Mes derniers avis romans:



lundi 20 février 2017

Les contes du boudoir hanté, tome 2




Scénario: Jean-David Morvan
Illustrations: Yishan Li
Nationalité des auteurs: Française et Chinoise
Editions Delcourt (8 Octobre 2008)
48 pages
ISBN-10: 2756011169
ISBN-13: 978-2756011165
Genre: Bande-dessinée
Lu le: 19 Février 2017
Ma note: 16/20



Résumé/4ème de couverture:

            Les contes du boudoir hanté, en chinois « Liaozhai zhiyi », sont une suite ébouriffante de 496 nouvelles fantastiques recueillies et écrites par Pu Songling, entre le 17 et 18ème siècle. Il y est question, entre autres, de maisons hantées, de dragons, de fantômes, de renards magiques et autres monstres du bestiaire traditionnel chinois…

Cet album est l’adaptation de la troisième histoire du troisième rouleau de texte. Elle a pour nom celle de son héroïne: Hua Gu Zi (« la fille fleur » en chinois »). Elle tombe amoureuse au premier coup d’oeil d’un jeune voyageur perdu dans la montagne, alors qu’il venait de sauver un renard. Mais le père de la jeune femme refuse de bénir cette union, pour une mystérieuse raison… 

L’histoire:

            An était un homme extrêmement bon. Il venait toujours en aide aux autres, parents, amis et plus démunis, jusqu’au jour où il sauva un renard pris au piège. Peu de temps après avoir libéré l’animal, un vieil homme, apparu de nulle part, lui offrit le gîte et le couvert dans son humble demeure. An ne se doutait pas encore qu’en acceptant cette offre, la Providence placerait sur son chemin la belle et troublante Hua

Mon avis:

Tout comme le premier tome, voici un très joli conte chinois mis en scène sous forme d’images. On retrouve ici une histoire de personnages mi-animal mi-humainla bonté et le dévouement de soi sont les thèmes de ce conte. L’histoire est simple, belle et poétique, il n’en faut pas plus.

En ce qui concerne les illustrations, on reste évidemment dans les traits de mangas où les visages, en particulier féminins, sont très beaux. En revanche, les traits d’expression sur les visages ne sont pas assez prononcés.

En bref:

            Encore une belle découverte de ce très joli conte chinois, poétique et tout en finesse. Les dessins sont à l’image de l’histoire, simples et qui se suffisent à eux-mêmes.

Autour du livre:
  • Tome 1 (<— chronique à retrouver ici)
  • Livre emprunté à la bibliothèque



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire