Mes derniers avis romans:

dimanche 30 avril 2017

L'assassin qu'elle mérite, tome 2: la fin de l'innocence




Scénario: Wilfrid Lupano
Illustrations: Yannick Corboz
Nationalité des auteurs: Française
Editions Vents d’Ouest (23 Mai 2012)
56 pages
ISBN-10: 2749306310
ISBN-13: 978-2749306315
Genre: Bande-dessinée
Lu le: 20 Avril 2017
Ma note: 13/20




Résumé/4ème de couverture:

            Pour l’amour de l’art, deux riches noceurs ont fait le pari de transformer un jeune homme pauvre en ennemi de la société. Choisissant au hasard, ils ont abreuvé Victor Wickhoff de richesses et de luxure avant d’arrêter brutalement leurs largesses et de l’abandonner à son sort. Perdu, frustré, Victor tente de se venger l'arme à la main, mais l'affaire tourne au fiasco. Il s'enfuit, et c’est son père qui est arrêté à sa place… Le jeune homme, plus seul que jamais, est recueilli par Hermann, un ouvrier au chômage, militant des théories antisémites qui se développent dans la Vienne de 1900.

Mon avis:

Je me rappelais parfaitement du thème du premier volume et particulièrement sur le but des deux riches qui s’ennuient et qui ont voulu formater le jeune Victor Wickhoff comme un ennemi de la société. Un jeu malsain qui a fini par aboutir à faire perdre la tête à ce jeune homme paumé.
Et dans ce deuxième tome, tous mes repères sont tombés. Je ne reconnaissais pas notre jeune « héros », ni mêmes les deux hommes riches qui lui ont tendu ce piège… En revanche, ce piège évolue rapidement et resserre de plus en plus ses griffes sur Victor. On assiste donc à la lente transformation d’un fils exemplaire, machiavéliquement façonné par un dandy désabusé qui entend faire de sa déchéance une œuvre d’art. Le jeune Viennois préfère donc céder à la facilité et à la violence envers ceux qui, à ses yeux, contrarient ses aspirations.

Mais la déliquescence morale, fût-elle d’un adolescent, n’est pas l’unique sujet de cet album, qui aborde dans une Vienne en pleine effervescence, nombre de thématiques fortes comme : l’antisémitisme, le proxénétisme ou bien encore le cynisme des riches envers la résignation des pauvres.

En bref:

            La capitale Autrichienne et ses différentes ambiances et thématiques qui montent parmi la population sont parfaitement retranscrites et sont très intéressantes, néanmoins, en ce qui concerne le jeune Victor, il se perd dans sa personnalité entre instinct et manipulation, ce qui perd également le lecteur… 

Autour du livre:
  • Tome 1: Art nouveau (<— chronique à retrouver ici)
  • Livre emprunté à la bibliothèque



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire