Mes derniers avis ROMANS: 

Mes derniers avis BD & Mangas

  Mes derniers avis BD et MANGAS:  


jeudi 25 octobre 2018

Des noeuds d'acier (Sandrine Collette)





Nationalité de l’auteur: Française
Editions Le Livre de Poche (29 Janvier 2014)
Collection Thriller
numéro 33253
257 pages
ISBN-10: 9782253176015
ISBN-13: 978-2253176015
Genre: Thriller
Lu le: 17 Octobre 2018
Ma note: 15/20



Résumé/4ème de couverture:

Avril 2001. Dans la cave d'une ferme miteuse, un homme est enchaîné. Théo, quarante ans, a été capturé par deux vieillards qui veulent faire de lui leur esclave. Théo n'a pourtant rien d'une proie facile : athlétique et brutal, il sortait de prison quand ces deux vieux fous l'ont piégé au fond des bois. Les ennuis, il en a vu d'autres. Alors, il refuse de croire à ce cauchemar. Il a résisté à la prison, il se jure d'échapper à ses geôliers.

Mon avis:

            Haaa qu’est-ce qu’on me l’avait vendu ce livre ! Une histoire à laquelle il faut s’accrocher, idéale pour découvrir l’autrice, il ne m’en fallait pas plus. Je m’attendais donc à du lourd, à une histoire qui m’aurait dérangée et surprise, surtout pour un thriller de moins de 300 pages, l’histoire doit être intense ! Personnellement, ayant déjà lu il y a quelques temps, le même genre d’histoire, assez similaire et qui m’avait bluffé et laissé le cul par terre, je dois avouer que pour « nœuds d’acier », l’effet est loin d’être le même. Quelques longueurs et pas de surprises pour moi, mais pour les personnes découvrant totalement l’histoire, je comprend que ce livre puisse apporter une claque énorme, puisque cela reste un bon thriller psychologique assez déroutant !

Points de vue/Critiques:

            Dans « nœuds d’acier » on rentre progressivement dans l’ambiance du thriller. En effet, non seulement Sandrine Collette ne l’avait pas écrit en le pensant comme tel et fut donc très surprise de le voir classé dans cette catégorie, mais en plus, il s’agit d’un thriller psychologique dont l’ambiance pesante et oppressante arrive pas à pas. J’ai bien aimé ce début d’histoire, qui m’a tout de même apporté un petit stress étant donné que nous savons que l’histoire sera intense et dure par la suite mais on ne sait pas encore comment cela va se mettre en place puisque la vie de Théo semble assez banale et tranquille.

Alors oui l’histoire, ou plutôt le calvaire vécu par Théo, est dure et bouleversante. Néanmoins, d’un point de vue purement personnel, je n’ai pas ressenti autant ce malheur, cette oppression, cette situation comme il aurait du, étant donné que j’ai lu « Les morsures de l’ombre » de Karine Giébel, qui raconte le même genre d’histoire et pour lequel j’avais eu un véritable coup de cœur, totalement bluffée et bouleversée par la fin. Il aurait donc fallu que l’histoire de Sandrine Collette soit, ou vraiment plus différente ou avec un final encore plus impressionnant, pour moi, pour me convaincre et me plaire. De plus, lorsque Théo décrit et raconte son calvaire, je dois avouer que je me suis parfois ennuyée, puisque n’ayant évidemment aucune distraction au profit d’un quotidien routinier de tâches ménagères, le fait de répéter et de détailler ses actions dans le jardin ou dans la maison créer des longueurs. Je ne peux alors que comparer au livre de K.Giebel qui a su créer un rythme différent, en incluant notamment les recherches établit pour retrouver le personnage principal, ce qui fait que l’on a pas uniquement le récit de ce que lui vit. Le fait de connaître ce qui se passe à l’extérieur, les tentatives mises en place pour tenter de le retrouver et de le sauver donne en plus une teneur haletante, crispante et angoissante au récit. Dommage que cette vision de l’extérieur et des recherches n’est absolument pas de mise dans « des nœuds d’acier »…

Attention *spoiler* :
Le final de « des nœuds d’acier » ne m’a absolument pas surprise et apparaît comme quelque chose d’attendue et d’espérer. Je m’étais imaginé tellement d’hypothèses quant à savoir pour quoi et par qui venait cette séquestration, par rapport au passé de Théo, que finalement il n’y avait rien à chercher…
En revanche, le fait d’avoir le compte-rendu médical de l’état de Théo nous fait réellement et pleinement prendre conscience de son état déplorable proche de la mort. Ces conclusions sont en plus dites de manière assez simple et franche, crue et sont donc ultra percutantes ce qui apporte une froideur vraiment glaçante !

En bref:


            Avec « des nœuds d’acier », Sandrine Collette frappe fort et nous entraine véritablement au cœur de l’horreur. L’histoire est lourde, difficile, dérangeante et oppressante et ne pourra que marquer les lecteurs puisqu’elle nous donne le sentiment d’être mal à l’aise. Néanmoins, pour moi ayant lu « Les morsures de l’ombre » de Karine Gièbel pour lequel j’avais eu un coup de cœur, le parallèle est beaucoup trop proche pour ne pas faire de comparaisons. Le livre de Sandrine Collette m’est donc apparu plus « ennuyeux », moins haletant et oppressant et surtout le final ne m’a absolument pas épaté.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire