Mes derniers avis romans:



mardi 11 avril 2017

Zazie dans le métro




Scénario et Illustrations: Clément Oubrerie d’après Raymond Queneau
Nationalité de l’auteur: Française
Editions Gallimard (19 Juin 2008)
Collection Fétiche
72 pages
ISBN-10: 2070610144
ISBN-13: 978-2070610143
Genre: Bande-dessinée
Lu le: 8 Mars 2017
Ma note: 11/20



L’histoire:

            Zazie débarque à Paris pour la première fois chez son tonton Gabriel. Le Panthéon, les Invalides et le tombeau véritable du vrai Napoléon, elle s'en contrefiche. Mais kesski l'intéresse alors, Zazie, à part les bloudjinnzes ? Le métro. Et quand elle apprend que ses employés sont en grève, les injures fusent. C'est qu'il vaut mieux pas la contrarier, la mouflette !

Mon avis:

C’est rare, même très rare, mais voici une bande-dessinée que je n’ai pas du tout aimé. Je n’arrive même pas à trouvé quelques bons points tant dans le scénario que dans les illustrations.

Je n’ai jamais lu le livre, ni vu le film. C’est donc comme un cheveu sur la soupe, à travers cette bande-dessinée que je découvre « Zazie dans le métro ». Et je dois avouer que je n’ai rien compris. Où l’auteur veut-il nous mener, y a-t-il des conclusions à tirer, quelles sont-elles?
On retrouve une petite fille, une petite peste qui ne fait pas jurer et médire, qui débarque à Paris et qui n’a qu’une obsession, c’est de découvrir le métro. Pourquoi? On en saura jamais rien. Durant son séjour, elle rencontrera beaucoup de personnes dont on ne sait quasiment rien et pour lesquelles on se demande à quoi elles servent pour l’histoire si ce n’est meubler le quotidien de Zazie et de son oncle. L’auteur ne va pas au bout des choses avec ses personnages à l’image de l’oncle de Zazie qui est danseuse de charme la nuit dans un cabaret (seule idée qui semblait pertinente) mais dont on en saura pas plus.

Dés le début de ma lecture, une chose m’a considérablement énervée, entachant sérieusement la lecture, c’est l’utilisation outrancière de l’argot qui regorgent d’expressions de cru et de fautes d’orthographes démesurées et qui se moquent des liaisons. L’auteur a certainement voulu donner une belle manière de donner vie à ses personnages venus d’ailleurs que de la grande ville, mais en tant que lecteur, on prend plus de temps à déchiffrer ce que disent les personnages que ce qu’ils sont réellement!

En bref:

            Une bande-dessinée ultra décevante, que je n’ai pas du tout aimé, que se soit dans ses illustrations très simplement crayonnées, ou dans son histoire qui n’a ni queue ni tête, où l’on ne sait pas quoi en retirer si ce n’est des personnages « fantômes » pas assez approfondis ou antipathiques à l’image de Zazie et un langage d’argot injurieux.

Autour du livre:
  • Livre emprunté à la bibliothèque



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire