Mes derniers avis romans:



jeudi 2 août 2018

La première fois que j'ai été deux (Bertrand Jullien-Nogarède)





Nationalité des auteurs: Française
Editions Flammarion (6 Juin 2018)
Collection Jeunesse
350 pages
ISBN-10: 2081432420
ISBN-13: 978-2081432420
Genre: Contemporain
Lu le: 20 Juillet 2018
Ma note: 15/20




Résumé/4ème de couverture:

«Le scooter de Tom nous emporta loin du monde. Mes bras entouraient sa taille et je laissai ma tête reposer doucement sur son épaule. Je ne crois pas avoir été plus heureuse qu'à cet instant. Juste une fille comme les autres. Il avait suffi qu'un anglais à cravate surgisse de nulle part pour que mes pieds ne touchent plus le macadam. J'étais vraiment folle amoureuse.»

Mon avis:

            Merci beaucoup à l’auteur Bertrand Jullien-Nogarède de m’avoir contacté pour me proposer de lire et chroniquer son livre, que j’avais vu à de multiples reprises passer sur la toile, raison pour laquelle j’ai dérogé à ma règle de ne plus prendre de service presse et de partenariat pour cet été. « La première fois que j’ai été deux » s’est avéré être à la hauteur de ce que l’on pourrait attendre : une tendre histoire d’amour entre deux adolescents, mais le livre peut se démarquer des romances plutôt young adult dans le sens où l’histoire et la narration utilisées ne se prêtent pas  à quelque chose de trés jeune, expliquant que l’on puisse retrouver cet ouvrage plutôt classé dans le contemporain que dans le jeunesse. Et le fait de découvrir et de se balader dans Londres avec les protagonistes est une petite touche d’originalité, tout comme la touche « so british » retrouvée tout au long du roman.

Points de vue/Critiques:

            J’ai beaucoup aimé la plume de l’auteur (si je ne me trompe pas, Bertrand Jullien-Nogarède a repris une histoire initialement écrite par Archibald Ploom). En effet, il a su utiliser un langage de jeunes pour coller avec les personnages, avec des mots simples mais avec parfois un vocabulaire plus recherché et des tournures de phrases plus complexes.  Cette écriture réfléchie sert à merveille cette histoire, puisqu’elle lui permet d’apporter de la profondeur. Sans elle, il est clair que l’histoire serait tombée dans le classique du genre histoire d’amour entre adolescent et aurait pû être alors classé dans le genre young-adult.
L’autre point qui démarque ce livre est le cadre Londonien. En effet, Karen la petite française, va découvrir Londres grâce à Tom et en tant que lecteur, et il est vrai qu’ils nous embarquent avec eux. J’ai aussi eu l’impression de découvrir ou redécouvrir certains quartiers et d’être extenuée de ces ballades. Et il n’est pas seulement question de Londres en terme de ville, puisque c’est toute l’Angleterre que l’on retrouve dans le livre que ce soit sa culture générale, sa gastronomie ou sa musique.
Concernant l’histoire d’amour entre Karen et Tom, il faut avouer qu’il ne faut pas s’attendre à quelque chose de surprenant et d’hallucinant plein de rebondissements. Non, nous sommes plutôt en présence d’une réflexion de vie chez une adolescente. Cette histoire se démarque avant tout par le personnage de Karen, qui, si on résume les choses de façon grossière, voit un peu l’amour de manière noire et très négative. Ce point de vue peut dérouter certains lecteurs qui n’apprécieront pas l’histoire à cause de Karen. Pour ma part, je l’ai beaucoup aimé et j’ai vraiment apprécié sa vision des choses qui s’explique par son éducation (sa mère est chroniquement dépressive depuis qu’elle a été abandonné par le père de Karen, une amourette passagère). Sa psychologie est grandement développée et j’ai beaucoup aimé suivre son cheminement et ses raisonnements.

En bref:

            « La première fois que j’ai été deux » annonce l’histoire d’amour entre deux adolescents. Mais derrière cette façade d’histoire young-adult se cache en vérité un livre mature contenant une histoire plus profonde marquée par le personnage de Karen à la psychologie très développée et une plume réfléchie au vocabulaire recherché. Et puis l’histoire apporte sa petite originalité par sa touche « so british » en nous faisant voyager dans Londres.



4 commentaires:

  1. Ce livre me tente beaucoup, l'histoire a l'air toute touchante :3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Touchante oui par le personnage féminin qui est pus complexe qu'il n'y paraît! ;)

      Supprimer
  2. Oh bah zut alors ! Je ne savais pas que c'était "une reprise"... Je n'en ai pas vu la mention dans le roman, j'ai du passer à côté.

    RépondreSupprimer
  3. Désolée, je me fait un auto-erratum: en fait, ce n'est pas vraiment une reprise. Derrière le nom du "premier" auteur, se cache en fait l'auteur lui-même, Bertrand Julien-Nogarède, qui avait choisi un pseudo et qui a ressorti son livre "au grand jour" sous son vrai nom...

    RépondreSupprimer