Mes derniers avis romans:



dimanche 15 juillet 2018

100 pages blanches (Cyril Massarotto)





Nationalité de l’auteur: Française
Editions Pocket (3 mars 2011)
numéro 14439
283 pages
ISBN-10: 2266204246
ISBN-13: 978-2266204248
Genre: Contemporain
Lu le: 1er Juillet 2018
Ma note: 16/20




Résumé/4ème de couverture:

" Ce carnet, c'est ton héritage. Tes sœurs auront le reste, mais crois-moi, je te lègue le plus précieux de mes biens, et tout l'argent du monde ne le remplacerait pas. "

Quel choc pour ce jeune homme lors de l'ouverture du testament de son grand-père : il ne lui a rien laissé ! Rien à part un vieux carnet vierge au cuir râpé. Pour tout héritage, cent pages blanches qui vont rapidement dévoiler leur secret...

Mon avis:

            Comme toujours lorsqu’il est question d’une histoire qui va livrer des lettres, des souvenirs etc, ce livre s'est lu pour très rapidement, du fait de sa construction et de son sujet. Et puisqu’il est question de souvenirs, la dose émotionnelle est présente et est juste parfaite; et de par la plume de Cyril Massarotto, très vivante et axée sur l’action et le dialogue, l’histoire nous entraîne, s’engloutit très vite et se termine trop rapidement. encore une fois qui n’est pas sans me rappeler celle de Guillaume Musso.

Points de vue/Critiques:

            Dés le début de l’histoire, nous savons que nous sommes en présence d’une histoire contemporaine, mais dans laquelle se glisse une petite touche de paranormal. Entre cet aspect et la plume franche et incisive de l’auteur, je me suis encore fait la réflexion que Cyril Massarotto n’est pas sans me rappeler Guillaume Musso dans ses premiers livres! Sans compter qu’il me laisse la même impression à la fin de ma lecture: j’ai passé un très moment, qui se termine déjà, trop rapidement, et qu’on en redemande (la seule différence c’est qu’il n’y a pas l’effet « surprenant » avec C.Massarotto). 

En récupérant un carnet de son grand-père décédé qui permet de revivre des souvenirs, l’axe principal de l’histoire à première vue, c’est de jeter un regard sur le passé. Et effectivement, le passé à une place importante dans le roman, mais la force, l’attrait et l’entrain vient du fait que ce passé va permettre de vivre le présent et de mieux se projeter dans le futur. Disons donc que « 100 pages blanches « illustre parfaitement le dicton  "pour avancer il ne faut pas regarder en arrière".

En bref:

            « 100 pages blanches » c’est une lecture détente et fraîche. Avec un style toujours aussi fluide, une plume active et directe, Cyril Massarotto apporte une nouvelle fois une petit touche de paranormal dans son histoire contemporaine qui se concentre sur la vie. En prenant pour point de départ, le regard sur le passé, il met en avant le fait de vivre sa vie présente et sa vie future à construire en fonction de sa vie rêvée et passée. Une jolie réussite!  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire