Mes derniers avis romans:



lundi 28 novembre 2016

The memory book (Lara Avery)





Titre original: The memory book
Traduction: Julie Lafon
Nationalité de l’auteur: Américaine
Editions Lumen (12 Mai 2016)
442 pages
ISBN-10: 2371020745
ISBN-13: 978-2371020740
Genre: Jeunesse, Contemporain
Lu le: 17 Novembre 2016
Ma note: 17/20




Résumé/4ème de couverture:

            On me dit que ma mémoire ne sera plus jamais la même, que je vais commencer à oublier des choses. Au début juste quelques-unes, mais ensuite beaucoup plus. Alors je t'écris, cher futur moi, pour que tu te souviennes ! 

Sam a toujours eu un plan : sortir première du lycée et filer vivre à New York. Rien ne l'en empêchera – pas même une anomalie génétique rare qui, lentement, va commencer à lui voler ses souvenirs, puis sa santé. Désormais, ce qu'il lui faut, c'est un nouveau plan. 
C'est ainsi que naît son journal : ce sont les notes qu'elle s'envoie à elle-même dans le futur, la trace des heures, petites et grandes, qu'elle vit. C'est là qu'elle consignera chaque détail proche de la perfection de son premier rendez-vous avec son amour de toujours, Stuart. Le but ? Contre toute ttente, contre vents et marées : ne rien oublier.

L’histoire:

            Samantha a des rêves plein la tête : intégrer une prestigieuse université, arriver première au concours d’éloquence, devenir une avocate réputée mais ça, c’était avant l’arrivée de la maladie de Niemann-Pick type C. Non seulement, elle va, peu à peu, perdre ses capacités physiques mais également ce qu’elle a de plus précieux : son cerveau. En effet, la maladie s’accompagne de perte de mémoire, démence et trouble de l’élocution. Samantha va vite comprendre que ses ambitions doivent être revues à la baisse. Pourtant, elle veut se souvenir de qui elle est, de ce qu’est sa vie. L’adolescente écrit donc un livre pour la future elle, un livre lui racontant une histoire : la sienne.

Mon avis...:

… Général:

            Ce livre qui se présente sous la forme d’un journal d’une adolescente atteinte d’une maladie génétique rare qui va la condamner en plein milieu de sa jeunesse peut paraître dés le début assez dramatique. Et il est vrai que c’est le cas, on va pas se mentir. Mais il y a la façon de traiter ce sujet. Et le petit plus apporté par ce livre vient de la personnalité de Sam qui ne va pas se présenter comme une personne qui va se morfondre, se poser des questions existentielles, se refermera comme une huître et se rouler en boule en attendant que la maladie trahisse son corps définitivement. Non Sam est une battante qui ne va pas lâcher prise aussi facilement.
Ainsi ce livre traite de la maladie et illustre parfaitement le dicton « ne jamais baisser les bras ».

… Sur les personnages:

  • Sam: elle n’est pas l’archétype de l’adolescente c’est-à-dire branchée, populaire qui vit au jour le jour entre ses copines et ses potentiels petits amis. Sam voit plus loin que sa vie de lycéenne. Elle est ambitieuse: une fois son diplôme dans la poche et après avoir gagné le grand concours d’éloquence, son objectif est d’intégrer une des plus prestigieuses université de New York pour étudier le droit et devenir avocate. Et c’est parce qu’elle possède ce trait de caractère que sa maladie va d’autant plus la toucher et aussi le lecteur par la même occasion. Car non seulement elle va devoir accepter (par la force des choses) sa maladie et vivre malgré tout avec elle mais elle devra surtout dire, petit à petit, adieu à ses rêves et à ses ambitions.

  • Maddie est la meilleure amie de Sam. Mais contrairement à Stuart ou Cooper, elle va très mal réagir à l’annonce de la maladie de Sam. Même si je comprends très bien sa réaction, pour moi, c’est une réaction initiale normale mais après réflexion je pense que sa vision des choses aurait dû logiquement changer. Pourquoi n’accepte-t-elle pas cette maladie alors que Sam le fait et y fait face. J’aurais ainsi aimé voir un peu plus le point de vue de Maddie qui est un personnage qui s’efface beaucoup au fil du livre.


Point de vue - Critiques:

Sam est intimement persuadée que son ambition est, et sera, plus forte de la maladie. C’est au travers d’un journal intime qu’elle s’exprime, soucieuse de coucher sur ordinateur le moindre de ses souvenirs pour que jamais la future Sam n’oublie qui elle a été. Ses souhaits et ses espoirs peuvent paraître utopique pour le lecteur en sachant que la plupart des malades décèdent avant d’avoir atteints les 20 ans, mais comment réagirions-nous si nous étions à la place de Sam? A quoi se raccrocher?

Sam se parle à elle même au travers de ce journal électronique (ce dernier mot est important connaissant les conséquences de la maladie qui vont se mettre progressivement en place), elle se dévoile sans détour. Elle nous décrit son quotidien et les gens qui le peuplent avec beaucoup de simplicité, sans oublier la touche d'humour qui prête à sourire. Elle a une manière de voir le monde qui n’appartient qu’à elle, et chaque chapitre est différent des précédents, car elle écrit comme ça lui vient, sans fioriture ni mélodrame inutile. Cette construction non réfléchi de ce journal apporte de l’authenticité au récit de Sam. De plus, on fil des chapitres et avec l’apparition des troubles moteurs de Sam, le lecteur se rend de plus en plus compte que les phrases sont moins bien structurées, que la ponctuation est aléatoire puis devient obsolète et absente et que les personnes entourant Sam (famille et amis) vont écrire de plus en plus de chapitres alors que Sam elle, va en écrire de moins en moins...

Lors de ma lecture, je n’ai pas ressenti d’émotions qui montaient crescendo. J’étais sur la même longueur d’onde mais lorsque les dernières pages sont arrivées là c’était le tsunami émotionnel qui vous retourne comme une claque. De plus, puisque la lecture est fluide, les pages défilent très vite ce qui nous signifie que la maladie de Sam elle, progresse. Tout comme Sam, le lecteur est aussi pris dans une course contre le temps.

En bref:

            Lara Avery nous offre un livre extrêmement sensible et touchant. Même si le sujet traité n’est pas nouveau, le livre se démarque par son personnage principal, Sam qui est ultra combattive et par sa construction sous forme de journal intime, qui fournit de l’authenticité et un plongeon au coeur de l’avancement de la maladie à mesure que le lecteur avance dans la lecture.

Autour du livre:

  • Livre emprunté à la bibliothèque

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire