Mes derniers avis ROMANS: 

Mes derniers avis BD & Mangas

  Mes derniers avis BD et MANGAS:  


jeudi 31 août 2017

Le gang des rêves (Luca Di Fulvio)




Traduction: Elsa Damien
Nationalité de l’auteur: Italienne
Editions Pocket (4 Mai 2017)
945 pages
ISBN-10: 2266272438
ISBN-13: 978-2266272438
Genre: Contemporain
Lu le: 23 Août 2017
Ma note: 17/20





Résumé/4ème de couverture:

New York ! En ces tumultueuses années 1920, pour des milliers d'Européens, la ville est synonyme de " rêve américain ". C'est le cas pour Cetta Luminata, une Italienne qui, du haut de son jeune âge, compte bien se tailler une place au soleil avec Christmas, son fils. Dans une cité en plein essor où la radio débute à peine et le cinéma se met à parler, Christmas grandit entre gangs adverses, violence et pauvreté, avec ses rêves et sa gouaille comme planche de salut. L'espoir d'une nouvelle existence s'esquisse lorsqu'il rencontre la belle et riche Ruth. Et si, à ses côtés, Christmas trouvait la liberté, et dans ses bras, l'amour ? 

Mon avis…:

…Général :

Que dire de ce livre et par où commencer tellement de choses peuvent être dites!!! Poussée (au bord du reniement^^) par Stéphanie qui en est totalement tombée en pavoison et que l’on pourrait rétribuer tellement elle fournie un boulot de publicité, je ne pouvais que le lire! Et c’est aussi sans compter la gentillesse de Florence qui me l’a offert (bah oui, j’avais pas droit de l’acheter étant à ce moment là dans un challenge 0 achat), étant donné qu’il était tout seul en occasion sur son petit étal…`
Bref, passant dans les « derniers » lecteurs de ce livre, je voyais et entendais maintes et maintes fois les avis oufissimes sur ce livre!! Et si j’allais pas aimé moi? Pas accroché? Et si j’en attendais trop? (bref, dans ma tête je suppliais que ce livre n’allais pas me faire le même effet que les fiancées de l’hiver…!!!).
J’avais prévu de lire ce livre en vacances, posée, tranquille et détendue pour pouvoir me plonger et apprécier pleinement ce pavé de 900 pages!
Verdict….: j’avoue que je n’ai pas eu totalement le coup de coeur que beaucoup ont eu, je me « contente » d’une très bonne lecture. Mais il est indéniable que ce livre regorge de tellement de choses (dont j’oublierais d’en parler pour certaines j’en suis sûre), que chaque lecteur peut y puiser quelque chose qui l’émoustillera plus qu’une autre. Et puis, j’ai beau chercher, je ne vois aucune remarques négatives ou critiques à émettre!

….Sur les personnages :

            L’histoire oscille entre différents personnages, les principaux étant Cetta et son fils Christmas (ce dernier prendra de plus en plus d’importance au fil des pages) et Ruth, que l’on suit sur 20 ans. 
Indéniablement, je suis tombée sous le charme de Cetta dés les premières pages du livre. Ce début de livre se concentre indéniablement sur elle, son enfance en Italie, sa fuite vers l’Amérique et le début de sa nouvelle vie à New York. Les chapitres consacrés à Cetta ont véritablement constitués un véritable coup de coeur. Même en étant un peu naïve (en même temps, débarquant dans un nouveau pays, un nouveau continent, dans une nouvelle culture, et en sachant sa situation, qui ne le serait pas un peu?), Cetta fait preuve de déterminisme en ayant toujours pour objectif d’être Américaine et d’entamer une nouvelle vie, SA vie. Mais c’est encore davantage qu’elle transmet cette force de vie en son fils, qui au fil de son éducation va prendre de plus en plus d’importance pour devenir véritablement le personnage principal du livre.

Ruth est présentée comme une jeune fille vivant dans une famille bourgeoise, qui ne manque de rien et qui semble se laisser bercer par sa vie douillette. Aux antipodes de Cetta, ce n’est pas la raison qui a fait que ce personnage m’a plutôt agacé, en majorité. Elle apparaît dans l’histoire de manière assez brutale et les moments où l’on s’intéresse à elle sont en définitif trop court. Difficile alors de s’y attacher tout de suite. Et ensuite, que ce soit dans ces malheurs, dans sa reconstruction ou dans le final de l'histoire, je n’ai à aucun moment réussi à la comprendre… 
Si elle était apparue beaucoup plus tard dans le livre, ou même si elle n’y était pas présente, cela ne m’aurait pas dérangée! 

Sans dévoiler qui est véritablement Bill, on le suit de temps en temps tout au long de l’histoire. On ne peut pas aimer Bill de part ses actions, néanmoins, vers les trois quarts du livre j’ai réussi à le cerner et à mieux le comprendre. C’est ce qui est intéressant avec ce personnage, dont on sait pas vraiment pourquoi au début on continue de le suivre, c’est de suivre son évolution psychologique et de voir ce qui peut se passer dans la tête de ce genre de personne. Et étrangement, j’ai réussi à davantage comprendre ce personnage que celui de Ruth… 

Points de vue/Critiques:

A la lecture du livre je me demande si Luca Di Fulvio n’aurait pas le retourneur de temps d’Hermione pour vivre à New York dans les années 20, tellement l’ambiance du lieu et de l’époque sont retranscrits de manière remarquable! Les bruits, les odeurs, les habitudes, et les gens de tout genre sont tellement bien pointés que l’on a l’impression de ne pas être chez soi en 2017! Le voyage dans le passé est assuré et il nous manque d’y retourner une fois le livre refermé.
A côté de cette ambiance fabuleuse, Luca Di Fulvio nous retrace de façon « historique » (sans véritablement le vouloir je pense) tout ce qui a traversé l’Amérique au fil de ces années. La condition des femmes, la prohibition, la prostitution, l’émergence des gangs, les quartiers distincts, les classes sociales, le modernisme, et les progrès culturels (radio, photo, l’écriture, etc…) ponctuent donc constamment l’histoire. 

Avec la plume fine et précise de Luca Di Fulvio, le « Gang des rêves » a un indéniable côté cinématographique. Je crois que c’est la première fois que je voyais les lieux et les détails de façon assez précise (sans pour autant avoir de longues descriptions de l’auteur, mais qui sait parfaitement quand et à quoi apporter des détails) et j’ai trouver des références que l’on retrouve dans Gang of New York ou Titanic. Et mieux encore, j’ai pu visualiser quels acteurs pourraient incarner les personnages: avec évidence Léonardo DiCaprio en Christmas, Emma Watson en Cetta, Emma Stone en Ruth, et Bryan Cranston en Sal.

Comme je le disais préalablement, je n’ai pas eu le coup de coeur pour ce livre qui aurait pû l’être si toute l’histoire était totalement concentrée sur Cetta. Mais ça c’est une question de scénario, donc on n’y peut pas grand chose! Quand Christmas a commencé à prendre plus d’importance dans l’histoire, il m’a fallu un petit temps d’adaptation (en « deuil » de Cetta) mais petit à petit j’ai appris à l’apprécier de plus en plus. Plus sa débrouillardise et son accession sociale et professionnelle se développaient, plus mon attrait et mon affection pour Christmas grandissaient! Mais bon, Cetta n’était pas totalement partie de mon esprit et arrivé vers la fin du livre il me tardait de la retrouver!

J’ai beaucoup aimé la fin de ce livre qui part dans son petit côté romantique qui fait du bien après presque 900 pages de souffrances, de constructions et de réédifications. Même si cette fin me convient parfaitement, je m’attendais peut-être à avoir la surprise de trouver quelque chose de flamboyant et d’assommant, mais peut-être étais-je totalement conditionnée par l’ambiance forte parfois dérangeante. 

En bref:


            Même si ce n’est pas véritablement un coup de coeur pour moi, ce livre est une jolie et rare pépite dont on fait rarement la rencontre. Il faut absolument lire ce livre qui devient très vite addictif et dans lequel l’auteur dépeint à la perfection l’ambiance du New York des années 20 avec des personnages variés et haut en couleurs. Bonsoir New York et à bientôt dans les Diamond Dogs!!

2 commentaires:

  1. Un avis très détaillé, je serai curieuse de lire ce titre à mon tour !! L'ambiance m'intrigue :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. vas-y fonce, lis-le!! Dans n'importe quel sens, il te marquera j'en suis sûre!

      Supprimer