Mes derniers avis romans:

vendredi 17 février 2017

L'île sans sourire




Scénario et Illustrations: Enrique Fernandez
Nationalité de l’auteur: Espagnole
Editions Drugstore
56 pages
ISBN-10: 2356260552
ISBN-13: 978-2356260550
Genre: Bande-dessinée
Lu le: 12 Février 2107
Ma note: 17/20





Résumé/4ème de couverture :

            C’est une terre isolée par les flots, par les embruns.
En son sein se dissimule le plus étrange des mystères…
Un homme hanté par le passé va s’y perdre… et renaître.

L’histoire:

            Yulkukany, l'île aux baleiniers. Un morceau de terre battu par les embruns, majoritairement occupé par une nature sauvage et grandiose, et ponctué de masures éparses habitées par des autochtones taciturnes et méfiants. Car nombreux sont les marins que la mer n’a pas rendus à leurs foyers… Milander Dean, géologue, débarque à Yulkukany en mission de recherche. Mais Dean cherche aussi et surtout un havre de tranquillité pour passer le temps. Seul. Un temps devenu abominablement long depuis la perte d'être chers. Un temps dont il n'a finalement plus que faire… Elianor, native de l’île, est au contraire la joie de vie incarnée. Une petite fille rêveuse, sensible, adorable comme tout, à l’imagination vive et sans limites, à la bonne humeur contagieuse. Si ce n'est que pour Dean la bonne humeur est justement une maladie. Et qu'il n'a pas l'intention de se laisser contaminer…

Mon avis:

Voici une très jolie histoire. Comment qualifier « L’île sans sourire »? A la fois conte, fable, rêve, fantasy, réel, aventure, tout est là sans se mélanger complètement au point de perdre pied. Ce mélange est savamment distillé pour nous montrer que les contraires s’attirent et que chacun peut apporter quelque chose à l’autre. 
Alors que le géologue est un modèle de mélancolie et de raisonnable, la mignonne demoiselle vit dans un fantasme permanent, empli de créatures fantastiques. En s'apprivoisant, chacun va contaminer l'autre à sa façon : le pragmatisme de l'un n'est rien sans l'espoir que suscitent les rêves ; et l'onirisme n'a de cesse de se heurter à la dure réalité. Les protagonistes sont magnifiques, leur caractère -fort- est bien transcrit par les diverses émotions lisibles sur leur visage. L'ombre et la lumière, qu'ils semblent symboliser, les entourent en permanence et sont sublimées chacune par son contraire. Cette maîtrise de la lumière est incroyable au point d’avoir vraiment l’impression que certaines vignettes illuminaient et scintillaient!

Les thèmes abordés me tiennent à coeur comme la joie de vivre, le courage de surmonter ses peines et de croire en tout le positif que la vie peut nous apporter, malgré tout. Se laisser envahir par la tristesse est certes la voie la plus facile mais la récompense qui nous attend après toutes les difficultés d'une reconstruction est bien plus belle.

Ce livre respire donc la joie de vivre grâce à l'harmonie entre l'histoire et les graphismes. Le dynamisme ambiant rappelle par bien des aspects les dessins animés, notamment ceux de Miyazaki où les charmes sont omniprésents.

En bref:

            La lecture de L'île sans sourire est enchanteresse. Elle rappelle que chacun peut trouver en son contraire quelque chose qui lui manque pour s’épanouir pleinement et rappelle également à ceux qui l'ont oublié que les créatures fabuleuses existent, pour peu qu'ils sachent les faire vivre. Une magnifique histoire touch Miyazaki.

Autour du livre:
  • Livre emprunté à la bibliothèque

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire