Mes derniers avis romans:



lundi 7 août 2017

L'assassin qui rêvait d'une place au paradis (Jonas Jonasson)




Traduction: Laurence Mennerich
Nationalité de l’auteur: Suédoise
Editions Pocket (2 Février 2017)
352 pages
ISBN-10: 2266271741
ISBN-13: 978-2266271745
Genre: Contemporain
Lu le: 26 Juillet 2017
Ma note: 14/20





Résumé/4ème de couverture:

L'Évangile selon Dédé
Après trente ans de prison, Johan Andersson, alias Dédé le Meurtrier, est enfin libre. Mais ses vieux démons le rattrapent vite : il s'associe à Per Persson, réceptionniste sans le sou, et à Johanna Kjellander, pasteur défroqué, pour monter une agence de châtiments corporels. Des criminels ont besoin d'un homme de main ? Dédé accourt ! Per et Johanna, eux, amassent les billets. Alors, le jour où Dédé découvre la Bible et renonce à la violence, ses deux acolytes décident de prendre les choses en main et de le détourner du droit chemin...

Après son vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire, son analphabète qui savait compter, c'est à un malfrat repenti que Jonas Jonasson donne une seconde chance. Déjanté !

Mon avis…:

… Sur les personnages:

Trois personnages principaux forment le trio de l’arnaque. On retrouve donc :
- Dédé, le criminel notoire, dont les arnaques financières reposent sur sa personne. Sa présence est donc indispensable pour le reste du trio même s’il est tellement bête et naïf au point de devenir le dindon de la         farce, qu’ils aimeraient s’en débarrasser.
- Per Persson (personnage construit dans l’autodérision sur le modèle de Jonas Jonasson homonymement parlant), le réceptionniste en quête d’argent qui va se laisser embarquer dans tout cela, n’ayant pas grand chose d’autre à faire. Personnage assez flegmatique, insignifiant et sans grand intérêt.
- Johanna Kjellander, la jeune pasteure au fort caractère qui se retrouve être le cerveau de cette petite organisation criminelle, totalement immorale et cupide.

Ces trois personnages restent assez flous au niveau de leur personnalité, leur caractère n’étant pas vraiment travaillés. On a l’impression de ne pas les connaître vraiment alors que l’on vient de passer presque 400 pages avec eux. Aucun n’est véritablement touchant et/ou attachant, une sorte de distance de sécurité face à ces criminels est respectée.

… Général:

Dés la sortie de ce troisième opus de Jonas Jonasson, les notes associées à ce livre n’étaient pas bonnes voire mauvaises. J’en ai été assez surprise même si il est vrai qu’après le génialissime et drôlissime « Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire », on descendait déjà d’un cran niveau intérêt avec « L’analphabète qui savait compter ». Il semblerait donc qu’avec ce troisième livre, Jonas Jonasson n’arrive pas à retrouver sa touche de génie.
Qu’à cela ne tienne, j’ai tout de même voulu découvrir ce titre et voir ce qu’il en était. Ce livre n’est au final pas mauvais, je ne peux pas dire qu’il ne m’a pas plu. On retrouve parfaitement la plume déjantée et abracadabrantesque de Jonas Jonasson, néanmoins, il est vrai que l’on descend encore un peu plus niveau de la qualité du scénario. En un sens, cela n’arrive pas à la hauteur du premier lire mais en même temps, puisque l’on retrouve toujours ce schéma d’aventures loufoques, est-ce l’on ne finit pas par se lasser… ?

Points de vue/Critiques:

Dans le détail, l’histoire ne recèle pas vraiment d’arguments afin d’émettre quelques critiques. Je pense que la mauvaise appréciation générale de ce livre vient de son histoire d’un point de vue générale. En effet, comme je le disais on retrouve en tout point la plume caractéristique de Jonas Jonasson avec ses thèmes de prédilection : un personnage principal atypique, une situation totalement loufoque et pas si improbable que cela quand on y pense, des péripéties à la chaîne entrainant tout le monde dans des aventures faisant voyager et toujours un petit groupe de méchants en poursuite. Mais tout cela n’est-il pas au final, trop récurrent au bout du troisième livre ? Toujours plus ou moins le même schéma, des similitudes et des ressemblances qui font que le lecteur n’a plus vraiment d’attrait pour l’histoire.

De plus, ces répétitions se retrouvent pour le coup également dans l’histoire puisque le comique de répétition est un peu trop poussée (trois parties = trois arnaques). Pour chaque partie, le scénario se construit de la même façon: la mise en place d’une arnaque, la découverte du pot-aux-roses, la fuite face aux poursuivants et… la reprise du bussiness sous une nouvelle forme, mais sur le même schéma. Cela forme ainsi une sorte de lassitude qui fait que l’histoire traîne tout de même un peu en longueur…

En bref:

            Une recette payante mais que l’on réchauffe encore une fois avec ce troisième livre de Jonas Jonasson. Même si l’on a aimé cette recette avec “Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire” (qui restera la meilleure mise-en-bouche pour découvrir l’auteur), on a une sensation de trop-plein. Manque d’originalité et trop de répétitions font que l’histoire est poussive, peu intéressante et traîne en longueur.

Autour du livre:
  • Du même auteur :

-       Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire


-       L’analphabète qui savait compter

2 commentaires:

  1. je n'arrive pas du tout à lire cet auteur... Je n'aime pas du tout son style. A chaque fois que je veux retenter, je lis un avis dans le genre du tiens et... je laisse tomber. ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui Jonas Jonasson a un univers particulier totalement loufoque. Pour son premier, j'étais un peu réticente mais le côte déjanté m'a emporté. Je conseille donc vraiment ce premier tome, mais que l'on ai aimé ou pas, de s'arrêter là! ;)

      Supprimer