Mes derniers avis romans:



vendredi 23 février 2018

T'en souviens-tu mon Anaïs? (Michel Bussi)




Nationalité de l’auteur: Française
Editions Pocket (4 Janvier 2018)
numéro 17168
304 pages
ISBN-10: 2266282433
ISBN-13: 978-2266282437
Genre: Nouvelles
Lu le: 17 Février 2018
Ma note: 17/20





Résumé/4ème de couverture:

Voilà treize jours qu’Ariane a posé ses valises dans cette villa de la côte d’Albâtre. Pour elle et sa fille de 3 ans, une nouvelle vie commence. Mais sa fuite, de Paris à Veules-les-Roses, en rappelle une autre, plus d’un siècle plus tôt, lorsqu’une fameuse actrice de la Comédie-Française vint y cacher un lourd secret. Se sentant observée dans sa propre maison, Ariane perd peu à peu le fil de la raison…

Bienvenue au pays de Caux, terres de silences, de pommiers et de cadavres dans les placards…

Mon avis:

            Je ne suis pas fan et adeptes du genre des nouvelles, puisque par définition ces histoires sont ultra courtes et on a du mal à cerner ou s’attacher aux personnages et l’histoire manque généralement de corps et de développement pour en prendre pleinement conscience et plaisir. Mais ici, en toute objectivité et non par chauvisme Normand, mais Michel Bussi m’a une nouvelle fois enthousiasmé par ces 4 nouvelles, toutes très distinctes et bien construites.

Points de vue/Critiques:

            Je ne sais pas comment Michel Bussi fonctionne, mais quelque soit la longueur des nouvelles présentes dans ce recueil, on arrive très précisément à plonger dans l’histoire comme si cela faisait assez longtemps qu’on la lisait, telle un roman. Il sait décrire parfaitement les lieux, nous imprégner de l’ambiance, nous plonger au sein d’un village, d’une famille ou d’un paysage. Ainsi, on arrive aisément à cerner les personnages, on introduit comme il faut le cadre et l’intrigue, qui arrive pleinement à se développer sans qu’on est l’impression qu’elle soit écrite en « accéléré » afin de cadrer au format « nouvelle » et surtout elle possède un final digne de Michel Bussi, qui nous surprend incontestablement, dans chacune des histoires.

La première nouvelle « T’en souviens-tu mon Anaïs? » peut véritablement être considérée comme un véritable petit roman, tant elle est très bien construite que par le fait qu’elle est véritablement assez longue (plus de 100 pages). De plus, sa particularité est de mêler réalité et fiction: dans une histoire au présent se déroulant en plein coeur du pays de Caux, on ajoute de multiples éléments, plus ou moins mystérieux, du passé sur les traces de Victor Hugo.
De part sa construction, sa référence à un grand homme du passé mais contemporain, et sa façon de surfer sur des référence florales, cette nouvelle n’est pas sans rappeler « Nymphéas noirs »!. 

La deuxième nouvelle « L’armoire normande » est la plus brève du receuil et est assurément celle qui est la plus drôle et qui peut le plus nous désarçonner. On est entraîner dans un huis-clos machiavélique dans lequel tout le doute est permis et le final nous fait bien rire tout en nous faisant penser que l’on s’est totalement laissé berné! 

La troisième nouvelle « Vie de grenier » est celle qui m’a le plus rapprocher du point de vue personnelle à la Normandie par différents petits éléments. Concernant l’histoire en elle-même, elle s’avère être plus douce et tranquille et même si une pointe de mystère est distiller tout le long, on remarque avant tout toute la complicité et la tendresse de cette famille.

Pour conclure, le recueil nous embarque sur les plages de sable fin de la Réunion pour la dernière nouvelle « Une fugue au paradis » qui m’a littéralement soufflée par son final, même si je l’avais deviné à quelques lignes de la fin, et par tout ce qu’elle implique! Une fin magistrale qui tombe comme un couperet mais qui laisse sous-entendre tellement de choses!

En bref:

            Ce recueil de 4 nouvelles qui nous entrain au fin fond de la Normandie en passant par un petit séjour à la Réunion, est à la hauteur de Michel Bussi! Elles sont tellement bien construites que l’on croirait lire de véritables histoires et non pas des nouvelles, on arrive aisément à identifier les personnages tout comme le cadre et l’intrigue qui sont développés comme il faut malgré la contrainte de taille liée au format de nouvelle et chacune d’entre elles nous apportent des émotions et des surprises différentes. 

2 commentaires:

  1. Je viens tout juste de terminer "Nymphéas noirs", son grand succès... C'est le troisième que je lis de cet auteur et à chaque fois, je me fais la réflexion que je mets beaucoup de temps à entrer dans l'histoire... Je trouve que cela traîne souvent en longueur. Peut-être que le format "nouvelles" avec cet auteur me permettra d'accrocher un peu plus? Je prends bonne note! Ci-mer !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ha mince, je trouve que Michel Bussi décrit suffisamment bien et de façon assez brève l'environnement de l'histoire pour pouvoir bien s'y immergé, mais bon... Effectivement, dans les nouvelles, on va beaucoup plus vite donc peut-être à essayer. Mais tu es tout de même surprise par les fins de ses livres? (moi je me fait avoir à chaque fois!)

      Supprimer