Mes derniers avis romans:



mercredi 18 avril 2018

La vérité sur l'affaire Harry Québert (Joël Dicker)





Nationalité de l’auteur: Suisse
Editions De Fallois (28 Mai 2014)
857 pages
ISBN-10: 2877068633
ISBN-13: 978-2877068635
Genre: Policier
Lu le: 8 Avril 2018
Ma note: 17/20





Résumé/4ème de couverture:

À New York, au printemps 2008, lorsque l'Amérique bruisse des prémices de l'élection présidentielle, Marcus Goldman, jeune écrivain à succès, est dans la tourmente : il est incapable d'écrire le nouveau roman qu'il doit remettre à son éditeur d'ici quelques mois. Le délai est près d'expirer quand soudain tout bascule pour lui : son ami et ancien professeur d'université, Harry Quebert, l'un des écrivains les plus respectés du pays, est rattrapé par son passé et se retrouve accusé d avoir assassiné, en 1975, Nola Kellergan, une jeune fille de 15 ans, avec qui il aurait eu une liaison. 
Convaincu de l'innocence de Harry, Marcus abandonne tout pour se rendre dans le New Hampshire et mener son enquête. Il est rapidement dépassé par les événements : l'enquête s'enfonce et il fait l'objet de menaces. Pour innocenter Harry et sauver sa carrière d écrivain, il doit absolument répondre à trois questions : Qui a tué Nola Kellergan ? Que s'est-il passé dans le New Hampshire à l'été 1975 ? Et comment écrit-on un roman à succès ?

Mon avis…:

…Général:

            Même si bon nombre de personnes me disaient qu’il se lissait très facilement, je dois avouer que ce livre est resté un bon moment dans ma PAL du fait de ma peur de sa grosseur (plus de 850 pages je le rappelle!!). Rien de mieux pour l’en déloger qu’une lecture commune avec Elsa!! Au final nous avons eu toutes deux les mêmes ressentis: on est vite happé par l’histoire et plus particuliérement sur l’enquête concernant Nola (j’ai littéralement été conquise dés les toutes premières pages) puisque la plume de l’auteur est extrêmement fluide (permettant d’avaler très rapidement ce pavé!). Seul petit bémol pour ce livre: se sont les personnages qui sont tous clichées et gnangnan à souhait!

… Sur les personnages:

            Comme je le disais, les personnages sont quasiment tous clichés et gnangnan, que se soit les personnages masculins ou féminins. En effet, nous pouvons trouver tout ce que l’on peut trouver dans une très petite villes, presque fermée aux étrangers, tant tout le monde se connaît depuis des années et cela de génération en génération! Ainsi, nous pouvons retrouver la mère tenancière du troquet/QG du coin, qui se trouve aux côtés d’un mari mou et pacifiste, parent d’une petite peste, belle mais écervelée, dont la maman essaie par tous les moyens de la mettre sur un piédestal. On trouve également le pasteur et sa famille (dont sa fille Nola dont on ne fait pas plus gnangnan niveau personnalité!!) que tout le monde apprécie (en façade), le gars du coin, simple et gentil, qui devient flic et bien sûr les « étrangers » qui deviennent peu à peu communs et acceptés à l’image de nos deux personnages masculins principaux que sont Harry Québert et Marcus Goldman. 

En revanche, j’ai beaucoup apprécié la relation entre Marcus et le capitaine Gahalowood. Ils jouent à chien et chat, se lancent sans cesse des pics, mais derrière tout cela, on discerne très vite, du respect dans leur travail respectif, et un début d’affection qui promet une belle amitié.

Même si tous ces personnages ne sont pas particulièrement attachants, cela permet aussi d’avoir une petite singularité afin de ne pas avoir une histoire totalement lisse. De plus, ils n’entachent en rien l’attrait et l’engouement que l’on peut ressentir à la lecture, heureusement le suspense pour l’enquête prend littéralement le dessus! 

Points de vue/Critiques:

Dés les premières pages, j’ai été totalement embarquée dans l’histoire qui impose très rapidement son suspense par plein de questions. Afin de résoudre sur ce qui c’est vraiment passé entre Nola et Harry, une véritable enquête sera menée par Marcus. S’en découlera de fréquents rebondissements qui nous tiennent en haleine jusqu’à la fin où tout s’accélère. En effet, les cinquante dernières pages sont captivantes, haletantes et on de quoi nous surprendre tant ce dénouement est totalement inattendu!! 
Les toutes dernières pages sont d’autant plus appréciables qu’elles permettent véritablement de remettre toute l’histoire « dans l’ordre » en nous donnant toutes les informations nécessaires (ce qui fait parfois défaut, à la fin, dans les policiers ou thrillers qui s’arrêtent à la résolution sans vraiment revenir en arrière pour tout décortiquer, chose que l’on doit refaire nous-mêmes). Néanmoins, par ce bon point peut-être trop poussé, on retrouve des redondances de texte…!

La plume de l’auteur est à saluer. En effet, elle est très fluide et agréable ce qui permet d’être vite happé et de dévorer ce livre. Néanmoins, derrière cette plume « facile » se cache un véritable travail d’orfèvre puisque l'auteur réussi à retranscrire des enregistrements via une tierce personnes, des coupures de presse, ou encore des extraits d'un roman fictif tout cela en narrant l'histoire. 

J’ai beaucoup aimé la construction de l’histoire narrée justement. Celle-ci est régulièrement entrecoupée de flashbacks nous entrainant littéralement dans le passé. J’aime beaucoup les flashbacks en général, mais il faut qu’ils soient bien amenés et c’est le cas ici: on sait pourquoi cela est nécessaire et on en ressort avec des informations qui feront évoluer l’histoire présente. J’ai eu peur que ces flashbacks soit lassants et monotones, mais encore une fois, avec les rebondissements rencontrés, tout cela nous tient en haleine.
Sans compter que le livre présente sa petite particularité dans la numérotation inversée des chapitres. Chaque début de chapitre est agrémenté d’un conseil littéraire de Harry donné à Marcus. Tout ceci nous fait poser des questions, mais cela a une signification remarquable qui sera donnée dans les révélations finales flamboyantes. 

En bref:

            Au coeur d’une histoire d’amour interdit, s’embriquent quantité de choses comme la condition d’écrivain, les secrets de famille, l’amitié que Joël Dicker a su manier à la perfection sous sa plume fluide mais très travaillée. Même si les personnages n’ont rien d’attachants, les rebondissements incessants font que l’on est tenu continuellement en haleine jusqu’au dénouement final, explosif et totalement inattendu. Voici un roman qui mérite les prix reçus et à l’image de ce que dit Harry à Marcus "Un bon livre est un livre que l'on regrette d'avoir terminé. » Tout est dit… 

Autour du livre:

  • Grand prix du roman de l’Académie Française
  • Prix Goncourt des Lycéens 2012

3 commentaires:

  1. Il est justement dans ma PAL, j'ai très envie de le lire mais vu le pavé, je pense attendre cet été pour le commencer :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je pense que c'est une bonne idée: avoir du temps devant soi pour entamer des pavés, même si celui-ci se lit très bien et rapidement!

      Supprimer
  2. Un de mes gros gros coups de coeur de ces... 10 dernières années? 15 dernières années?
    Du coup je me suis précipitée pour lire son dernier, La disparition de Stéphanie Mailer, qui est moins bien mais très captivant également.
    Tu évoques la construction hallucinante de son récit, et bien j'ai appris récemment qu'il écrivait sans faire de plan... Si c'est vrai, c'est vraiment un truc de dingue !

    RépondreSupprimer