derniers avis BD et MANGAS:  


lundi 12 novembre 2018

D'ombre et de silence (Karine Giébel)





Nationalité de l’auteur: Française
Editions Pocket (11 Octobre 2018)
Collection Thriller
numéro 17297
256 pages
ISBN-10: 226628715X
ISBN-13: 978-2266287159
Genre: Nouvelles
Lu le: 29 Octobre 2018
Ma note: 16/20



Résumé/4ème de couverture:

" Écrire une nouvelle, c'est tenter, en quelques lignes, de donner vie à un personnage, de faire passer au lecteur autant d'émotions qu'en plusieurs centaines de pages. C'est en cela que la nouvelle est un genre littéraire exigeant, difficile et passionnant. " Karine Giebel 

Si les romans de Karine Giebel sont parmi les plus lus en France et ont fait le tour du monde, celle-ci excelle depuis quelques années dans un genre tout aussi exigeant : la nouvelle. Voici l’occasion de (re)découvrir le talent de cet auteur, grâce à ce recueil de huit nouvelles noires, humaines, engagées...

Titres des nouvelles :

Aleyna
Aurore
Ce que les blessures laissent au fond des yeux
J’ai appris le silence
L’été se meurt
L’homme en noir
L’intérieur
Le Printemps de Juliette

Mon avis:
           
            Ce n’est pas une nouveauté, je vais peut-être me répéter, mais le genre des nouvelles n’est pas quelque chose que j’apprécie fortement du fait du format court de l’histoire qui fait en sorte que l’on sent que l’histoire n’est pas assez développée, pas assez accrocheuse et que la fin n’est pas à la hauteur. En revanche, j’ai déjà pu constater que Karine Giébel manie assez bien genre puis le format des nouvelles s’arrange parfaitement avec son style d’écriture et sa manière de retourner les situations. Je remercie donc les éditions Pocket pour l’envoi de « d’ombre et de silence » qui est un bon recueil de nouvelles dans lesquelles on retrouve parfaitement la plume et la patte de l’autrice.

Points de vue/Critiques:

            Parmi les huit nouvelles qui composent ce recueil, j’ai été surprise de constater qu’elles n’étaient pas toutes inédites, puisque j’en connaissais deux ou trois, venant sûrement d’autres recueils comme « Phobia » ou « 13 à table ». Quoiqu’il en soit, passé cette petite déception, les nouvelles sont touts très bonnes. Elles sont bien construites, semblent suffisament longues pour que l’histoire soit bien développée comme l’on veut. Et étant donné que les fins sont toutes inattendues, glaçantes et tranchantes, on a véritablement l’impression d’avoir lu une histoire en bonne et due forme. 

Même avec ce court format, Karine Giebel arrive parfaitement à y mettre sa signature. En effet, on retrouve des phrases courtes et percutantes formant quelque chose de vraiment incisif, réconforté par ces finals que vous ne voyez pas arrivez et qui vous coupe le souffle et l’herbe sous le pied. Noirceur, angoisse, peur, violence et horreur sont les maîtres mots de ces nouvelles aux thèmes variés, qui dérangent et/ou qui vous glace le sang, bref elles nous mettent mal à l’aise! Beaucoup de malheur et peu d’espoir sont donc présents dans ce livre, ce qui pourrait s’avérer être un petit bémol. Mieux vaux donc être prévenu et avoir un bon moral avant de commence ce livre!

En bref:

            Toute la tension et la puissance du dénouement des intrigues psychologiques de Karine Giebel sont ici parfaitement retranscrits et condensés au genre de nouvelles. Elles forment de véritables petites histoires, aux thématiques variées, mais dans lesquelles tension , noirceur et angoisse sont omniprésentes, conférant un sentiment de mal-être dérangeant chez le lecteur. Ce recueil est donc une réussite et illustre parfaitement le style de l’autrice. 

Autour du livre:
  • De la même autrice:
    • Juste une ombre (<— chronique à retrouver ici)
    •  Les morsures de l’ombre (<— chronique à retrouver ici)



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire