Mes derniers avis romans:

mercredi 5 avril 2017

Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur (Harper Lee)




Titre original: To kill a mockingbird
Traduction: Isabelle Stoïanov
Nationalité de l’auteur: Américaine
Editions Le Livre de Poche (23 Août 2006), numéro 30617
434 pages
ISBN-10: 2253115843
ISBN-13: 978-2253115847
Genre: Drame, Historique
Lu le: 21 Mars 2017
Ma note: 17/20



Résumé/4ème de couverture:

            Dans une petite ville d’Alabama, à l’époque de la Grande Dépression, Atticus Finch élève seul ses deux enfants, Jem et Scout. Avocat intègre et rigoureux, il est commis d’office pour défendre un Noir accusé d’avoir violé une Blanche. Ce bref résumé peut expliquer pourquoi ce livre, publié en 1960 – au cœur de la lutte pour les droits civiques des Noirs aux États-Unis –, connut un tel succès.
Mais comment ce roman est-il devenu un livre culte dans le monde entier ? C’est que, tout en situant son sujet en Alabama dans les années 1930, Harper Lee a écrit un roman universel sur l’enfance. Racontée par Scout avec beaucoup de drôlerie, cette histoire tient du conte, de la court story américaine et du roman initiatique. Couronné par le prix Pulitzer en 1961, Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur s’est vendu à plus de 30 millions d’exemplaires dans le monde entier.

Mon avis…:

… Général :

            Voici le genre de livre que je pourrais de qualifier de « relique de la PAL » puisque cela doit faire environ 1 an qu’il y est présent. Je voulais bien évidemment découvrir ce classique, mais en sachant que l’histoire n’est pas réellement intense et à suspense et que de nombreux avis étaient soit unanimes soit très décevant, « Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur » est donc resté bien au chaud en attendant le bon moment pour le sortir et le lire. 
Et le bon moment fut une lecture commune avec ma petite Hélène du blog « Ma toute petite culture » et Charlitdeslivres (dont vous pourrez retrouver leurs chroniques respectives ici et !). Et après avoir lu pas mal de jeunesse et de thrillers juste avant cette lecture, ce classique contemporain est aussi venu au bon moment de façon générale. Toutes les conditions étaient donc réunies pour que je me plonge dans ce livre qui m’a beaucoup plu, m’a apaisé et m’a détendu. Une très belle lecture que j’ai déjà envie de relire rien qu’en écrivant cette chronique!

… Sur les personnages :

Scout Finch, la fille d’Atticus, âgée de 8 ans au début de l’histoire, en est la narratrice. On voit ainsi tout à travers son regard d’enfant toute son innocence et sa naïveté sur des sujets compliqués. Scout est une petite fille vive, franche, aux répliques pertinentes et souvent drôles par leur justesse et à l’intelligence affûtée. Malgrès cela, elle ne comprend évidemment pas encore tous les codes de la société dans laquelle elle vit et s'interroge sur des éléments que beaucoup d'adultes ont depuis longtemps acceptés et considèrent banals comme le racisme. Elle tente vraiment de comprendre et d’analyser ce qu’il lui échappe.

Jem Finch, le grand frère de Scout souffle bien souvent le chaud et froid, partagé entre le fait de rester un petit garçon joueur et protecteur envers sa petite soeur, et le fait de devenir un petit homme dont les codes sociaux différent. 

Atticus Finch, le père qui élève seul ses deux enfants, est indéniablement mon personnage préféré. Réfléchi et calme, il a su élever très remarquablement ses deux enfants, dans le partage et le dialogue. Ainsi à chacune de leurs questions d’enfants, pour lesquels les adultes ont généralement des difficultés à répondre pour que les enfants comprennent, Atticus lui, leur réponds comme s’ils étaient de petits adultes. Les mots choisis sont clairs, simples et l’explication qui en sort coule de sens!

Points de vue/Critiques:

Avant de lire ce livre, dans les quelques avis négatifs que j’ai pu voir passé, les personnes s’accordaient sur le fait que l’histoire avait parfois des longueurs et qu’il ne s’y passé pas grand chose au final. C’est donc en sachant cela que j’ai entamé cette lecture sans partir nécessairement avec un avis péjoratif et commencer en freinant des fers!
Mais cet état d’esprit m’a permis de ne pas être déçue et de m’être plus facilement portée par l’histoire. Il est vrai que l’on suit tout simplement la vie de famille de deux enfants dans une petite ville d’Alabama où il n’y pas réellement de grandes aventures trépidantes à raconter, si ce n’est ici le procès d’un Noir défendu par leur père. Mais les personnalités attachantes de tous les personnages et l’écriture simple mais rudement bien construite d’Harper Lee sont réellement là pour porter vers le haut cette histoire. 

Avec cette histoire de procès d’un Noir, Tim Robinson, accusé d’avoir violé une Blanche,  dont on connaît l’issue d'après les codes en vigueur de l’époque, ce roman se concentre sur autre chose au final. Il dépeint ainsi principalement la vie quotidienne dans cette Amérique profonde des années 30 où le racisme et la ségrégation étaient banals et monnaie courante.

J’ai encore plus aimé la fin, où un petit suspect se créer et où la boucle est bouclée je dirais. Que se soit avec la fin du procès, la rancoeur des villageois, et même ce voisin quasiment invisible et donc très mystérieux, tout cela se rencontre et clôt parfaitement cette jolie histoire envoutante. 

En bref:

            Harper Lee a créer de formidables personnages attachants et a une magnifique écriture qui font plonger le lecteur dans cette ambiance particulière de l’Amérique profonde à l’époque de la Grande Dépression pour nous rendre ce roman passionnant. 


4 commentaires:

  1. J'ai une amie qui a adoré ce livre et j'aimerais beaucoup le lire aussi :D ! Contente qu'il t'aie plu malgré ton appréhension ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui cette petite appréhension a fait que j'ai encore plus aimé ce livre du coup! ;)

      Supprimer
  2. Je l'ai lu le mois dernier (c'était mon classique du mois ;) )et je l'ai beaucoup apprécié aussi. J'ai aimé les personnalités attachantes, le message de paix et de tolérance, la réflexion sur l'éducation des enfants. Je n'ai jamais encore lu de critique négative sur ce roman.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Belle pioche alors avec ce classique! C'est vrai que j'ai lu quelques avis négatifs, mais le plus souvent dans le "négatif" c'était des personnes qui n'avaient pas forcément pas aimé l'histoire mais plutôt qu'il l'a trouvé avec des longueurs, ce que je peux comprendre. Charlitdeslivres avec qui j'ai fait la LC a d'ailleurs été de cet avis, qui n'a pas trouvé cette lecture transcendante.

      Supprimer