Mes derniers avis romans:

mercredi 8 mars 2017

La différence invisible




Scénario: Julie Dachez
Illustrations: Mademoiselle Caroline
Nationalité des auteurs: Française
Editions Delcourt (31 Août 2016)
Collection Mirages
196 pages
ISBN-10: 2756072672
ISBN-13: 978-2756072678
Genre: Bande-dessinée, Psychologie
Lu le: 4 Mars 2017
Ma note: 17/20



Résumé/4ème de couverture:

            Marguerite a 27 ans et à première vue, rien ne la distingue des autres. Elle est jolie, vive et intelligente. Elle travaille dans une grande entreprise, vit en couple… Pourtant, dll est différente et lutte chaque jour pour préserver les apparences. Lassée de se sentir en permanence décalée, elle décide un jour de partir à la rencontre d’elle-même; sa vie va s’en trouver profondément modifiée.

Mon avis:

            J’ai reçu cette bande-dessinée de la part de Zazezizozu lors de notre dernier swap pour Noël dernier. Je ne l’a remercierai jamais assez pour ce cadeau!!!! Je ne connaissais pas du tout ce livre, mais elle a parfaitement su cibler mes goûts à travers ce cadeau: une bande-dessinée + un sujet sur l’autisme = Bingo!!!!

Ce livre nous raconte donc l’histoire de « Marguerite » alias Julie Dachez racontée par une future rencontre qui deviendra son amie, la libraire et dessinatrice Mademoiselle Caroline. Marguerite semble avoir la même vie de tout le monde (appartement, boulot, copain) mais elle sent que quelque chose ne va pas en elle: hypersensibilités multiples, difficultés sociales, besoin de solitude et d’habitudes routinières, problèmes de communication… Même si ses médecins et psys déjà consultés ne lui ont jamais rien diagnostiqués, Marguerite décide un jour de faire ses propres recherches et démarches pour arriver longtemps après, à poser officiellement un diagnostic: elle est atteinte du syndrôme d’Asperger.

J’ai vraiment beaucoup aimé découvrir cette bande-dessinée et l’histoire de Marguerite. J’aime souvent lire et découvrir le témoignage d’autres personnes autistes, mais comme cela nous ait dit en préface par deux professionnels, le syndrôme d’Asperger est plus rare chez les femmes (de part le ratio génétique et de part la sous-estimation des symptômes plus facilement camouflés). Et mettre cette histoire sous forme de bande-dessinée est vraiment distrayant et permet de mettre davantage l’accent sur le mal-être et les symptômes de la personne souffrante d’autisme.

Points de vue/Critiques:

J’ai des connaissances scientifiques sur l’austime mais je ne côtoie pas cet handicap au quotidien. Alors quand on découvre tous les préjugés, les réflexions, les idées reçues sur l’autisme qu’ont les personnes qui entourent Marguerite (amis, collègues, hiérarchie, inconnus), on tombe de haut!!! C’est la raison pour laquelle, de façon générale, ce livre s’intéresse en particulier aux symptômes de ce syndrôme d’Asperger. On comprend comment une personne en souffrant, notamment lorsqu’il s’agit d’une femme, peut s’adapter au quotidien aux bruits, aux conservations, aux imprévus, comment elle en souffre ou comment elle peut se sentir rassurer par moments.



Puis on assiste à la métamorphose de Marguerite lorsqu’enfin un diagnostic est posé. On voit en elle, qu’un poids considérable sur ses épaules s’est envolé, tout simplement parce qu’on a reconnu son handicap. On la découvre alors souriante et rayonnante. Car elle peut désormais mettre des mots sur sa « différence invisible » et peut côtoyer des personnes comme elle. 
Se pose alors aussi dans ce témoignage le problème du diagnostic. Car oui en France nous sommes non seulement très en retard (40 ans!!!) en manière d’autisme en ce qui concerne l’éducation et la scolarisation, mais également en manière de diagnostic (la France a été condamnée 2 fois par le Conseil de l’Europe). Mais quand je vois qu’à l’université (pour y avoir été présente), dans ce cursus « neuropsychologie » à quel point les étudiants sont nombreux et les professeurs compétents, on se demande d’où vient le problème! On se doute alors que le goulot d’étranglement s’opère à la sortie d’études et qu’il s’agit sûrement d’une question de génération (la nouvelle génération essaie de combler la retard sur l’ancienne génération).

En ce qui concerne les illustrations, je dois avouer que je n’en suis pas fan. Le coup de crayon est très simpliste, le choix de couleurs assez étrange… Néanmoins, ces illustrations sont parfaites pour l’histoire qui cadrent parfaitement.

En bref:

            Une splendide bande-dessinée qui nous offre un authentique témoignage sur une femme atteinte du syndrôme d’Asperger. On y découvre alors tous ses symptômes et son mal-être caractéristiques de cet handicap qui l’a font devenir « invisible », les préjugés et idées reçues horribles des personnes ignorantes, et comment la pose de son diagnostic va permettre à Marguerite de se libérer  de tous ces affranchis.

Autour du livre:



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire