Mes derniers avis romans:

jeudi 11 août 2016

Chroniques de San Francisco, tome 9: Anna Madrigal (Armistead Maupin)





Titre original: The Days of Anna Madrigal
Traduction: Bernard Cohen
Nationalité de l’auteur: Américaine
Editions Points (19 Mai 2016)
336 pages
ISBN-10: 2757856057
ISBN-13: 978-2757856055
Genre: Contemporain
Lu le: 27 Juillet 2016
Ma note: 15/20




Résumé/4ème de couverture:

Anna Madrigal, la légende du 28, Barbary Lane, sait qu’elle n’est pas éternelle.
À 93 ans, pour « s’en aller comme une dame », elle part affronter son passé. La voici de retour dans le Nevada, là où elle fut Andy, adolescent amoureux du ténébreux Lazko... Entourée de tous ceux qu’elle aime (Brian, Shawna, Michael et quelques nouveaux venus), ses aventures vont la conduire jusqu’au Burning Man, un festival déjanté où tout peut arriver.

Neuvième saison des Chroniques de San Francisco, Anna Madrigal lève enfin le voile sur ce personnage emblématique, en un formidable hymne à l’affirmation de soi et à l’amour sous toutes ses formes.

Mon avis...:

            Depuis le commencement de cette saga, Anna Madrigal est non seulement une icône des années 70 mais aussi et surtout l’icône emblématique de cette saga. Toujours emplie de mystères qui se résolvent petit à petit au fil des tomes, ce personnage avait encore beaucoup de choses à cacher concernant son enfance. Et par ce tome concluant la saga, toutes les révélations attendues sont faites. Néanmoins, ce n’est pas du tout la fin que j’imaginais et que j’aurais surtout aimé avoir. Pas de grand happy end, pas de fin larmoyante, juste une fin… Si on ne sait pas au préalable qu’il s’agit du dernier tome, je ne pense pas que l’on peut le deviner à la fin de cette lecture, dommage...

Point de vue - Critiques:

Le passé d’Anna Madrigal a été distillé par petites gouttes tout au long de la saga: son arrivée à San Francisco, sa transformation, sa fille… Mais sa vie durant son enfance reste encore un mystère. D’autant plus que l’on se doute depuis longtemps qu’un évènement marquant à dû avoir lieu, la faisant fuir de son Nevada natal et surtout lui faisant adopter le patronyme de « Madrigal »… Toutes ces interrogations trouvent leurs réponses dans ce tome avec les chapitres en flash-back, qui renvoie le lecteur directement dans l’enfance d’Anna. J’ai particulièrement aimé ces chapitres que j’ai trouvé les plus prenants. J'ai adoré la découvrir enfant à la Lune Bleue, mais aussi découvrir son adolescence alors qu'elle était encore un garçon. J'ai trouvé ces passages très touchants, ils nous permettent de mieux cerner ce personnage haut en couleurs. Si Anna aurait d’elle-même raconté son enfance, cela n’aurait pas eu ce côté intimiste.

Anna Madrigal est le pivot de cette saga, rassemblant autour d’elle de nombreux personnages que l’on a aussi suivi et créant ainsi sa famille « logique ». C’est vers elle et Barbary Lane qu’ils viennent au début, c’est autour d’elle qu’ils gravitent par la suite et c’est encore elle qui les soude lorsque les liens se distendent avec les années qui passent. Pour toutes ces raisons, j’attendais vraiment de retrouver ce cocon familial, de voir tous les personnages réunis autour d’elle à Barbary Lane. Et ce fût loin d’être le cas. 
On retrouve Bryan et sa nouvelle femme, Shawna l’excentrique à laquelle je n’arrive pas du tout à m’attacher et heureusement il y a Michaël, personnage adorable et maintenant bien installé dans la vie. Tout ce petit monde se retrouve avec Anna Madrigal au festival Burning Man. Je n’ai pas du tout aimé retrouver ce festival auquel j’étais totalement détachée, d’autant plus que c’est l’endroit qui clôt l’histoire et où ils se retrouvent tous. Je ne comprend pas le choix de ce lieu, ni pourquoi si peu de personnages autour d’Anna. Et en plus j’ai eu un coup de chaud lors du Burning Man lorsque Michaël fait un malaise. J’ai vraiment failli détester l’auteur!!!

En bref:

            Parce que c’est avec elle que la saga a commencé, il est logique que la saga se termine avec elle: Anna Madrigal est le pilier fondateur des Chroniques de San Francisco et donc le personnage central de ce dernier tome. La boucle est bouclée. Mais déçue de ne pas avoir d’happy end avec tous les personnages réunis une dernière fois autour d’Anna Madrigal.

Autour du livre:

  • tome 1: Chroniques de San Francisco
  • tome 2: Nouvelles chroniques de San Francisco
  • tome 3: Autres chroniques de San Francisco
  • tome 4: Babycakes
  • tome 5: D’un bord à l’autre
  • tome 6: Bye-bye Barbary Lane
  • tome 7: Michael Tolliver est vivant
  • tome 8: Mary Ann en automne <— chronique à retrouver ici

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire