Mes derniers avis romans:



dimanche 18 septembre 2016

Un avion sans elle (Michel Bussi)






Nationalité de l’auteur: Française
Editions Pocket (7 Mars 2013) numéro 15367
573 pages
ISBN-10: 2266233890
ISBN-13: 978-2266233897
Genre: Policier
Lu le: 11 Septembre 2016
Ma note: 16/20





Résumé/4ème de couverture:

23 décembre 1980. Un crash d’avion dans le Jura. Une petite libellule de 3 mois tombe du ciel, orpheline. Deux familles que tout oppose se la disputent. La justice tranche : elle sera Émilie Vitral. Aujourd’hui, elle a 18 ans, la vie devant elle mais des questions plein la tête. Qui est-elle vraiment? Dix-huit ans que Crédule Grand-Duc, détective privé, se pose la même question. Alors qu’il s’apprête à abandonner, la vérité surgit devant ses yeux, qu’il referme aussitôt, assassiné. Il ne reste plus à Émilie qu’un vieux carnet de notes, des souvenirs, et Marc, son frère, pour découvrir la vérité…

L’histoire:

            Lylie, petit bébé de trois mois, est la miraculée du Monde Terrible. Car c’est la seule rescapée du crash d’avion. Mais Lylie n’est pas son vrai prénom: elle s’appelle soit Emilie Vitral, soit Lyse-Rose de Carville. Car il y avait deux bébés dans l’avion, et il n’y a aucun moyen de savoir quelle est la véritable identité du bébé retrouvé vivant. Ce n’est que 18 ans après le crash que la vérité va lui être révélée...

Mon avis:

… Général:

Un bon policier qui fut une lecture très plaisante. A noter que cette lecture est une lecture (presque) commune avec ma petite Leelys (j'espère mettre un jour ta chronique en lien ici^^). Et je me rends compte également, que les couvertures Pocket des romans de Michel Bussi sont très informatives et percutantes alors qu’elles semblent de prime abord pas très esthétique, voire assez étrange et particuliére. 
Lylie est une jeune femme en quête de sa véritable identité. Et là où beaucoup d’auteurs serait partis avec une histoire d’adoption, de naissance sous X, ou d’abandons, la singularité et le génie de Michel Bussi fait partir le lecteur d’un « simple » fais divers, un crash d’avion. L’enquête est prenante, riche en rebondissements et on veut absolument savoir le dénouement et connaître la vérité.

… Sur les personnages:

De manière globale, je n’ai pas accroché plus que ça avec les personnages: Lylie peut-être parce que ce n’est pas elle que l’on suit dans l’histoire ou peut-être parce qu’elle ne sait pas qui elle est vraiment; Marc le frère aux tendances incestueuses; les deux familles l’une riche, l’autre pauvre; et le détective au nom improbable à coucher dehors.

Point de vue - Critiques:

Toute l’histoire se déroule en un jour: on se alors se dire que l’histoire va se déroule à grande vitesse, trop vite, mais pas du tout. La date et l’heure sont indiquées en début de chapitre, ce qui permet au lecteur de situer l’histoire surtout lorsque les chapitres changent de point de vue selon le personnage. Ce rythme permet clairement au lecteur de se plonger dans l’enquête et il apparaît rapidement la nécessité de ce choix au vu de la trame. 

L’histoire se passe au début des années 80. Cela semble assez étrange mais encore une fois nécessaire au vu de l’histoire de la recherche d’identité. Car moi-même dés le début, je me suis demandé pourquoi n’a-t-on pas fait d’analyses ADN sur Lylie pour savoir de quelle famille elle venait. Cette interrogation est rapidement éclaircie par le détective Crédule Grand-Duc: les analyses ADN n’est pas score monnaie courante au début des années 80, ce n’était que le prémices. Il faudra une quinzaine d’années pour que cela soit possible. 

Le roman est très bien construit: on alterne entre les passages du journal du détective, que j’ai beaucoup aimé, et le moment présent avec la quête de Marc, le frère de Lylie. C’est assez étrange car au final, le personnage principal de l’intrigue n’est pas le personnage principal que l’on suit à travers le livre. On la découvre au tout début pour ne la retrouver qu’à la fin. C’est assez curieux, mais ne m’a pas dérangée puisqu’au contraire, j’ai eu dû mal à cerner le personnage de Lylie. Mais, après tout, quoi de plus logique venant d’une personne qui ne sait pas vraiment qui elle est?
J’ai essayé d’échafauder quelques hypothèses, pas souvent tant j’étais prise par l’histoire, mais elles tombaient comme un château de cartes. 

En bref:

    Un bon policier qui met en avant une histoire de recherche d’identité prenante. Une fois entamé, le lecteur est pris dans l’engrenage des rebondissements jusqu’à vouloir savoir la vérité à tout prix.

Autour du livre:

  • Prix Maison de la Presse en 2012
  • Prix du Roman Populaire
  • Actuellement traduit en une vingtaine de langues
  • Les droits ont été vendus pour le cinéma
  • Du même auteur: Nymphéas noirs (<— chronique à retrouver ici)

2 commentaires:

  1. Je l'ai lu. Je suis allée au bout parce que j'avais envie de savoir conmment cela se finissait (bien que j'avais deviné comment cela allait se finir). Je n'ai pas du tout accroché aux personnages. Ce ne sera pas mon préféré de Bussi :). J'ai lu "N'oublier jamais" que j'ai bien aimé malgré quelques longueurs. Et "Ne lâche pas ma main" m'attend dans ma PàL.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai horreur de deviner la fin mais Bussi me surprend à chaque fois. C'est vrai que pour celui-ci les personnages ne sont pas des personnes auxquelles on s'accroche. Moi, j'ai "Gravé dans le sable" qui m'attend dans ma PAL. Et puis le fait qu'il y ait toujours références à la Normandie éveille mon intérêt chauvin!!^^;)

      Supprimer