Mes derniers avis romans:

samedi 13 août 2016

Max (Sarah Cohen-Scali)






Nationalité de l’auteur: Française
Editions Gallimard (31 Mai 2012)
Collection Scripto
473 pages
ISBN-10: 2070643891
ISBN-13: 978-2070643899
Genre: Jeunesse, Historique
Lu le: 12 Août 2016
Ma note: 16/20




Résumé/4ème de couverture:

            "19 avril 1936. Bientôt minuit. Je vais naître dans une minute exactement. Je vais voir le jour le 20 avril. Date anniversaire de notre Fürher. Je serai ainsi béni des dieux germaniques et l'on verra en moi le premier-né de la race suprême. La race aryenne. Celle qui désormais régnera en maître sur le monde. Je suis l'enfant du futur. Conçu sans amour. Sans Dieu. Sans loi. Sans rien d'autre que la force et la rage. Je mordrai au lieu de téter. Je hurlerai au lieu de gazouiller. Je haïrai au lieu d'aimer. Heil Hitler !"Max est le prototype parfait du programme "Lebensborn" initié par Himmler. Des femmes sélectionnées par les nazis mettent au monde de purs représentants de la race aryenne, jeunesse idéale destinée à régénérer l'Allemagne puis l'Europe occupée par le Reich.

L’histoire:

            Max ou plutôt Konrad nous raconte son histoire, depuis sa conception jusqu’à la fin de la deuxième guerre mondiale. Car Max est un être à part: il est le prototype parfait de la race aryenne, le premier conçu par le programme « Lebensborn » initié par l’armée Allemande afin de générer une jeunesse Hitlérienne idéale pour développer l’Allemagne nazie et l’étendre dans toute l’Europe. Alors après avoir obtenu les meilleures notations et après avoir été baptisé par le Fürher en personne, Max, pupille de la nation, va grandir au coeur de la propagande de l’Allemagne nazie. En grandissant, il changera de « foyer » pour parfaire son éducation militaire, jusqu’au jour où il y rencontrera son « frère » Lukas, qui pourrait bien lui faire changer ses idées reçues.

Mon avis...:

… Général:

Je connaissais déjà l’existence du programme « Lebensborn » par le biais de Valentin Musso qui l’avait évoqué dans son livre « Les cendres froides ». Ce sujet, assez méconnu de la Seconde Guerre Mondiale, m’avait beaucoup interpellée. Alors, en lisant qu’il s’agissait du sujet central dans « Max », dont l’histoire se déroule au coeur de la Guerre, ce livre avait tout pour être attractif pour moi. D’autant plus qu’il a obtenu de magnifiques notations. 
Je ressort de cette lecture légèrement déçue, je m’attendais à être beaucoup plus embarqué et accroc par cette histoire. La première partie m’a assez déroutée (je me disais que c’étais vraiment mal partie si cela devenait continuer ainsi), mais l’histoire évoluant assez rapidement et avec logique, je me suis laissée embarquée petit à petit au fil des pages.

… Sur les personnages:

  • Max: le ton employé par Max pour décrire les personnes qui l’entourent, ses idéaux et ses sentiments peut paraître froid, distant et dénué de sentiments avec un langage assez dur parfois. Mais puisque l’on est plongé dans son enfance et son éducation, on comprend très bien ce qui fait le caractère de ce personnage. On en est même à compatir pour lui, à lui trouver évidemment des excuses pour cet être insensible. Et puis quand il commence à se sociabiliser, son caractère va peu à peu changer tout comme ses idéaux. Toute la personnalité évoluante de Max, du début à la fin, semble tout à fait logique. Néanmoins, l’auteure lui attribue parfois des pensées et des raisonnements qui sont peu compatibles avec ceux d’un enfant de 5-6 ans.


Point de vue - Critiques:

La première partie du livre correspond à la conception et la naissance de bébé Max. Et comme toute l’histoire nous est contée selon le point de vue de Max, je dois avouer ce j’ai donc eu beaucoup de mal avec cette partie où un bébé a la maturité d’un adulte pour tout nous décrire ce qui se passe autour de lui ainsi que ses ressentis, ses pensées et ses souvenirs… Dés lors, je me suis dit que ce livre est un peu barré, ne réussissant pas vraiment à me projeter et à réduire sous silence mon esprit un peu trop cartésien face à cet illogisme. 

Et puis, pour les trois autres parties que constitue l’histoire, le petit Max grandit. Et avec lui, mon attention et mon attrait ont eux aussi grandit. En effet, le lecteur par le biais de Max, est littéralement plongé au coeur de l’Allemagne nazie, dans son endoctrinement et dans ses idéaux. Tous les dessous du processus « Lebensborn » nous sont donc progressivement dévoilés dans toute sa monstruosité: mesures multiples des corps, viols, assassinats des enfants non conformes, endoctrinement, enlèvement massifs d’enfants... Et être en immersion de ce côté de la Guerre, dans la tête d’un personnage adhérant au nazisme, est assez rare je pense. C’est donc évidemment, le gros point fort de ce livre, ce qui est le plus attrayant.

L’autre point fort à souligner est évidement la remarquable documentation qu’a pu faire l’auteure et qui est parfaitement retranscrit dans le livre. Le lecteur n’est absolument pas étouffé par des tonnes d’informations, ce n’est pas le but, mais tout est distillé de manière maîtrisée. J’ai même bien compris et pu suivre les mots allemands! 

En bref:

            Un livre original, déroutant et authentique, mêlant fiction et réalité. L’histoire est de plus en plus prenante, le lecteur est plongé au coeur de l’Allemagne nazie et découvre l’envers de l’horreur avec le programme « Lebensborn ».

Autour du livre:

  • Livre emprunté à la bibliothèque
  • Fait parti du « Big Challenge Livraddict 2016 »



5 commentaires:

  1. Je me suis fait la même réflexion que toi concernant le fait que pour son âge, il était vraiment précoce dans son discours... Mais bon, au vu du fait qu'il nous raconte déjà sa naissance comme s'il en était conscient, je pense surtout qu'il faut arriver à se mettre dans la tête que le Max qui nous parle est celui qui est devenu ado et qui revient sur son histoire, histoire qu'il raconte en prenant partie pour l'Allemagne, pour insister sur ce qu'on attendait de lui à l'époque.

    Bien documenté en effet, coup de coeur !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui ce début est assez déroutant puisque c'est quand même très inhabituel mais on est très vite pris par l'histoire de Max! Je comprend ton coup de coeur!

      Supprimer
  2. Je l'ai dans ma PAL. Je pense le lire d'ici janvier 2017

    RépondreSupprimer
  3. C'est un roman super marquant, le choix du sujet et la manière dont il est écrit le rendent prenant et déroutant. J'en garde un super souvenir, c'est une lecture qui ne laisse pas indifférent je trouve.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui ça était une lecture très déroutante au début, j'ai eu un peu de mal, mais je me suis laissée progressivement embarquée et au final, comme tu dis, c'est vraiement une lecture marquante!

      Supprimer