Mes derniers avis romans:



jeudi 20 avril 2017

Quand la nuit devient jour (Sophie Jomain)





Nationalité de l’auteur: Française
Editions Pygmalion (27 Avril 2016)
238 pages
ISBN-10: 2756419176
ISBN-13: 978-2756419176
Genre: Contemporain
Lu le: 9 Avril 2017
Ma note: 17/20





Résumé/4ème de couverture:

On m’a demandé un jour de définir ma douleur. Je sais dire ce que je ressens lorsque je m’enfonce une épine dans le pied, décrire l’échauffement d’une brûlure, parler des nœuds dans mon estomac quand j’ai trop mangé, de l’élancement lancinant d’une carie, mais je suis incapable d’expliquer ce qui me ronge de l’intérieur et qui me fait mal au-delà de toute souffrance que je connais déjà.
La dépression.
Ma faiblesse.
Le combat que je mène contre moi-même est sans fin, et personne n’est en mesure de m’aider. Dieu, la science, la médecine, même l’amour des miens a échoué. Ils m’ont perdue. Sans doute depuis le début.
J’ai vingt-neuf ans, je m’appelle Camille, je suis franco-belge, et je vais mourir dans trois mois.
Le 6 avril 2016.
Par euthanasie volontaire assistée.

Mon avis…:

Voici une lecture pas facile! Il ne s'agit en rien d'une quelconque mauvaise écriture ou mise en page, mais on aborde ici un thème très difficile et hors du commun, à savoir l’euthanasie volontaire. Et quoique l'on ait pense de cette lecture, je pense que le sentiment général et unanime est le fait que cette histoire ne peut pas laisser indifférent.
 Au début de cette lecture, par le prologue qui nous plonge dans le bain immédiatement sans passer part le pédiluve pour pouvoir prendre la température, j'ai cru que je n'allais pas vraiment apprécier cette histoire et je commencer à douter des avis disant que l'on assistait là a quelque chose de renversant. Puis le ton pris après cette toute première partie nous montre quelque chose de plus doux, de plus apaisant et plus optimiste aussi, qui fait en sorte que je peux dorénavant me ranger auprès des avis positifs et unanimes pour ce livre "coup de poing".

Points de vue/Critiques:

            Un livre traitant du thème de l'euthanasie volontaire, voila quelque chose d'assez peu courant! A l'image du résume de 4eme de couverture qui semble nous montrer tout le tranchant de la situation, le chapitre d'introduction du livre l'est tout autant. Dans ces quelques pages, toute la vie de Camille est résumée allant de sa vie d'enfant ou elle ne se sentait déjà pas normale et a sa place, en passant par sa vie de jeune fille étudiante engluée de plus en plus dans ses problèmes d'identification incluant la boulimie et l'anorexie, jusqu’à sa vie de jeune femme ayant pris sa décision d'en finir avec tout son mal-être. En y ajoutant scarification, dépression, fibromyalgie, et j'en passe, on comprend que sa vie n'est qu'une lente et inexorable descente aux enfers.

Autant être franche et vous dire que ces pages sont vraiment difficiles puisque l'on ressent tout le désespoir de Camille qui semble accuser tous les maux de la terre, qui n'arrive pas à sortir la tête de l'eau ni a voir le moindre petit bonheur de la vie comme n'importe qui pourrait le voir dans un restaurant, une sortie entre amis, des vacances, un cinéma, etc... En étant personne "saine", on a du mal a réellement comprendre la dépression extrême et ultime dans laquelle est plongée Camille et c'est, je pense, ce que l'auteur veut nous faire ressentir évidemment à ce moment-la. Et pour cela, on a envie de hurler et de secouer Camille puisque l'on devine qu'elle a "tout simplement" besoin qu'on lui insuffle le gout de la vie et besoin d'une vraie aide et surtout d'amour.
A la fin de cette partie, qui ne représente que 30 pages du livre, Camille nous dit que voila, elle rentre désormais dans un institut qui fera que dans X jours tout sera terminé pour elle. Et à partir de là, on se demande bien à quoi corresponde toutes les autres pages du livre!!!

L'histoire se déroule donc dans une structure médicalisée en Belgique ou Camille recevra les soins et l’accompagnement nécessaire jusqu’à son euthanasie programmée. Entourée de personnel soignant aux petits soins avec elle, elle verra en eux toute leur humanité et leur bienveillance qui sont bien au-dessus de leur nécessite professionnelle. Camille verra grâce à eux, ses barrières tombées progressivement pour enfin s'ouvrir au monde et aux personnes qui l'entoure, notamment ses parents avec qui elle va pouvoir parler et expliquer.... Sans changer quoique se soit a sa décision d'en finir, au fur et a mesure qu'elle semble sortir la tête de l'eau, on est amené a mieux la comprendre et l’apprécier.
Je ne dirais rien de plus concernant le final pour ne surtout pas spoiler, seulement que le titre du livre ne devient révélateur qu'a ce moment la et que j'ai beaucoup aime cette fin.

« Être libre de mourir comme on le souhaite, c’est aussi être libre de vivre comme on l’entend. »

Même avec un sujet difficile, douloureux et triste, j'ai vraiment apprécier cette lecture a l’issue de laquelle on peut en ressortir grandi et plein d'optimisme (situation paradoxale ou situation voulue et rondement bien amenée par l'auteur?). Néanmoins, je me demande, sans réellement avoir la réponse a cette question, si une personne ayant quelques problèmes psychologiques (de dépression, de troubles alimentaires, etc) devrait lire ou non ce livre?

En bref:

            Avec un récit fictif, Sophie Jomain réussi parfaitement, avec justesse et habileté, a nous interpeller sur des sujets douloureux comme le suicide assiste, la dépression et les souffrances psychiques tout en nous menant par divers états d'esprit allant de la gêne a l’espoir et l'optimisme en passant par la colère et l'empathie, le tout, nous passionnant du début a la fin. Quelque soit son ressenti final, cette lecture ne peut en aucun laisser de marbre!

Autour du livre:

  • Livre emprunté à la bibliothèque 



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire