Mes derniers avis romans:



dimanche 11 mars 2018

Reine d'Égypte, tome 2



Titre original: Aoi Horus no Hitomi - Dansou no Joou no Monogatari, book 2
Traduction: Fédoua Lamodière
Scénario et Illustrations: Chi Inudoh
Nationalité de l’auteur: Japonaise
Editions Ki-oon (8 Juin 2017)
Collection Kizuna
207 pages
ISBN-13: 979-1032701263
Genre: Manga
Lu le: 3 Mars 2018
Ma note: 18/20



L’histoire:

            C'est le début d'une nouvelle ère dans l'Égypte des Pharaons : le mariage de la jeune Hatchepsout et de son demi-frère Séthi fait de ce dernier l'héritier légitime du trône, sous le nom de Thoutmôsis II. Représentants des dieux sur terre, ils resplendissent sous leurs parures, et forment à première vue un couple parfait. Mais sous ses airs d'épouse idéale, Hatchepsout cache une colère profonde... Elle ne veut pas être simple reine, mais plutôt devenir pharaon elle-même, comme son guerrier de père ! Enfant, elle n'a cessé d'humilier Séthi au combat à l'épée, et elle est imbattable au tir à l'arc. Pourquoi ne serait-elle pas digne d'accéder au rang suprême, juste parce qu'elle est née femme ? 
Pour Hatchepsout, c'est le début d'un combat pour s'affranchir des conventions ancestrales d'une des plus grandes civilisations du monde !

Mon avis:

            Après un épisode de présentation des personnages et du contexte avec le tome 1 qui m’avait déjà beaucoup ravie, Chie Inudoh offre du souffle et de la profondeur à son récit en complexifiant les enjeux dans ce second tome qui est encore plus addictif et qui monte d’un cran en terme de qualité.

Entre inimitiés et alliances stratégiques, manigances et jeux de dupes, les clans se créent sans lésiner sur les coups bas. L'aspect sentimental (jalousies entre favorites du souverain, commérages sur sa relation avec Senmout) crée une dimension dramatique nouvelle qui, ajoutée à l'élargissement du contexte historique (fêtes, harem, commerce, politique étrangère), attise l’intérêt. Et entre ses luttes de pouvoirs avec les prêtres ou ses luttes féminines avec le harem qui sont toutes très compréhensibles, on voit que le personnage de Chepsout se complexifie et qu’elle est en proie à prendre les bonnes décisions afin d’être digne d’être Pharaon. 
J’espère qu’elle se complexifiera davantage encore dans les prochains tomes et que l’on prendra encore plus conscience de son intelligence et de sa force de caractère puisqu’on en est encore à son apprentissage en matière d’armes, de jugements, de négociation et d’amour. 

Evidemment l’aspect historique est assez bien respecté même si pour les plus passionnés, cela manque peut-être d’informations à creuser. Néanmoins, le fait de rester plus ou moins en surface sur cet aspect n’est pas dérangeant puisque nous avons l’essentiel. De plus, on met tout de même en lumière la construction des monuments, le rôles des esclaves et des ouvriers, les scribes ainsi que l’étendue des fonctions des prêtres. 

En bref:

            Avec le personnage de Chepsout qui prend de l’ampleur et de la profondeur dans ce deuxième tome, c’est toute l’histoire qui prend du poids et qui se complexifie. On retrace à la fois l’aspect sentimental de la Reine et du Pharaon (mais chacun de leur côté) et l’aspect du royaume à gérer entre les guerres à menées, les négociations, les jugements et bien sûr les coups bas et les manigances nombreux et en tout genre. 

Autour du livre:
  • Tome 1(<— chronique à retrouver ici)
  • Livre emprunté à la bibliothèque


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire