Mes derniers avis romans:

vendredi 10 février 2017

Love, tome 2: Le renard



Scénario: Frédéric Brrémaud
Illustrations: Federico Bertolucci
Nationalité des auteurs: Française et Italienne
Editions Ankama (30 Août 2012)
Collection Etincelle
80 pages
ISBN-10: 2359102850
ISBN-13: 978-2359102857
Genre: Bande-dessinée
Lu le: 6 Février 2017
Ma note: 15/20



Résumé/4ème de couverture :

Une île est un navire qui affronte les éléments, les assauts de l’océan, les morsures de l’hiver… mais qui peut faire naufrage à tout instant.
Que reste-t-il à ses occupants sinon une lutte pour survivre et pour protéger les siens quand le navire sombre et que le chaos s’installe…
Quand le paradis devient enfer…           

L’histoire:

            Sur une petite île du grand nord, un volcan entre en éruption, un monde disparaît. Les animaux gagnent la partie basse de l’île, les oiseaux paniquent, les phoques se jettent à l’eau. Et pourtant, il est un animal, un renard, qui court à contresens, mû par un étrange instinct qui dépasse le besoin de survivre. Rien, pas même les coulées de lave, les troupeaux de bœufs musqués en fuite ou les ours ne lui feront rebrousser chemin !

Mon avis:

Après « Le Tigre » je continue de découvrir cette série de bande-dessinée particulière puisqu’il n’y a pas de texte. Voici donc une « lecture » reposante où bien évidement on prend le temps de bien contempler tout ce qui se passe puisque le scénario est tout de même présent. 

Points de vue - Critiques:

Pour ce tome, j’ai trouvé que l’histoire était un peu moins centrée sur son personnage principal, le renard, au profit d’autres animaux. C’est la raison pour laquelle, en comparaison, j’ai préféré le premier tome concernant le tigre.
En effet, alors que le héros félin de l’opus précédent s’avérait omniprésent, le renard l’est moins puisqu’il cède fréquemment la place aux animaux qu’il croise ou qui se trouve dans les parages pour des séquences plus ou moins longues (orques, boeuf musqué, ours, phoques).

En revanche, les deux livres ont le même point commun qui se révèle être le gros couac de cette saga: c’est l’illogisme dans les rencontres et habitats des animaux…
On situe donc ici l’histoire quelque part en Arctique. Jusqu’ici tout va bien mais on s’arrête rapidement puisque notre héros de l’histoire est un renard, roux le renard… A t-on déjà vu des renards roux sur des sols glaciaires (qui ne survivraient pas dans ces conditions climatiques sans possibilité de camouflage et sans fourrure)? N’est-ce pas plutôt des renards blancs présents sur les sols Arctiques? On continue l’illogisme avec les ours polaires (ok tout va bien) qui rencontrent des ours bruns… Bah non!!!
Autre point pour lequel je ne suis pas sûre, c’est la présence de volcans (en activité de préférence) pour ces terres glaciaires arctiques… Vrai ou faux?

En revanche, le vraiment bon point de ce tome par rapport au précédent, c’est le manque d’anthropomorphisme puisque le renard n’a pas été croqué avec des expressions humaines que l’on retrouvait assez fréquemment avec le tigre.

En bref:

            Ce deuxième opus de cette série exempt de texte reste resplendissant par ses dessins, mais qui pêche encore plus que le premier tome par tous les illogismes animaliers et environnementaux qui agacent sérieusement, surtout quand on s’y « connaît » un peu, mais qui « passe » sans cet oeil critique… 

Autour du livre:
  • Tome 1: Le tigre (<— chronique à retrouver ici)
  • Livre emprunté à la bibliothèque



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire