Mes derniers avis romans:



vendredi 11 novembre 2016

La maison aux 100 portes: Lili






Scénario et Illustrations: Isabelle Dethan
Nationalité de l’auteur: Française
Editions Delcourt (18 Avril 2012)
48 pages
ISBN-10: 2756012556
ISBN-13: 978-2756012551
Genre: Bande-dessinée
Lu le: 9 Novembre 2016
Ma note: 17/20




Résumé/4ème de couverture:

Les colocataires se retrouvent tous devant la Maison aux 100 Portes, à l’instigation d’une inconnue nommée Lili, qui s’avère être un fantôme nostalgique et déprimé. Cette dernière leur déclare savoir comment ramener Théo à la vie. Il faut lui administrer un antidote issu d’une plante particulière, très rare. Problème : elle ne pousse que dans un seul univers… et ce n’est pas le nôtre.

L’histoire:

            Après avoir su que Constanza, la belle-mère de Blanche, avait plongé dans le sommeil éternel cette dernière, et qu’elle avait fait de même, accidentellement, sur Théodora, tous les locataires de la maison aux 100 portes ont décidé de prendre leurs distances. Mais quand une mystérieuse jeune femme répondant au nom de Lili les contacte chacun d’entre eux en même temps aux quatre coins du monde, en leur disant de revenir à la maison pour sauver Théo, Claire, Salem et Lorenzo répondent au rendez-vous. Ils vont devoir utiliser la particularité de la maison pour trouver un remède et réveiller Théo.

Mon avis:

            Ce troisième et dernier tome de « La maison aux 100 portes » met en avant le sauvetage de son héroïne en utilisant les passages d’un univers à un autre grâce aux portes particulières que recèle la maison dont elle a hérité. L’auteure a parfaitement su équilibrer l’utilisation de ses portes avec l’héroïne de la saga. Théodora ayant été mise sur la touche à la fin du deuxième tome, l’auteure aurait pu prendre un risque en faisant diminuer l’attention du lecteur, mais les autres personnages tout aussi intéressants et charismatiques sont là pour maintenir l’attention du lecteur.

Même si les puissances néfastes présentes précédemment ne le sont pas ici, l’intensité du récit n’en est pas moins amoindrie. Au contraire, le lecteur se recentre sur le « cocon familial » original, clôturant en beauté cette saga. L’auteure confirme d’autant plus les caractères des personnages. 
De plus, si la fin est plutôt heureuse, l’épilogue lui vient à point nommé ne laissant pas le lecteur sur un goût amer.

En bref:

            Une parfaite histoire qui clôt parfaitement et à merveille cette saga qui a l’avantage de présenter des histoires simples où le lecteur se laisse porter par la narration sans se poser aucune question, tout en apportant sa pointe de fantastique et de magie.

Autour du livre:
  • Livre emprunté à la bibliothèque
  • Tome 1: La dame aux chiens (ß chronique à retrouver ici)
  • Tome 2: Celle qui dort sous nos pieds (ß chronique à retrouver ici)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire