Mes derniers avis romans:

samedi 1 octobre 2016

Juste une ombre (Karine Giebel)






Nationalité de l’auteur: Française
Editions Pocket (7 Mai 2013) n° 15528
606 pages
ISBN-10: 2266238574
ISBN-13: 978-2266238571
Genre: Thriller
Lu le: 26 Septembre 2016
Ma note: 16/20





Résumé/4ème de couverture:

            Tu te croyais forte. Invincible. Installée sur ton piédestal, tu imaginais pouvoir régenter le monde. Tu manipules ? Tu deviendras une proie. Tu domines ? Tu deviendras une esclave. Tu mènes une vie normale, banale, plutôt enviable. Tu as su t'imposer dans ce monde, y trouver ta place. Et puis un jour... Un jour, tu te retournes et tu vois une ombre derrière toi. À partir de ce jour-là, elle te poursuit. Sans relâche. Juste une ombre. Sans visage, sans nom, sans mobile déclaré. On te suit dans la rue, on ouvre ton courrier, on ferme tes fenêtres. On t'observe jusque dans les moments les plus intimes. Les flics te conseillent d'aller consulter un psychiatre. Tes amis s'écartent de toi. Personne ne te comprend, personne ne peut t'aider. Tu es seule. Et l'ombre est toujours là. Dans ta vie, dans ton dos. Ou seulement dans ta tête ? Le temps que tu comprennes, il sera peut-être trop tard...

L’histoire:

            Chloé est une jeune femme qui sera normalement bientôt sur la plus haute marche de l’entreprise. En effet, elle est très ambitieuse et affiche fièrement une sérénité à toute épreuve et une confiance en elle hors du commun. Mais sa vie va basculer lorsqu' elle se rend compte qu’elle est suivie par une « Ombre ». A partir de ce moment-là, une descende aux enfers progressive s’opère. Elle va trouvée une bouée de sauvetage en la personne du commandant Alexandre Gomez qui va être le seul à bien vouloir croire à son histoire et à enquêter sur cette mystérieuse ombre. 

Mon avis...:

… Général:

            Profitant du fait que « Juste une ombre » était dans nos PAL, à Florence et moi-même (vous pouvez retrouvez sa chronique sur son blog « Flo and books » ici), nous nous somme fait une lecture commune. Contrairement à Florence, ce fut pour moi une découverte par rapport à l’auteure. Et je dois avouer que même si j’ai globalement aimé ma lecture, je retiendrais de ce livre, le style si atypique et si addictif de Karine Giebel dont je vais continuer à prendre plaisir à découvrir des autres romans.

… Sur les personnages:

            Quelque soit le personnage, principal ou secondaire, féminin ou masculin, aucun n’est particuliérement attachant. J’irai même jusqu’à dire, au contraire… Mais cela n’est absolument pas dérangeant, n’altère en aucun cas la lecture et le plaisir de l’histoire. Au contraire, le fait d’être totalement détachée des personnages permet au lecteur d’être entièrement dans le cadre du thriller psychologique angoissant et haletant.

Chloé est une jeune femme très (trop?) ambitieuse, hautaine et (très) sûre d’elle (au point que séduire le nouveau copain de sa meilleure amie ne la déplaît pas…). Quand je vous dit que les personnages, comme Cholé, ne sont pas attachant… Néanmoins, on se rend vite compte que derrière ce lue en façade qu’elle exhibe, au fond elle n’est pas si forte que çà. Comme tout le monde, elle traîne ses casseroles derrière elle, et ses réactions face à la peur est la même que celle qu’aurait n’importe qui.

Alexandre Gomez est un inspecteur de police brute de décoffrage. Pour lui, son travail c’est à la dure, au-dessus de tout principes et des lois. Mais contrairement aux colosses  classiques de la police, son côté humain est aussi mis en avant avec sa femme ou son équipe composée de jeunes recrues.

Point de vue - Critiques:

            Je ne m’attendais pas du tout au côté « psychologique » de ce thriller. Je pensais qu’il s’agissait d’un thriller classique avec meurtres et crimes. Du coup, dés le début, même si j’ai passé un bon moment de lecture, il m’a manqué quelque chose, un petit je ne sais quoi. Je vais avoir du mal à qualifier et critiquer ce qui m’a dérangé car je ne le sais pas vraiment d’autant plus qu’encore une fois, j’ai beaucoup aimé l’histoire et j’ai lu ce livre rapidement! 
            Avant que nos deux personnages principaux, Chloé et Alexandre, se rencontrent j’ai eu presque un peu « d’ennui ». Avec Chloé c’était un peu « métro, boulot, dodo » agrémenté du fait qu’elle est suivie, de plus en plus prés, sans que personne ne la croit. Parallélement à elle, il y a ce mystérieux inspecteur de police, brute de décoffrage. Ensuite, lorsque sa route croise celle d’Alex, l’histoire prend un autre tournant et depuis un petit peu plus trépidante puisque l’enquête contre le mystérieux psychopathe est lancée. Pour autant, je n’ai pas vraiment sentie que l’histoire montait vraiment en puissance et que la tension progressait. Et dommage que pour certains détails de l’enquête, je n’ai pas du tout était surprise de leurs révélations, car je les avait deviné...

            La fin!!! Ha la fin!!! Alors là, après avoir lu quasiment tout le livre sans palpiter et être totalement envoutée, la fin m’a stochée!!!! Karine Giebel m’a même fait doutée et changé d’avis à propos des convictions de Chloé (elle est suivie, pas suivie, elle est folle, pas folle??)!!! Et là je dis bravo! La fin est juste parfaite, pas de happy end, pas d’absence de fin non plus, c’est nickel! Pour le coup avec son concept, son malin et son génie, cette fin m’a parue trop courte, j’en redemandais encore. J’aurais en fait, voulu retrouver toutes ces caractéristiques tout au long de l’histoire.

            Enfin, je vais terminer en parlant du style de l’auteure, qui au final m’a le plus plu dans ce livre (avec la fin bien sûr!). Karine Giebel a vraiment un style unique et particulier. Les phrases sont courtes voire ultra courte. La lecture se fait donc en saccades franches accentuant l’ambiance lourde et psychologique de l’histoire. C’est simple, efficace et en parfaite adéquation au cadre de l’histoire. A noter également que, même si la narration se fait à la troisième personne du singulier, certaines phrases passent à la première personne le temps d’une réplique. En opérant ce changement, l’auteure appuie et accentue les sentiments et les idées glaçants et poignants des personnages. Totalement atypique, c’est la première fois que je vois cela. Il est vrai qu’au début il faut s’y habituer (et cela peut être totalement dérangeant pour certaines personnes je pense) mais pris dans l’étau psychologique de l’histoire, on n’y fait plus attention.

En bref:

            Malgré quelques longueurs et certaines choses prévisibles, c’est un bon thriller psychologique à vous glacer le sang qui nous amène à une fin parfaite, le tout sous la plume si remarquable et si addictive de Karine Giebel.

Autour du livre:
  • Lu en lecture commune avec Florence du Blog « Flo & Books »
  • Fait parti du Big Challenge Livraddict 2016

3 commentaires:

  1. J'ai entendu beaucoup de bien de l'auteur mais je ne l'ai pas encore lu. Ton billet me donne envie de tenter l'expérience malgré les longueurs !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci! Oui je te conseille de découvrir cette auteure, après pas forcément avec ce titre. "Meurtre pour rédemption", "Purgatoire des innocents" et "Les morsures de l'ombre" ont tous aussi de bonnes critiques! ;)

      Supprimer
    2. J'ai noté Purgatoire des innocents sur mon petit carnet wishlist ;) Merci pour tes conseils !

      Supprimer