Mes derniers avis romans:

lundi 30 janvier 2017

Les enquêtes d'Enola Holmes, tome 1: La double disparition (Nancy Springler)



Titre original: An Enola Holmes Mystery: The Case of the Missing Marquess
Traduction: Rose-Marie Vassallo
Nationalité de l’auteur: Américaine
Editions Nathan (4 Juin 2009)
263 pages
ISBN-10: 2092522639
ISBN-13: 978-2092522639
Genre: Jeunesse
Lu le: 25 Janvier 2017
Ma note: 15/20



Résumé/4ème de couverture:

            Ma mère m’a appelée Enola, qui, à l’envers, se lit alone, « seule » en anglais. Et lorsque Mère disparait, le matin de mon quatorzième anniversaire, c’est bel et bien seule que je me suis retrouvée. Appelés à l’aide, mes frères Mycroft et Sherlock Holmes - oui, le célèbre détective - n’avaient en fait qu’un idée en tête: m’envoyer en pension pour faire de moi une lady. Mais, en refusant d’accepter ce sort, je décidai plutôt de prendre mon destin en main et de me lancer, seule, à la recherche de ma mère.

Mon avis…:

            Voilà une très sympathique histoire policière pour un très jeune public. Pour des personnes plus aguerries, on va dire que c’est gentillet: une écriture simple et rapide, une enquête pas vraiment prenante et haletante. Néanmoins, il n’y a pas vraiment de défauts à cette histoire.

Points de vue/Critiques:

L’histoire se situe à Londres à l’époque victorienne. Et j’ai beaucoup aimé cette ambiance et cette époque fabuleusement bien « documentée » par Nancy Springler qui décrit parfaitement les enquêtes policières de l’époque, la condition féminine ou encore les codes vestimentaires en vigueur. L’accent est davantage mis sur les difficultés des femmes avec leurs différents corsets et leurs effets néfastes, sur leur condition par rapport à leurs maris puisqu’elles sont sous la coupe des hommes, et également sur les suffragettes pour lesquelles j’ai été très contente de les voir citées dans ce livre jeunesse.

Cette condition féminine superbement bien exploitée dans ce livre, se retrouve également à travers le personnage d’Enola. Malgré son jeune âge, elle ne compte pas avoir l’état d’esprit d’une femme de l’époque. Elle se montre donc très indépendante et forte de caractère, solitaire et déterminée, tout en étant très mature et intelligente pour son âge.

Concernant l’histoire de la double disparition, elle reste en revanche assez simple et pas assez approfondie (cette simplicité se retrouve aussi dans les fameux « messages codés »). Ainsi, je pensais que le frère d’Enola, Sherlock Holmes, serait davantage présent aux côtés de sa soeur dans l’enquête et qu’on finirait pas retrouver leur mère à la fin… En effet, les deux enquêtes de disparition vont s’imbriquer et se rejoindre mais seule l’une des deux est véritablement résolue, l’autre ne l’est que vaguement, sûrement pour ne pas laisser le lecteur sur sa faim mais suffisamment pour lui donner l’envie de poursuivre la série.

En bref:


            Une histoire d’enquête assez simple et peu haletante mais qui a l’avantage de mettre en avant une héroïne féminine et l’époque victorienne Londonienne avec sa condition féminine particulière. Ce livre convient donc parfaitement pour le jeune public ciblé, mais qui reste assez ennuyeux pour un public averti, raison pour laquelle je ne continuerais pas à lire cette série. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire