Mes derniers avis romans:

vendredi 14 octobre 2016

Et je danse aussi (Jean-Claude Mourlevat et Anne-Laure Bondoux)






Nationalité des auteurs: Française
Editions Pocket (4 Février 2016)
311 pages
ISBN-10: 2266265970
ISBN-13: 978-2266265973
Genre: Contemporain
Lu le: 07 Octobre 2016
Ma note: 16/20





Résumé/4ème de couverture:

Un mail comme une bouteille à la mer. D'ordinaire, l'écrivain Pierre-Marie Sotto ne répond jamais aux courriers d'admirateurs. Mais cette Adeline Parmelan n'est pas une " lectrice comme les autres ". Quelque chose dans ses phrases, peut-être, et puis il y a cette épaisse et mystérieuse enveloppe qu'elle lui a fait parvenir – et qu'il n'ose pas ouvrir. Entre le prix Goncourt et la jeune inconnue, une correspondance s'établit qui en dévoile autant qu'elle maquille, de leurs deux solitudes, de leur secret commun... 

L’histoire:

            Pierre-Marie Sotto est un écrivain à succès qui a même reçu le prix Goncourt. Mais derrière les apparences, c’est en réalité un homme seul et solitaire en panne d’inspiration pour son prochain opus. Alors le jour où il reçoit un mail accompagné d’un mystérieux colis venant d’une fan tout aussi énigmatique, Pierre-Marie y voit une bouffée d’air frais dans son quotidien. De fil en aiguille, ou plutôt de mails en mail, une amitié va se former dans laquelle les deux protagonistes, inconnus l’un pour l’autre, vont se dévoiler comme jamais ils ne l’ont fait, jusqu’à s’apercevoir qu’ils ne sont peut-être pas si inconnus qu’il n’y paraît...

Mon avis...:

… Général:

Ce livre m’a été offert par ma correspondante Livraddict (Elsa alias Zazezizozu pour ne pas la nommer) lors de notre premier swap. Et sachant que j’aime le genre contemporain, elle s’est dit que ça collerait bien à mes goûts. Et j’étais très contente de découvrir ce livre surprise dans le swap, puisque je le connaissais très bien de vue, il me laissait perplexe… Et je ne m’étais jamais penché sur l’histoire de ce livre.
C’est donc avec une agréable surprise que je constate qu’il s’agit d’un roman épistolaire, composé exclusivement d’un échange de mails. C’est la première fois que je lis ce genre littéraire. Au final, que se soit sur le fond ou la forme, ce fut une très agréable lecture pour moi, fraîche et envoûtante, avec une pointe de mystère. Je me suis même refrénée dans ma lecture pour pouvoir mieux la savourer!

… Sur quelques personnages:

Pierre-Marie Sotto et Adeline Parmelan sont les deux personnages qui correspondent par mails. On les découvre en même temps qu’eux-mêmes se découvrent l’un l’autre. Nous ne connaissons pas beaucoup de détails de leur vie, hormis ce qu’ils veulent bien partager avec l’autre. Nous sommes plongés dans les prémices d’une relation nouvelle effectuée quasiment au hasard et nous vivons cela de la même manière que les personnages.

J’aime beaucoup cette façon de découvrir les personnages en même temps qu’eux. Les facettes de leur personnalité et de leur vie qu’ils donnent sont essentiels au développement de leur relation et il n’y a donc aucune informations distillées inutilement. Ceci rend cette correspondance et cette amitié authentique à tel point que je me suis demandé si ce n’était une histoire quasi « réelle » entre les deux auteurs de ce livre...

Point de vue - Critiques:

Dés le début du livre, une part de mystère apparaît avec la jeune femme qui envoie spontanément un mail à ce célèbre écrivain, mais surtout par son envoi d’une enveloppe dont on ne sait pas ce qu’elle contient… Puis au fur et à mesure des échanges de mails entre Pierre-Marie et Adeline, leur relation va se forger: ils vont se connaître, se reconnaître, se complémenter. Avec toujours ce petit mystère qui flotte… Et puis dans la seconde moitié du livre, sans que ce soit la fin, le mystère est dévoilé. Je l’avais un peu deviné, ce n’est pas quelque chose d’assolement incroyable, mais tout cela est suffisamment bien construit pour que je me sois totalement prise au jeu.

Au milieu du livre, une petite querelle oppose nos deux protagonistes. Je dois avouer que je n’ai pas trop compris pourquoi ils en sont arrivés là et on assiste donc à une diminution très nette de leur fréquence d’échanges de mails. A la place, Pierre-Sotto va correspondre avec son couple d’amis, une conquête ou son éditeur. J’ai trouvé cette partie un peu « dans le creux de la vague ». 

La construction du livre est rondement bien faîte. Exclusivement composé de mails échangés, le livre pourrait s’avérer rapidement ennuyeux. Mais ces mails sont eux-mêmes très bien structurés où les mots sont judicieusement choisis, le tout offrant une lecture extrêmement fluide.

La fin du livre est une fin ouverte pour lesquelles je ne suis d’ordinaire pas fan. Mais pour le cas présent, je dois avouer que cela est de mise et reste en accord avec le côté mélancolique de la trame du livre.

En bref:

            Une très belle découverte livresque pour ce roman épistolaire qui offre une histoire rafraichissante et humaine avec sa petite pointe de mystère.


4 commentaires:

  1. C'est étonnant ce que tu dis, je ne m'attendais pas à une amitié moi. En choisissant le livre j'ai lu la quatrième de couverture et les dernières pages (j'avoue) et je pensais qu'il s'agissait d'autre chose !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ha oui? tu pensais à une romance/histoire d'amour?

      Supprimer
  2. J'ai bien aimé ce roman, mais contrairement à toi, je n'ai pas trouvé que la correspondance de Pierre-Marie avec Max et Josy soit le "creux de la vague" : j'ai trouvé ce passage très amusant, il permet de mieux connaitre les personnages. Comme toi, j'ai bien aimé le dénouement alors que je préfère des fins plus nettes habituellement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Le creux de la vague" pour moi ça était le moment de leur petite brouille. A ce moment-là les échanges de mails se font entre d'autres différentes personnes. Je pense que j'étais tellement bien entraînée par les deux principaux protagonistes qu'ils m'ont ainsi un peu coupée l'herbe sous le pied avec leur petite querelle, mais je dois avouer que cela donne du rythme au livre.

      Supprimer