Mes derniers avis romans:



mercredi 25 avril 2018

Dîner avec Edward (Isabel Vincent)




Titre original: Dinner With Edward, A Story of an Unexpected Friendship
Traduction: Anouk Neuhoff
Nationalité de l’auteur: Canadienne
Editions Presses de la Cité (5 Avril 2018)
192 pages
ISBN-10: 2258145074
ISBN-13: 978-2258145078
Genre: Contemporain
Lu le: 18 Avril 2018
Ma note: 13/20



Résumé/4ème de couverture:

Afin d'apaiser une amie installée loin de New York et de son père nonagénaire, Isabel accepte d'aller dîner avec Edward, dévasté par la récente disparition de son épouse. Journaliste, la quarantaine, Isabel aussi traverse une crise : à peine débarquée dans la grosse pomme, elle assiste impuissante au naufrage de son mariage. Mais ce qu'elle ignore, c'est qu'Edward possède d'époustouflants talents de cuisinier, alliés à un sens de l'humour sans faille et à une solide philosophie de l'existence. Pour son hôte, le vieil homme repasse derrière les fourneaux. Et l'invitation ponctuelle devient un rendez-vous régulier, l'occasion pour les deux âmes en peine de reprendre goût à la vie, et foi dans les bienfaits d'un verre de martini ! 
Jalonné de préceptes de savoir-vivre, un petit précis d'optimisme et de gourmandise, un magnifique texte sur le pouvoir de la résilience, l'importance de la lenteur et la force de l'amitié.

Mon avis:

            Je remercie une nouvelle fois les éditions Presses de la Cité pour cet envoi surprise qui m’attendait à mon retour de vacances. Même si l’envoi était surprise, le livre n’en était pas vraiment une puisque j’avais un petit peu vu passer cette nouvelle sortie. 
Isabel Vincent nous offre à travers son premier livre, sa véritable histoire: donc même si nous avons sans cesse l’impression de lire une histoire romancée durant la lecture, il faut se dire que tout ceci n’est que pure vérité. Et cela est d’autant plus beau et touchant puisque cette histoire entre une quarantenaire et un nonagénaire est simple, douce et pure. Et parce qu’on se limite aux faits réels, je pense, il m’a manqué de la profondeur tout au long de l’histoire, un peu de rebondissement et de péripéties et surtout une vraie fin qui arrive en posant tout simplement un point final.

Points de vue/Critiques:

            L’histoire de l’auteure, à l’image de sa plume, est emprunte de délicatesse: elle va livrer son histoire de femme de 40 ans qui est au milieu de sa vie totalement perdue, et qui va retrouver peu à peu goût à la vie en même temps que son palais qui retrouve lui aussi goût au sens propre du terme. En effet, sa rencontre avec un veuf de 90 ans, qui veut en finir avec la vie pour pouvoir retrouver au plus vite sa femme bien aimée, va être déterminante. Ce nonagénaire déprimé et cette quarantenaire malheureuse en ménage vont ainsi reprendre goût à la vie depuis la cuisine de ce cher Edward.
Tout le livre est donc construit autour des menus concoctés lors que leur dîner hebdomadaire.
Et étant donné que Edward, est un véritable cordon bleu, je peux vous dire, et vous conseiller, de ne pas lire cette histoire en ayant le ventre vide!!

À travers la cuisine et l’art de la table, Edward va enseigner à Isabel, au-delà des conseils culinaires la patience: vivre pour soi, prendre le temps, se poser les bonnes questions, oser agir et s'apaiser. Isabel quant à elle, va enseigner à Edward le combat: ne pas se résigner, avoir des objectifs. L’un et l’autre vont retrouver une espèce de relation père-fille. A travers eux, ce livre est donc un petit condensé de philosophie, un précis de savoir vivre: donner pour recevoir, aller vers l’autre pour se trouver soi-même. 

Avec cette histoire tendre et délicate sur fond de thème culinaire, toute l’histoire baigne dans un cocon de douceur. Ainsi pour moi, il manquer une petite pointe de piment pour réveiller le tout: plus d’enjeux, des rebondissements, un quiproquo ou des péripéties, mais quelque chose qui puisse piquer notre curiosité et pas seulement réveiller nos papilles! Cette absence de saveurs va jusqu’à la fin de l’histoire, qui arrive comme un cheveu sur la soupe, sans réelle fin. On aurait ainsi pu couper l’histoire avant ou après, cela n’aurait rien changé, même si le fait d’avoir eu un « après » aurait été très intéressant pour savoir ce que sont devenus ces deux personnages, s’ils continuent de se voir, et en quoi leur vie a changé etc…

En bref:


            Dîner avec Edward est tout simplement une bonne mise en bouche et surtout une belle promesse d’avenir pour l’auteure. Même si je ne l’ai pas dévoré, cette histoire qui reste avant tout, une tranche de vie réelle, est belle, tendre et douce et est incontestablement une déclaration d’amour à la cuisine et à la vie au travers de deux personnages aux générations différentes qui apprennent et donnent l’un de l’autre. Un livre à déguster! 

2 commentaires:

  1. Un bilan mitigé visiblement mais si une partie de l'histoire est réussie et sait émouvoir, c'est un bon début.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Exactement, cela reste une bonne lecture et puis le côté biographique fait que l'on ne peut pas déformer la réalité! ;)

      Supprimer