Mes derniers avis romans:

mercredi 22 février 2017

Quelqu'un à qui parler (Cyril Massarotto)





Nationalité de l’auteur: Française
Editions XO Editions (9 Février 2017)
269 pages
ISBN-10: 2845638825
ISBN-13: 978-2845638822
Genre: Contemporain
Lu le: 19 Février 2017
Ma note: 16/20





Résumé/4ème de couverture:

            Samuel fête ses trente-cinq ans, seul face à des assiettes vides. La déprime est proche. Il attrape alors son téléphone mais réalise qu'il n'a personne à qui parler. Soudain, un numéro lui revient en mémoire : celui de son enfance et de la maison du bonheur familial depuis trop longtemps disparu. Tiens, et s'il appelait ? À sa grande surprise, quelqu'un décroche. Et pas n'importe qui : c'est à lui-même, âgé de dix ans, qu'il est en train de parler ! Mais que dire à l'enfant que l'on était vingt-cinq ans plus tôt ? Finalement, chaque soir, à travers ce téléphone, Samuel va s'interroger : l'enfant que j'étais serait-il fier de ma vie ? Aurait-il vraiment envie de devenir l'adulte que je suis aujourd'hui ? Ne l'ai-je pas trahi en renonçant à mes rêves ? Grâce à ce dialogue inattendu et inespéré, Samuel va, peu à peu, devenir acteur de sa vie. Et avancer, enfin !

Mon avis…:

…Général:

Avant de commencer à donner mon avis sur ce livre, je tiens à remercier chaleureusement Livraddict et les éditions XO pour cette proposition de partenariat et pour leur envoi toujours très rapide et soigné (après cette fois-ci un petit dossier de presse inclus dans le livre!).
Je ne connaissais pas du tout cet auteur, Cyril Massarotto, qui a déjà publié 7 livres dont son plus grand succès « Dieu est un pote à moi ». Ce livre m’a attiré par son histoire, contemporaine, avec son soupçon de mystère puisque Samuel adulte va parler au téléphone avec lui-même, mais dans le passé lorsqu’il avait 10 ans. Cette petite touche de fantasy n’est pas sans rappeler la patte de Guillaume Musso

Au final, je suis très contente de cette lecture, avec laquelle on passe un très bon moment, l’histoire est très fluide et se lit très rapidement. On retrouve évidement l’innocence de l’enfant donnant une très agréable touche de fraîcheur, tout en nous rappelant des choses fondamentales qui peuvent nous donner un bénéfique coup de pied aux fesses, sans pour autant nous parler de morale.

… Sur les personnages:

Samuel, 35 ans, est fils unique, n’a plus ses parents et peu de famille restante, il travaille, a quelques amis, mais pas de petite amie. Et parce que ses amis les plus proches sont ses voisins Marcel et Marceline, un couple de retraité, et qu’un soir il n’a personne autour de lui disponible pour discuter, on pourrait le prendre pour un « loser ». Mais on voit très nettement en Samuel qu’il n’est pas une telle personne, malgré son pessimisme. 
Au contraire, j’ai vu en Samuel, n’importe quel jeune homme de 35 ans. Il est entouré « familialement », amicalement et socialement. Mais les aléas de vie qui passe rapidement mettent parfois des grains de sable dans la roue motrice qui font qu’un soir on se demande à qui parler…

Le couple M&M's (Marcel et Marceline) sont particulièrement touchants. On aimerait tellement les avoir pour voisins! On comprend parfaitement pourquoi Samuel dîne chez eux tous les soirs, voyant en eux des substituts de parents. Et connaître leur histoire passée permet de mieux les comprendre et les aimer.

Points de vue/Critiques:

J’ai beaucoup aimé le personnage de Samuel. Comme je le disais précédemment, il est le portrait parfait de monsieur-tout-le-monde. On se sent ainsi très proche de lui. Lui-même se livre sur sa vie, sur son caractère, de façon concise mais juste et humaine, et cela notamment grâce à la plume de l’auteur. D’ailleurs, grâce au dossier de presse qui inclue une interview de Cyril Massarotto, ce dernier nous apprend qu’il qualifie non pas ce livre d’autobiographique mais d’auto-caractériel. Pour cela, il se place comme le personnage principal de son histoire et imagine ainsi ses propres réactions face aux évènements. Et je trouve cela tellement juste et percutant, que le tout fait mouche et nous saisi!!! (Après tout, je crois sincèrement que tout le monde se rappelle de son premier numéro de téléphone!!) Vraiment bravo!

La « leçon » de l'histoire, même si je n’aime pas utiliser ici ce terme puisqu’il n’y a rien de moralisateur et que tout est en subtilité, est magnifique. Les deux Samuel forme un duo de choc, l’un apportant quelque chose de fondamentale à l’autre. On retrouve ainsi l’enfant chez qui tous les rêves sont possibles et réalisables mais qui a besoin de la sagesse et du recul d’un adulte. Chez l’adulte, au contraire, les rêves sont enfouis au plus profond de soi et ont donc besoin d’être parfois ramenés en surface.

Comme je le disais en préambule, le fait que le « grand Samuel »  parle au « petit Samuel »  a une petite touche signée Guillaume Musso. Mais la comparaison s’arrête là, puisqu’ici on ne se trouvera pas d’explications rationnelles à cet évènement « magique ». Cela aurait pu me contrarier, mais pas du tout puisqu’on se laisse totalement porté par cette magie qui nous vide la tête.

En bref:

            L’histoire est magique, envoutante et son message passe parfaitement au lecteur sans l’assommer d’une morale, grâce à la plume fluide et rythmé de l’auteur. On ressort de cette lecture avec du baume au coeur et le sourire aux lèvres en sachant que tout finit par s’arranger, qu’il faut toujours garder en tête nos rêves d’enfants, et qu’en regardant bien autour de nous et pas si loin que ça, des personnes sont toujours là pour nous faire avancer.

Autour du livre:
  • Livre lu en partenariat




2 commentaires:

  1. Je viens de le refermer et je fais le tour des billets après avoir écrit le mien. Je suis d'accord avec toi, c'est une histoire avec un joli message sans avoir la lourdeur d'une morale !

    Au plaisir de te lire,
    Cajou

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui ce n'est habituellement pas vers ce genre de lecture que je me tourne, mais c'est un livre frais, agréable, relaxant.

      Supprimer