Mes derniers avis ROMANS: 

Mes derniers avis BD & Mangas

  Mes derniers avis BD et MANGAS:  


dimanche 1 octobre 2017

La fille qui lisait dans le métro (Christine Féret-Fleury)





Nationalité de l’auteur: Française
Editions DeNoël (9 Mars 2017)
170 pages
ISBN-10: 2207133958
ISBN-13: 978-2207133958
Genre: Contemporain
Lu le: 25 Septembre 2017
Ma note: 13/20





Résumé/4ème de couverture:

            Juliette prend le métro tous les jours à la même heure. La ligne 6, le métro aérien. Ce qu’elle aime par-dessus tout, c’est observer, autour d’elle, ceux qui lisent. La vieille dame, le collectionneur d’éditions rares, l’étudiante en mathématiques, la jeune fille qui pleure à la page 247. Elle les regarde avec curiosité et tendresse, comme si leurs lectures, leurs passions, la diversité de leurs existences pouvaient donner de la couleur à la sienne, si monotone, si prévisible. Jusqu’au jour où Juliette décide de descendre deux stations avant son arrêt habituel, et de se rendre à son travail en coupant par une rue inconnue: un pas de côté qui va changer toute sa vie.

Mon avis:

            Quand on est passionné par les livres, le titre et le résumé de 4ème de couverture de celui-ci était prometteur. Malheureusement, il faut avouer qu’il ne se passe pas grand chose dans cette histoire, les personnages sont assez superficiels et les émotions sont néantes même si on sent que l’auteure a voulu tout miser là-dessus, mais ça ne fonctionne pas. 

Points de vue/Critiques:

Le fait que Juliette lise et prêts attention aux gens qui lisent dans le métro est quelque chose de tout à fait intéressant, puisque réel, faisant moi-même la même chose. Quitte à se tortiller un peu pour voir le titre du livre que lit la personne en face de soi et à se retenir d’engager la conversation sur le livre en question! 
C’est la seule chose que j’ai apprécié dans le livre, mais cela n’est présent qu’au début. Ensuite, notre héroïne va prendre un autre chemin (au sens propre comme au figuré) et à partir de là, tout devient plus flou et mon intérêt s’est effiloché. En effet, à partir du moment où Juliette pousse cette porte retenue par un livre, j’ai eu du mal à cerner ce que faisait réellement Solimane en tant que « passeur » de livres. Dés lors, l’auteure met toute sa passion et sa vénération pour les livres, et même si j’en fais partie je n’ai as réussi à ressentir ses émotions. Elle met en avant toutes les relations que l’on peut avoir avec un livre, la vénération que l’on peut avoir pour une histoire, un auteur ou une couverture, la façon dont un lecteur choisit son livre ou encore comment un livre peut changer une vie entière. Sur le papier, toutes ces thématiques sont évidemment très intéressantes, mais l’auteure les as tellement (trop) idéalisés à mon goût, en accentuant le côté poétique et émotionnel, que finalement tout cela est resté sur le papier et ne m’a pas du tout touché.

Le roman étant assez court, il nous est difficile de nous attacher aux personnages que l’on connait finalement très peu, n’ayant pas beaucoup d’infirmations à propos de leur vie personnelle. Et l’accent étant mis sur les livres (faisant d’eux les vrais personnages principaux) et ce qu’ils procurent, les personnages en eux-mêmes deviennent donc des personnages secondaires peu développés. 

En bref:

            Avec toute sa passion pour les livres, Christine Féret-Fleury offre une histoire orientée sur le fait que les livres peuvent changer une vie à tout jamais. Or, le coté trop sérieux, poétique et parfois abstrait des choses en voulant à tout prix faire passer les émotions est trop artificiel pour moi et ne m’a pas du tout atteinte.

Autour du livre:
  • Livre emprunté à la bibliothèque 



2 commentaires:

  1. Le résumé me tentait bien, tout comme le titre ! Mais à te lire, j'ai peur que ça ne me plaise pas finalement...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vais être honnête et je ne le conseillerais pas! Il y a tellement d'autres livres qui, à mon goût, ont plus d'intérêt!

      Supprimer