Mes derniers avis romans:



samedi 14 juillet 2018

Je me suis tue (Mathieu Ménégaux)






Nationalité de l’auteur: Française
Editions Points (12 janvier 2017)
144 pages
ISBN-10: 2757860097
ISBN-13: 978-2757860090
Genre: Contemporain
Lu le: 29 Juin 2018
Ma note: 17/20




Résumé/4ème de couverture:

Un dîner en ville. Au menu, nourriture bio, affaires et éducation des enfants. Claire s'ennuie et décide de rentrer seule à vélo. Elle ne le sait pas encore mais sa vie vient de basculer. Tour à tour victime puis criminelle, Claire échoue en prison et refuse obstinément de s'expliquer. À la veille de son jugement, elle se décide enfin à sortir de son mutisme…

Mon avis:

            Haaa quelle claque ce livre! Mais ce n’est pas une claque que vous prenez avec le sourire, c’est le genre de claque que vous prenez en grinçant un peu des dents, par dérangement! En effet, je savais qu’il fallait s’accrocher avec ce livre qui envoyait du lourd, mais à ce point, on ne peut pas l’imaginer! Et parce qu’il est tout petit, on s’attend  à ce que l’histoire soit concentrée, directe et intense et c’est tout à fait le cas. Ajoutez à tout cela, de l’horreur et des frissons et vous obtenez une histoire décapante et explosive, qui ne pourra pas vous laisser tout à fait indemne à la fin de sa lecture. Et dire que ce roman est classé en littérature blanche!!! brrrrrr *frissons….

Points de vue/Critiques:

            Dans ce livre, Mathieu Ménégaux se place dans la peau d’une femme, Claire qui nous expose sa terrible histoire, son calvaire la faisant passer de victime à coupable, alors que son statut initial n’est connu de personne. C’est donc dans sa cellule, avant son évasion, qu’elle va se confier à une seule et unique personne: son journal intime, et donc nous, lecteurs. Elle va y livrer son histoire du début à la fin, et progressivement nous comprenons et cheminons avec elle à travers son calvaire. Elle va donc passer par toutes une myriades d’émotions, de questionnements, de doutes, d’enjeux etc… Et parce que toute la psychologie de Claire est tellement bien retranscrite (puisque toutes les sortes d’émotions arrivent au lecteur), on ne peut qu’être bluffé par l’empathie féminine dont Mathieu Ménégaux a réussi à s’emparer.

A travers une écriture directe, l’auteur nous expose les faits et les actes qui n’appartiennent qu’à Claire  tels qu’ils sont, sans jamais émettre le moindre jugement ou sans jamais lui donner raison ou tort. Et c’est ce qui fait toute la dimension de ce roman psychologique, puisque le lecteur est laisser libre cours à ses propres pensées: on la juge tantôt coupable, tantôt victime suivant l’évolution de sa situation, on se demande ce que l’on aurait fait à sa place, si on aurait réagi de la même façon, etc… 
Je pense que l’on s’imprégne encore mieux de cette ambiance lourde, pesante et très psychologique si on lit ce livre d’une seule traite comme je l’ai fait (en même temps, je pense qu’il doit être très difficile de reposer ce livre et encore plus de ne pas le reprendre tant l’histoire vous marque et vous trotte dans la tête). Et bien sûr, avec le final de ce livre qui vous souffle encore plus s’il était encore possible de le faire, vous découvrez que le titre du livre est la petite cerise sur le gâteau! Effet scotchant et désopilant à souhait! 

En plus de vous donner une claque, ce livre vous fournit une impression dérangeante remplie de frissons, peut-être parce qu’aussi cette histoire, contrairement à des thrillers ou des polars plus complexes et poussés, peut parfaitement s’ancrer dans la réalité, puisque l’on se dit qu’elle peut être à l’origine de certains drames médiatiques connus. Quoiqu’il en soit, par comparaison, je préfère lire des thrillers violents, durs et sanglants que ce genre de livre donnant un étrange sentiment!

En bref:


            Avec un si petit livre, Mathieu Ménégaux nous livre ici un livre géant en terme de ressentis! C’est une véritable claque à sa lecture, qui ne pourra laisser personne indifférent. « Je me suis tue » est une histoire contemporaine très psychologique mais qui est tellement sensationnelle en terme de frissons que parfois un bon thriller noir et sanglant vous fait moins ressentir cette presque gêne. Il faut dire aussi que cette histoire effleure la réalité: l’âme humaine y est totalement exposée et le lecteur est laissé comme seul juge. Elle nous démontre que tout n’est pas blanc ou noir, qu’un seul choix peut avoir des conséquences dramatiques, que le jugement n’est pas si simple et qu'une succession d’actes manqués n’aurait pas eu lieu si… Mais avec des si...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire