Mes derniers avis ROMANS: 

Mes derniers avis BD & Mangas

  Mes derniers avis BD et MANGAS:  


samedi 18 novembre 2017

Bouche d'Ombre, tome 2: Lucie, 1900




Scénario: Carole Martinez
Illustrations: Maud Begon
Nationalité des auteurs: Française
Editions Casterman (29 Avril 2015)
96 pages
ISBN-10: 2203090618
ISBN-13: 978-2203090613
Genre: Bande-dessinée
Lu le: 5 Novembre 2017
Ma note: 14/20



Résumé / 4ème de couverture:

"Que t'est-il donné à voir, Lou ? Mes pauvres souvenirs. Rien de plus. Tu dois comprendre, mon enfant, que seul l'amour compte, que seul l'amour cherche à s'exprimer par delà la mort. Comme moi, tu es une passeuse silencieuse. " Paris, printemps 1985 : Lou a le don de voir les morts. Hantée par la femme sans visage, elle va, grâce à l'hypnose, être projetée dans la vie de Lucie et découvrir l'univers scientifique du début du XXe siècle et les relations qu'entretenaient les grands savants de l'époque avec l'occulte.

Mon avis:

            Même si le premier tome de Bouche d’Ombre n’est pas pour moi une grande réussite que se soit au niveau du scénario ou des illustrations, entêtée comme je suis et parce qu’il m’en faut beaucoup plus pour ne pas continuer et finir une saga, j’enchaîne avec le tome 2. Le fait de voyager d’être plongé dans le Paris du début du 20ème siècle m’a assez plu, mais cela n’a pas suffit pour faire de ce nouveau tome une réussite.

Points de vue / Critiques:

Dans la même lignée, ce second tome reste tout de même assez différent. L’intrigue se développe assez bien et  l’époque permet au côté ésotérique de prendre un aspect réaliste qui cadre très bien au Paris du 20ème siècle dont l’ambiance est parfaitement bien retranscrite. C’est d’ailleurs le seul et unique point que j’ai apprécié dans cette histoire.

Pour ce qui est du scénario, tout comme pour le premier tome, certains passages désarçonnent du fait qu’il nous semble avoir raté des cases tellement il manque des transitons, donnant l’impression de passer du coq à l’âne. Ce côté flou se retrouve également dans les dessins, raison pour laquelle je n’y adhère pas spécialement. Néanmoins, ce côté non fini, donne aussi une touche de douceur et de poésie. Enfin, le côté flou se retrouve aussi en la présence d’un chat noir et d’un oiseau rouge, fils conducteurs du livre, sans que leurs présences interviennent dans l’histoire et soient expliquées...

En bref:

            Même si ce tome a gagné en maturité dans son scénario, ses illustrations et sa palette de couleur par rapport au premier tome, la signature du « flou » de Bouche d’Ombre reste toujours présente et me dérange tout autant. Néanmoins, l’ambiance du Paris du 20ème est très agréable à retrouver car très bien retranscrite.

Autour du livre:
  • Tome 1: Lou, 1985 (<— chronique à retrouver ici)
  • Livre emprunté à la bibliothèque



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire