Mes derniers avis romans:



samedi 9 juillet 2016

Ondine (Benjamin Lacombe)





Nationalité de l’auteur: Française
Editions Albin Michel (25 Avril 2012)
Collection Jeunesse
36 pages
ISBN-10: 2226240314
ISBN-13: 978-2226240316
Genre: Beaux Livres
Lu le: 05 Juillet 2016
Ma note: 15/20





L’histoire:

            Le chevalier Hans de Ringstetten traverse la Forêt-Noire à la recherche d’une créature ou d’un souvenir surnaturel pour prouver son amour à Dame Ursule. Mais il tombe sur la splendide Ondine, jeune femme rousse au tempérament d’enfant, adoptée par un couple venant de perdre leur propre enfant. Ils tombent amoureux et se marient rapidement. Ondine apprend à son époux qu’elle est un être de l’eau et donc dépourvu d’âme sauf si elle est aimé d’un homme. Ils vivent une idylle parfaite, mais Ondine pousse Hans à repartir au château. Ondine acquiert tout de suite une âme et découvre la vie des humains au château d’Ursule, l’ancienne fiancée de Hans. Celle-ci l’éduque et fait d’elle son amie, mais sa jalousie n’est pas très loin… Sans compter que la véritable nature d’Ondine l’appelle... 


Mon avis:

… général:

             Benjamin Lacombe revient au travers d’un nouveau conte (j’aimé beaucoup aimé la version des frères Grimm quand j’étais enfant) inspiré du texte original de Friedrich de La Motte-Fouqué ainsi que de la pièce de Jean Giraudoux. On découvre ainsi la légende tragique d’Ondine, nymphe attirée par la vie humaine, qui se perd dans les méandres de l’amour.
Les illustrations toujours superbes portent une belle histoire profonde avec des personnages étudiés.



… sur les personnages:

Malgré le fait que l'histoire soit assez courte, les personnages sont au final bien creusés. On retrouve donc:
  • Ondine: personnage assez complexe, à double facette, en raison de sa nature d'esprit. Elle veut être humaine mais ne peut renier totalement sa nature féerique. On la découvre donc en tant qu'esprit de l’eau sans âme, mais aussi en tant que jeune femme profondément éprise de son amoureux. Le contraste entre ces deux aspects de l'héroïne est marquant. Au delà du fait qu’elle doit mener bataille entre ses deux facettes, elle doit aussi livrer une guerre contre Ursule, entre terre et eau.

  • Ursule: dans son cas, elle tient dans l'histoire le rôle de "la méchante". Un rôle qui s'explique par l'abandon de Hans. Tout comme Ondine, Ursule est une belle demoiselle, mais la ressemblance entre les deux ne s'arrête pas à l'aspect physique: elles sont déjà liées par le personnage de Hans, véritable pont entre les deux, et par leur famille (je n'en dis pas plus: si vous voulez savoir ce qui se passe, lisez-le livre!).

  • Hans: personnage capital dans l'histoire puisqu'au final tout se passe autour de lui. Sa place est entre ces deux jeunes femmes, et son rôle n'est pas aussi simple que ce que l'on pourrait croire.


Point de vue - Critiques:

« Ondine » est un conte certes, mais il n’en ait pas classique pour autant: tout le monde ne vit pas heureux dans le meilleur des mondes possible, où l’issue est forcément heureuse. Il s’agit d’une belle histoire avec une réelle profondeur. Néanmoins, on retrouve un triangle amoureux. Et ce dernier m’a un peu dérangée dans le sens où je l’ai plutôt pris comme un « couple à trois » : ils font absolument tout ensemble, sortent, mangent et dorment à trois… 

Cette histoire est tout de même assez sombre et triste. A la fin de la lecture, un sentiment de vague à l’âme peut habiter le lecteur. Ajouté à un texte réfléchi et profond, je ne pense pas que cet ouvrage soit réellement destiné à un public « jeunesse » mais plutôt à partir d’adolescents. 

Les illustrations de Benjamin Lacombe restent comme toujours magnifiques. Les couleurs sont choisies avec soin en fonction de l’histoire et des sentiments des personnages. Les traits d’Ondine font d’elle un personnage à la fois envoutant, captivant et effrayant. On retrouve donc beaucoup de beauté et de mélancolie qui s’accordent à merveille avec l’histoire. A noter ici, la très bonne utilisation des pages en papier calque qui donne un côté écume et liquide aux illustrations.


En bref:

            Une belle revisite du conte germanique d’Ondine, sous les traits de Benjamin Lacombe qui nous transporte encore une fois dans son univers romantique et mélancolique. L’histoire est belle mais assez sombre et triste, où le personnage d’Ondine illumine l’oeuvre.


Autour du livre:
  • Livre emprunté à la bibliothèque

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire