Mes derniers avis romans:

mardi 7 juin 2016

Alisik, tome 1: Automne




Scénario: Hubertus Rufledt
Illustrations: Helge Vogt
Traduction: Pierre Bisson
Nationalité des auteurs: Allemande
Editions Le Lombard (11 Octobre 2013)
112 pages
ISBN-10: 2803631075
ISBN-13: 978-2803631070
Genre: Bande-dessinée
Lu le: 05 Juin 2016
Ma note: 18/20



Résumé/4ème de couverture:

Je m’appelle Alisik.
Je sais, c’est indiqué sur ta tombe
Est-ce que je suis une sorte de vampire?
Parce que nous dormons dans un cerceuil et disparaissons au lever du soleil? Mon Dieu, non. Ah!ah!ah! Tu es drôle, ma petite!
Alors que sommes-nous?

L’histoire:

             Alisik est une adolescente qui se réveille une nuit dans un cimetière. Effrayée, elle décide de s’enfuir mais se rend vite compte qu’aucun vivant ne peut la voir. Et pour cause, Alisik est morte. Pire même, elle apprends qu’elle est coincée entre enfer et paradis, en attente du jugement de sa destinée par Monsieur Morrt qui tarde à venir. En attendant, elle passe son temps avec ses nouveaux amis EP (pour êtres post-mortem) et avec Ruben, un jeune aveugle, seul vivant capable de l’entendre...

Mon avis:

… Général:

            Alisik est une série pleine de surprises. Il y a d’abord le livre en lui-même qui est surprenant par son format plus petit et très agréable. Ensuite, il y a cette magnifique couverture avec un vernis sélectif faisant apparaitre, en fonction de l’angle de vue, les collecteurs de Monsieur Morrt. Et enfin et surtout, il y a le contenu : juste magnifique.

Les auteurs nous invitent dans une romance tendrement étonnante, saupoudrée d’aventure et de fantastique, aux résonances «burtoniennes». Un récit captivant et intriguant dont le thème principal, la mort, est merveilleusement bien amené à la manière d’un conte, traitant l’au-delà et ses tracas avec humour, légèreté et mélancolie.

… Sur les personnages:

Les personnages entourant Alisik forme une petite famille pleine de peps, un joyeux cirque. Ils sont tous dans l’attente de la réponse de la Grande Faux (depuis très très longtemps pour certain d’entre eux): vont-ils parcourir les prairies fleuries du paradis (bon chacun l’imagine comme il veut!!^^) ou les pavés brûlants de l’enfer?

On retrouve ainsi:
   Mamie Ortie, une petite vieille en fauteuil roulant
   Frings, le gai luron intrépide, ancien trapéziste dans un cirque
   Allumette, un ancien pasteur
   le Général Von Rang
   le grand muet

Points de vue / Critiques:

Ce premier tome sert un peu de prologue puisque les personnages, l'intrigue et l'univers se mettent en place.

            Commençons à parler des graphismes époustouflants de Helge Vogt. La couverture fait magnifiquement bien son travail attractif puisqu’il nous interpelle en nous informant du côté « macabre » (ce mot est trop fort par rapport à l’histoire racontée) du scénario en nous mettant une fillette assise sur sa pierre tombale, des chats noirs et des petites ailes « démoniaques ». Et selon l’angle de vue du livre, on peut trouver en relief des personnages cachés… 
J’ai beaucoup aimé le design des personnages qui se situe à la fois dans un style réaliste et dans un style à la Tim Burton. 
Les couleurs sont magiques, vives et l’on passe d’un univers coloré à un autre en tournant seulement quelques pages.

            Côté scénario, le livre est remarquablement bien construit. L’histoire est découpée en chapitres, tel un roman, agrémente d’interludes. Hubertus Rufledt utilise comme fil rouge les préceptes du Livre des 3 fois 77 règles des morts ou les réflexions en voix off de son héroïne. Dès lors, chacun trouvera au gré des pages-titres des chapitres, nombre de clins d’œil cinématographiques: films sur les zombies, westerns, et même E.T où l’on voit Mamie et son fauteuil roulant volant dans le ciel devant la lune… 

Au fil de cette formidable construction, on prend part à une histoire loin de tomber dans le pathétique et le gore. Au contraire, le lecteur prend part des sentiments de la petite fille à travers différents sentiments: joie, regret, cupidité, innocence, amour… Je trouve qu’aborder ce thème de la mort qui est difficile à expliquer à des enfants ou des jeunes, est remarquable et particulièrement adapté à ce jeune public. La mort est bien contée (tout en étant désignée comme telle) avec notamment le souriant personnage de Joe la Faux concernant l’attente du jugement dernier pour entrer au paradis ou en enfer selon nos actes durant notre vie. J’ai trouvé le terme « êtres post-mortem » très joliment approprié!!

On montre ainsi au lecteur ce qu’est réellement la mort et ce qu’elle implique, notamment pour ceux qui reste, le tout étant amené avec de beaux personnages attachants, drôles et non effrayants.

A l’issu de ce tome, on a hâte de connaître la suite, car de nombreuses interrogations ont surgies au fil de notre lecture: de quoi Alisik est-elle morte? que va devenir le cimetière? Ruben va-t-il savoir qu’Alisik est un être post-mortem? qu’on fait les autres personnages pour être toujours entre paradis et enfer depuis des lustres?

Petit bémol personnel: je n’ai pas compris pourquoi cet opus se nomme « Automne »… Si quelqu’un connaît la réponse ou a une petit idée, je veux bien qu’on éclaire ma lanterne!!

En bref:

            Une magnifique bande-dessinée, extrêmement bien travaillée, avec des graphismes et des couleurs superbes et des personnages drôles et attachants, le tout dans un thème difficile abordé avec doigté, finesse, humour et délicatesse.

Autour du livre:

   série terminée en 4 tomes:
            - tome 1: Automne
            - tome 2: Hiver
            - tome 3: Printemps
            - tome 4: Mort

   livre emprunté à la bibliothèque

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire