Mes derniers avis romans:



lundi 3 avril 2017

Histoire du garçon qui courait après son chien qui courait après sa balle (Hervé Giraud!





Nationalité de l’auteur: Française
Editions Thierry Magnier (23 Mars 2016)
125 pages
ISBN-10: 2364748380
ISBN-13: 978-2364748385
Genre: Jeunesse
Lu le: 27 Mars 2017
Ma note: 10/20





Résumé/4ème de couverture:

            Ils étaient trois comme les trois doigts de la main (de la tortue ninja). Cali, sa sœur jumelle, rubens, le chien et lui. Ils ont leur propre langue, et se suffisent à eux-mêmes. Cali est vive, lui rêveur, Rubens joueur. Mais Cali est terrassée par une méchante maladie et Rubens fugue. Le garçon se persuade que s’il retrouve le chien, sa sœur guérira. Il mettra toute son énergie, son imagination aussi, pour le ramener à la maison.

Mon avis…:

A la lecture du résumé de 4ème de couverture, les informations données étaient alléchantes et semblaient nous donné une histoire « sympa »: des jumeaux fusionnels, la survenue d’une maladie, l’affection pour un chien. On devine alors par avance les émotions par lesquelles on va passer avec ces personnages: détresse, peur, espoir…
Heureusement pour nous lecteur, le livre fait seulement une centaine de pages puisque l’histoire s’avère au final très décevante. Je me suis même fait violence pour ne pas abandonner ce prit livre pour pouvoir passer à autre chose.

Points de vue/Critiques:

            Malheureusement, je vais avoir du mal à retirer des points positifs à ce livre. Ne serait-ce que le style d’écriture qui ne m'a pas convaincue, puisque je l’ai trouvé assez lourd. Ma lecture n’était pas forcément fluide, j’ai quand même mis un petit peu de temps pour lire ce livre alors qu’il n’est pas conséquent! On pourrait alors penser qu’il peut s’agir d’un problème de traduction, mais comme ici il n’en est pas question… 

Le plus gros problème de l’histoire est la relation gémellaire entre Cali et son frère (je ne me rappelle plus de son prénom qui ne doit être cité qu’une ou deux fois maximum dans le livre). Tout dans cette relation n’est pas logique! Même si on a beaucoup de mal à retrouver la complicité entre les deux ados, le frère et la soeur semblent fusionnels, mais au lieu que la personnalité de l’un équilibre celle de l’autre, on a un des deux qui prend le dessus sur l’autre. Cali est donc présentée comme la fille très intelligente, réfléchie, belle et joyeuse. Son frère est quand à lui caractérisé comme tout son contraire: introverti, morne, mis à l’écart et même complètement stupide! 
A la lecture de la personnalité du frère de Cali (à travers ses réflexions et ses actions), j’ai même plutôt retrouvé en lui, un adolescent autiste: difficulté à établir des relations sociales, déconnexion de la réalité, identification difficile des émotions et obsession d’un fait non majeur pour occulter un problème principal. 
Je ne vois donc pas du tout où veut nous emmener l’auteur, puisqu’on a l’impression que lui-même n’a pas réussi à identifier quelle personnalité il voulait donner à ses personnages.

En bref:

            Ce petit livre est à l’image d’une pâtisserie exposée en vitrine: à l’extérieur en façade, cela s’avère très alléchant, on en a déjà l’eau à la bouche mais une fois ente les mains, on a finalement quelque chose de fade, voire d’indigeste. Style d’écriture particulier et gros problème concernant les personnalités. Heureusement que l’on ne perd pas trop de temps avec cette lecture, quoiqu’il en soit, on peut passer son chemin! 

Autour du livre:

  • Livre emprunté à la bibliothèque

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire