Mes derniers avis romans:

dimanche 1 mai 2016

La guerre des Lulus tome 2, 1915: Hans





Scénario: Régis Hautière
Dessins: Hardoc
Nationalité des auteurs: Française
Editions Casterman (8 janvier 2014)
56 pages
ISBN-10: 2203063971
ISBN-13: 978-2203063976
Genre: Bande-dessinée
Lu le: 29 Avril 2016
Ma note: 17/20




Résumé/4ème de couverture:

Janvier 1915. Lucien, Lucas, Luigi et Ludwig, isolés à l'arrière des lignes allemandes, ont été rejoints par une autre réfugiée, Luce, 13 ans. C'est dans une cabane en forêt qu'ils apprennent à survivre dans un environnement devenu très hostile. Entièrement livrés à eux-mêmes, ils doivent en outre gérer l'irruption d'un adulte dans leur groupe : Hans, un soldat allemand devenu leur prisonnier...

L’histoire:

Réfugiés dans une cabane en forêt, les Lulus doivent gérer l’inconnue que représente l’unique adulte de leur petit groupe: Hans, un soldat allemand devenu leur prisonnier. Alors que Luce s’affaiblit, Hans leur apporte le plus précieux et inattendu des secours: un peu d’aspirine pour apaiser les douleurs et la fièvre de l’enfant. Certains regards passent de la méfiance à l’étonnement, d’autres restent sur leurs gardes : et si ce grand blond n’était pas aussi cruel qu’ils l’imaginaient ? Et contre toute attente, celui-ci s’avère un compagnon conciliant, trop heureux d’échapper au conflit et à ses combats sanglants. Une sorte de paisible bonheur sylvestre finit même par prévaloir au fil des mois, tandis que la guerre s’enracine dans l’année 1915. Mais combien de temps une telle parenthèse peut-elle se perpétuer, alors que l’horreur rôde si près d’eux, en lisière de leur petit monde miraculeusement préservé?

Mon avis:

… Général:

Ce deuxième opus de « La guerre des Lulus » est emprunt d’émotions, le tout bien ancré dans la guerre. 
Depuis le premier tome, les Lulus ont vieillis d’un an et on réussi à passer un hiver difficile dans le froid. Néanmoins, la cabane dans les bois commence à sentir le poids des années et de la météo, et devient en plus assez étroite pour les 4 orphelins, accompagnés de Luce et de Hans, leur prisonnier Allemand. Mais Hans va devenir la figure paternelle pour les enfants qui n’ont jamais connu cet aspect des relations humaines. En sa présence, les Lulus grandissent et l’amitié se fait sacrée. Il va leur apprendre à chasser, à cuisiner, à construire tout sorte de choses, à voir tout ce que la nature peut offrir… En échange, les enfants lui apprennent le français et lui permet de se « cacher » de sa désertion…
J’ai beaucoup aimé cet échange touchant entre Hans et les enfants: chacun trouve ce qu’il cherche en l’autre. Et lorsqu’on apprend que Hans a sûrement un enfant qui l’attend chez lui et qu’il n’a jamais vu, on comprend mieux pourquoi il prend son rôle de père avec les Lulus. Sans dévoiler la fin, l’émotion ressentie tout au long de l’histoire attend son paroxysme à la fin…jusqu’à ce que l’on se demande: que vont devenir les Lulus en plein milieu de la guerre?

… Sur les personnages:

Un an après l’histoire du premier tome, les personnages ont tous grandis et deviennent plus mature. Lucas devient « grand » car il fête ses 13 ans tout comme Luce, Luigi prend plus de caractère, Ludwig devient plus sage, Lucien se voit déjà en homme devant aller au front et Luce apprend ce qu’est devenir une femme...

Le personnage de Hans regroupe toutes les caractéristiques de n’importe quel soldat, allié ou ennemi. Il déplore les horreurs de la guerre, le désir de fuir, la nécessité de sauver sa vie tout en étant obligé d’en tuer d’autres. Il va prendre une place inattendue dans le cœur des Lulus (et dans le nôtre par la même occasion). On retrouve une grande humanité dans ce personnage touchant.

En bref:

Ce deuxième opus est dans la même lignée que le premier: une aussi belle réussite, touchant, emprunt de beaucoup d’émotions et qui gagne en intensité. Une belle évolution de l’histoire et des personnages. On a hâte de connaître la suite des aventures des Lulus.

Autour du livre:
  • tome 1: 1914, la maison des enfants perdus (chronique ici)
  • tome 3: 1916, le tas de briques
  • livre emprunté à la bibliothèque

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire