Mes derniers avis romans:



lundi 15 mai 2017

Songe à la douceur (Clémentine Beauvais)




Nationalité de l’auteur: Française
Editions Sarbacane (24 Août 2016)
Collection Exprim'
240 pages
ISBN-10:: 2848659084
ISBN-13: 978-2848659084
Genre: Contemporain, Romance
Lu le: 8 Mai 2017
Ma note: 19/20





L’histoire:

            Quand Tatiana rencontre Eugène, elle a 14 ans, il en a 17 ; c’est l’été, et il n’a rien d’autre à faire que de lui parler. Il est sûr de lui, charmant, et plein d’ennui, et elle timide, idéaliste et romantique. Inévitablement, elle tombe amoureuse de lui, et lui, semblerait-il… aussi. Alors elle lui écrit une lettre ; il la rejette, pour de mauvaises raisons peut-être. Et puis un drame les sépare pour de bon. Dix ans plus tard, ils se retrouvent par hasard. Tatiana s’est affirmée, elle est mûre et confiante ; Eugène s’aperçoit, maintenant, qu’il la lui faut absolument. Mais est-ce qu’elle veut encore de lui ? Songe à la douceur, c’est l’histoire de ces deux histoires d’un amour absolu et déphasé – l’un adolescent, l’autre jeune adulte – et de ce que dix ans à ce moment-là d’une vie peuvent changer. Une double histoire d’amour inspirée des deux Eugène Onéguine de Pouchkine et de Tchaikovsky – et donc écrite en vers, pour en garder la poésie.

Mon avis…:

            Voici un joli petit bijou de lecture!!! Malgré tous les avis unanimes que j’ai pu voir passer avec le livre, j’avais toujours un peu peur de le découvrir du fait de sa fameuse typographie. Et heureusement que je me suis lancée car je suis vraiment très contente d’avoir pu découvrir ce livre, mais aussi cette auteure qu’il me tarde de continuer de connaître, puisque ce fout un véritable moment de détente durant ma lecture pour aboutir à un très joli coup de coeur!

Points de vue/Critiques:

On va commencer par l’essentiel de ce livre et qui en fait toute sa réputation, c’est évidement la typographie d’écriture. En effet, l’auteure a choisit de nous raconter son histoire en utilisant uniquement des vers!!! Alors effectivement, au premier abord, cela est très déroutant. On a quand même du mal à lire et il nous faut un certain temps d’adaptation. Si j’avais un conseil à vous donner, c’est de prêter le moins possible d’attention à ces vers, n’essayez pas de décrypter les vers ou les liaisons ou de lire suivants les vers. Je pense qu’il faut véritablement lire et enchaîner les vers, comme si finalement ils étaient à la suite les uns des autres comme dans le cas d’une typographie normale. On se laisse ainsi beaucoup plus embarquer dans l’histoire, la lecture devient donc plus fluide et cela n’empêche pas du tout de prendre conscience de toute la poésie et des rimes du texte!

Concernant l’histoire, « Songe à la douceur » est une réécriture inspirée du classique russe « Eugène Onéguine » d’Alexandre Pouchkine écrit entre 1823 et 1831. Je dois avouer que je ne connais pas du tout donc je ne pourrais pas disserter sur la comparaison des deux oeuvres. Comme on nous le dit en 4ème de couverture, « peut-on tomber amoureuse d’une historie d’amour »? Et c’est vraiment là le sujet de l’histoire. Alors il est vrai que malgré toute la beauté de celle-ci, elle n’est en rien originale ou surprenante. 
Dans cette histoire d’amour, on voit l’amour sous tous ses angles avec une ribambelle de sentiments qui en découlent tels que la passion, la tendresse, la haine, la folie, la complicité ou l’amitié…

Un seul léger et minuscule bémol: l’auteure entrecoupe son histoire en s’adressant directement à nous. Je n’avais pas compris ce point de vue, et je croyais (et j’espérais) même que cette personne qui nous narrait l’histoire de Tatiana et Eugène était en fait un personnage de l’histoire dont on découvrirait l’identité à la fin de l’ouvrage. Or, pas du tout, il semblerait qu’il s’agisse tout simplement de Clémentine Beauvais qui apporte sa petite touche de personnalité dans le roman en nous donnant son avis ou en entamant des discussions avec les personnages! Assez étrange et déroutant tout de même.

On peut également « reprocher » à ce livre de ne pas aller en profondeur en ce qui concerne les sentiments des personnages, de passer outre leur psychologie ce qui fait qu’ils ne sont pas attachants et que tout s’enchaîne trop vite et facilement. Je peux tout à fait être d’accord avec cela, mais je pense sincèrement que ce n’est pas le sujet et le genre de roman dans lequel on trouve tous ces aspects. C’est un livre assez court dans lequel on se concentre sur l’amour et sur sa poésie.

En bref:

            Un vrai petit chef-d’oeuvre dans lequel on retrouve certes, une histoire d’amour somme toute assez banale, mais surtout, de la beauté et de la magie. Ce livre repose avant tout sur son écriture atypique constituée uniquement de vers qui retranscrit à merveille toute la poésie de l’histoire. Cela confére également à la plume de l’auteure une réelle élégance et passion retranscrites à travers des mots d’une infime douceur qui ne laissent pas indifférent et qui m’a emporté vers un coup de coeur. Bref, un roman rafraîchissant, envoutant, unique et d’une pure beauté!

Autour du livre:

  • Livre emprunté à la bibliothèque

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire