Mes derniers avis romans:



dimanche 2 avril 2017

Trashed



Titre original: Trashed
Scénario et Illustrations: Derf Backderf
Nationalité de l’auteur: Américaine
Traduction: Philippe Touboul
Editions Çà et Là (23 Septembre 2015)
240 pages
ISBN-10: 2369902167
ISBN-13: 978-2369902164
Genre: Bande-dessinée
Lu le: 22 Mars 2017
Ma note: 15/20



Résumé/4ème de couverture:

            A 21 ans, J. B. se retrouve coincé de nouveau chez ses parents, dans un patelin du fin fond de l’Ohio. Il vient d’arrêter la fac et doit absolument trouver un travail pour ne plus avoir sa mère sur le dos en permanence. Suite à une annonce providentielle, il est engagé comme éboueur contractuel et est bientôt rejoint par Mike, un ancien copain de lycée. Ensemble, ils vont découvrir les joies du métier, se confronter aux habitants les plus dérangés de la ville, aux éboueurs de longue date, aux chiens errants et aux sacs poubelles mal fermés. Pendant une longue année, ils devront faire leur tournée quotidienne sous la pluie, la neige ou sous un soleil de plomb, persécutés en permanence par leur chef, l’infâme Will E.

Après Mon ami Dahmer et Punk Rock & Mobile Homes, Derf Backderf change de registre tout en continuant à nous parler des petites villes de banlieue américaines… Librement inspiré de l’année qu’il a passée à travailler en tant qu’éboueur après sa dernière année de lycée, Trashed est à la fois un truculent récit parsemé d’anecdotes hilarantes, un portrait au vitriol de l’american way of life et un document édifiant sur les dommages collatéraux de la société de consommation.

Mon avis:

            J’avance encore un peu plus dans le prix littéraire Cézam Île-de-France avec cette nouvelle bande-dessinée! J’ai passé un bon moment de lecture avec cette histoire malgré son thème atypique et peu flatteur (mais oh combien nécessaire!) qu’est le ramassage des poubelles. L’histoire est ultra complète puisqu’il s’agit ni plus ni moins d’une oeuvre autobiographique où comment un jeune sorti du système scolaire et pas vraiment motivé se retrouve un peu par hasard avec un premier petit boulot. Celui-ci n’est pas vraiment à la hauteur de ce qu’il espérait et de ce qu’il croyait mais il va lui permettre de voir la réalité du monde du travail en face des yeux. A travers ce métier d’éboueur, Derf Backderf va également prendre conscience de la surconsommation de la société entraînant de nombreux déchets et de la véritable facette humaine. du dénigrement et/ou ignorance de la population pour ces employés oh combien importants.

Puisque l’on suit Derf Backderf, durant toute une année, on prend rapidement conscience que le métier d’éboueur est très différent suivant les saisons, chose qu’il ne nous vient pas si logiquement à l'esprit! Car avec nos changements de consommation au fil des saisons, s’ajoute évidement les changements de conditions météorologiques. L’été est alors synonyme de chaleur donc de décomposition beaucoup plus radie entraînant la venue des mouches et vers, le printemps correspond au « grand ménage de printemps » et donc au ramassage des encombrants, l’automne verra le ramassage des feuilles et branchages arriver et l’hiver sera le moment du ramassage hasardeux et dangereux sur des routes très glissantes des poubelles gelées. 

Derf Backderf dépeint également parfaitement l’esprit de la population sur ce métier d’éboueur. En effet, nombreux sont ceux qui dénigrent ou dans le meilleur des cas ignorent ces employés du ramassage des ordures. Que se soit avec le non respect des règles de ramassage pour ne faire que ce qu’on veut en se disant que de toute façon les éboueurs prendront quand même les poubelles, le non-respect du matériel (lien et sacs poubelles) ou avec des paroles dures et méchantes, les gens n’ont pas de respect pour ce métier. Il ne faut pas oublier que sans le ramassage des ordures, maladies et bêtes en tout genre viendront très rapidement dégrader notre qualité de vie!

Enfin, en fin d’ouvrage l’auteur nous offre quelques pages « techniques" pour en connaître davantage sur le cycle des déchets, afin de savoir comment fonctionne et comment est constituée une benne à ordure ou que deviennent les ordures (décharge ou incinérateur).

En bref:

            Une très sympathique bande-dessinée autobiographique qui nous fait découvrir les subtilités et les coulisses du métier d’éboueur, métier au final quasiment inconnu alors que l’on voit quotidiennement ces hommes de l’ombre mais oh combien nécessaires et importants. 

Autour du livre:
  • Fait parti de la sélection du « Prix Cézam 2017 » 
  • Livre emprunté à la bibliothèque



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire