Mes derniers avis romans:

dimanche 15 mai 2016

Métaphysique des tubes (Amélie Nothomb)





Nationalité de l’auteur: Belge
Editions Le Livre de Poche (2 mai 2002) 
numéro 15284
156 pages
ISBN-10: 2253152846
ISBN-13: 978-2253152842
Genre: Contemporain, Autobiographie
Lu le: 11 Mai 2016
Ma note: 15/20





Résumé/4ème de couverture:

            Parce qu'elle ne bouge pas et ne pleure pas, se bornant à quelques fonctions essentielles - déglutition, digestion, excrétion -, ses parents l'ont surnommée la Plante.
L'intéressée se considère plutôt, à ce stade, comme un tube. Mais ce tube, c'est Dieu. Le lecteur comprendra vite pourquoi, et apprendra aussi que la vie de Dieu n'est pas éternelle, même au pays du Soleil levant... Avec cette " autobiographie de zéro à trois ans ", la romancière de Stupeur et tremblements, Grand Prix du roman de l'Académie française en 1999, nous révèle des aspects ignorés de sa personnalité et de la vie en général, tout en se montrant plus incisive, plus lucide et plus drôle que jamais.

L’histoire:

            Amélie Nothomb nous livre ici, une part d’elle-même et de sa vie, de 0 à 3 ans. Parce que depuis sa naissance, elle est totalement apathique, ne bouge pas d’un pouce, ne parle pas, ne pleure pas. Parce que dans ce laps de temps ses activités se résument à la déglutition, à la digestion et à l'excrétion, elle se qualifie de tube. Mais un jour, à l’âge de 2 ans et demi, sa grand-mère qui offre un morceau de chocolat. A partir de ce moment, Amélie est « née ». Elle va alors se mettre rapidement à parler (français comme jalonnais), à marcher, etc...

Mon avis...:

… Général:

Il n'y a pas d'intrigue, c'est vraiment l’évocation des souvenirs de l'auteure. Comme elle le dit elle-même dans le roman, c'est aussi pour garder une trace, des souvenirs précieux de ces premières années. Mais encore une fois, j’ai été agréablement happée par l’histoire de l’auteure. Elle nous entraîne sans ses pérégrinations, mêlées d’auto-dérision, ponctuées d’humour ciblé, tout en parsemant son récit de mot plus soutenus.

Jusqu'à ses cinq ans, elle vivra au Japon avec ses parents, son frère et sa sœur. Nous découvrons ainsi par petites touches la culture Japonaise, ce qui en fait une force surtout du point de vue d’une Occidentale (même si elle se considère comme Japonnaise). A travers ses yeux de jeune enfant, l’auteure nous entraîne avec elle dans ses pensées et ses pérégrinations.

… Sur les personnages:

Les personnages des deux gouvernantes sont assez charismatiques pour moi. Nishio-san est celle qui s’est prise d’affection pour la petite Amélie, qu’elle considère comme sa fille. Par contre, la plus jeune des gouvernante, Kashimo-san, jeune femme riche déchue de ses fonctions, se retrouve non seulement gouvernante, mais en plus, chez des Occidentaux, c’est-à-dire des partisans des Américains qui leur ont déclarer la guerre! Elle est ainsi fainéante mais surtout méprisante envers Amélie et sa famille.

Ces relations entre Amélie et les gouvernantes, ainsi que le caractère de chacune d’entre elles, m’a tout de suite fait penser au film « Mémoires d’une Geisha » avec les personnages de Sayuri et la méchante Hatsumomo. Il y a vraiment beaucoup (trop?) de similitudes à mon goût. Alors, où se situe la fiction…?

Point de vue - Critiques:

            On peut être frappés par son arrogance: elle se prend pour Dieu, ceux qui l'entourent doivent presque se prosterner devant elle et pour son plus grand plaisir sa gouvernante Nishio-San lui voue un véritable culte. Mais cette arrogance est finalement enfantine, de celle que l’on peut retrouver chez n’importe quel gamin. 

J’ai aimé la partie autobiographique de l’auteure de 2 à 3 ans, à partir de sa « naissance », dans laquelle on se plonge et où on vit à côté de l’auteure.

Mais concernant sa vie avant ses 2 ans, je doute beaucoup de la véracité de ses propos, psychologiquement parlant. Un bébé qui ne crie pas à la naissance? Un immobilité totale jusqu’à ses 2 ans, sans parler sans bouger sans même ciller? Une quasi inaction des médecins? Des parents quasi sadiques qui ne s’inquiètent pas plus que ça et qui ne font rien pour améliorer son état? Et d’un coup à sa « naissance » elle arrive quasiment de suite à parler et à marcher sans avoir était pleinement située avant?

J’ai encore un doute à la fin, lorsqu’elle a 3 ans et qu’elle se suicide… Même si l’époque elle ne connaît pas le mot, un enfant de cet âge n’a pas cette notion de pouvoir et de vouloir en finir avec le vie, puisqu’il est déjà difficile pour des enfants de cet âge à savoir ce qu’est la mort en elle-même!!!!

Et au final, pour résumer mes doutes de façon générale, la question est: comment peut-on se rappeler de nos faits, pensées et gestes durant notre toute petite enfance, sans qu’une tierce personne nous en ait fait le récit..?

En bref:


Bonne lecture dans laquelle on se plonge dans la vie de l’auteure qui nous entraîne totalement à ses côtés, même si de nombreuses interrogations surviennent une fois le livre terminé. Parce qu’il s’agit d’un livre court qui se lit très vite, la lecture reste agréable, ce qui ne serait peut-être pas le cas s’il s’agissait d’une autobiographie complète où l’on risquerait de s’ennuyer.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire