Mes derniers avis romans:

mardi 20 décembre 2016

Ekhö, monde miroir, tome 4: Barcelona





Scénario: Christophe Arleton
Illustrations: Alessandro Barbucci
Nationalité des auteurs: Française et Italienne
Editions Soleil Productions (2 Septembre 2015)
50 pages
ISBN-10: 2302047443
ISBN-13: 978-2302047440
Genre: Bande-dessinée
Lu le: 16 Décembre 2016
Ma note: 16/20




Résumé/4ème de couverture:

            Ekho est un monde miroir de la Terre. On y retrouve nos villes, nos pays mais légèrement différents: l’électricité n’existe pas, les dragons remplacent les avions de ligne, les wagons du métro sont sur le dos d’étranges mille-pattes… Mais les plus étonnants sont les Preshauns qui, sous leurs airs de peluches formalistes, semblent tenir les rênes de ce monde… Fourmille Gratule et Yuri Podrov se sont retrouvés projetés sur Ekhö et doivent y trouver leur place. D’autant que Fourmille se retrouve régulièrement habitée par des personnalités de morts récents…Mais cette fois elle héberge un hôte inhabituel, qui miaule et saute sur les toits de Barcelone! Une aventure fantastique drôle et décalée, une étrange plongée dans le monde de l’art avec un génie nommé Salvador!

L’histoire:

            L’agence de Fourmille est criblée de dettes et la banque menace de la saisir sous quinzaine. Pourtant, un autre problème encore plus urgent va accaparer la jeune femme. Partie à Barcelone pour donner un spectacle dans un grand club de la ville, Grace a été arrêtée pour vol d’œuvres d’Art. Avec Yuri et Sigisbert, le Preshaun attaché à sa surveillance, elle va mener l’enquête pour innocenter son amie. Très vite, l’affaire prend une tournure étonnante, l’esprit de Fourmille étant occupé par un chat. 

Mon avis:

            Voilà, ce que l’on pouvait craindre à l’issue du tome précédent s’est produit : une nouvelle ville, une nouvelle investigation, une Fourmille hantée par une personne disparue, bref du déjà-vu. Cela pourrait s’avérer génânt et de moins en moins intéressant pour la plupart des lecteurs, mais moi j’aime cette régularité qui a un petit côté « rassurant ». On sait à quoi s’attendre plus ou moins, on ne se pose pas mille questions, on se laisse juste porter dans les péripéties de Fourmille. Et puis il est toujours agréable de retrouver encore jusqu’au tome 4, tout ce qui a donné le coup de coeur lors du premier tome! Les suites s’avèrent trop souvent décevante car elles s’éloignent plus ou moins de l’intrigue originale…

La narration s’appuie encore sur des références et autres clins d’œil exposés sur un ton vif et enjoué. Christophe Arleston prend à nouveau un malin plaisir à mettre son héroïne dans des situations pas possibles, voire même des positions improbables puisque la voilà possédée par un chat. Cette possession était assez inattendue et vraiment drôle! (surtout lorsqu’elle se lèche le pelage des pattes…!!!).

J’ai aimé voir (enfin) que le scénario global évoluait un peu, dans le sens où Fourmille et Yuri découvrent enfin ce que sont en vérité les Preshauns….!

En bref:

            On se laisse encore une fois porter par ce nouveau scénario de ce monde miroir, qui n’évolue pas dans la nouveauté mais qui reste plutôt sur les bases que l’on connaît et qui ont fait de cette série tout son attrait. C’est donc pour moi très plaisant et rassurant de voir que la série reste fidèle à elle-même au fil des tomes.

Autour du livre:
  • Livre emprunté à la bibliothèque
  • Tome 1 (ß chronique à retrouver ici)
  • Tome 2 : Paris Empire (ß chronique à retrouver ici)
  • Tome 3 : Hollywood Boulevard (ß chronique à retrouver ici)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire