Mes derniers avis romans:

jeudi 5 mai 2016

Histoire des gauchers (Pierre-Michel Bertrand)






Nationalité de l’auteur: Française
Editions Imago (15 septembre 2008)
268 pages
ISBN-10: 2849520640
ISBN-13: 978-2849520642
Genre: Psychologie
Lu le: 04 Mai 2016
Ma note: 16/20




Résumé/4ème de couverture:

«Les gauchers sont des gens qui ne peuvent rien faire de droit, des gens à l'envers dont on se demande s'il s'agit vraiment de gens.» Ce jugement implacable de Quevedo reflète bien ce que durent subir les gauchers au cours des siècles. S'appuyant sur des documents surprenants, Pierre-Michel Bertrand étudie les diverses réactions que les adeptes de la «mauvaise main» suscitèrent dans notre civilisation occidentale, de l'Antiquité à nos jours, et montre que les «senestriers» rencontrèrent, selon les époques, hostilité, tolérance ou admiration. Individus maléfiques ou dégénérés, malappris ou délinquants passibles de la plus sévère répression sociale, mais aussi êtres d'exception, les gauchers n'ont jamais laissé indifférent. Aujourd'hui les gauchers jouissent d'une totale reconnaissance de leur singularité : cette récente émancipation constitue sans doute l'ultime péripétie de leur étrange et riche histoire.

L’histoire:

            Pierre-Michel Bertrand nous propose ici, en historien, de découvrir les différentes manières qu'ont eu les gauchers d'être méprisés mais aussi redoutés et admirés.
S'appuyant sur des documents surprenants, Pierre-Michel Bertrand étudie les diverses réactions que les adeptes de la «mauvaise main» suscitèrent dans notre civilisation occidentale, de l'Antiquité à nos jours, et montre que les «senestriers» rencontrèrent, selon les époques, hostilité, tolérance ou admiration. Individus maléfiques ou dégénérés, malappris ou délinquants passibles de la plus sévère répression sociale, mais aussi êtres d'exception, les gauchers n'ont jamais laissé indifférent.

Mon avis...:

… Général:

Qu'ont en commun Léonard de Vinci, Barack Obama, Scarlett Johansson? Ils sont tous gauchers. Et moi aussi!!!! Même si aujourd’hui la gaucherie n’est plus considérée comme une tare, l’univers quotidien leur reste encore un peu hostile (songez seulement au placement du stylo bille au guichet des banques, le montage des ciseaux ou encore de façon plus subtile, le fait de devoir retourner un porte-feuille pour y prendre les billets dans la pochette arrière) avec des objets non adaptés (ou quand ils le sont, trois fois plus chers). On peut aussi entendre encore des réflexions comme « ha tu es gauchère? » comme si cela était un handicap ou un fait hors du commun. Pour ces multiples raisons, ce livre de Pierre-Michel Bertrand, lui-même gaucher, m’a tout de suite interpellée!!

On apprend tellement de choses intéressantes dans ce livre!!! L’auteur s’est extrêmement bien documenté, pour nous faire part de choses que l’on connait plus ou moins mais à laquelle on avait pas vraiment fait attention. Dans toutes ces réflexions, l’auteur ne prône absolument pas la supériorité de la gaucherie. Non, il fait dans chaque cas, la part des choses et sait mettre le doigt sur la pertinence de certaines informations ou certains faits.

Point de vue - Critiques:

Le livre est divisé en 4 parties:

   la bonne main et la mauvaise main
   les gauchers méprisés
   les gauchers tolérés
   les gauchers admirés

Plus j’avançais dans la lecture de ce livre, plus j’appréciais les différents thèmes abordés. La première partie se consacre en premier lieu à l’Histoire, pour laquelle je n’ai pas beaucoup accrochées, n’aimant pas vraiment l’Histoire. Je me suis dis alors que c’était mal parti pour la lecture de ce livre. Puis à partir de la deuxième partie, l’Histoire est un peu occultée où elle est plutôt mise à contribution par le biais d’anecdotes et de réflexions. Ces dernières sont extrêmement percutantes, comme par exemple: si nous naissons avec deux bras, deux jambes, deux yeux, deux oreilles donc si la main gauche était vraiment à proscrire, pourquoi la nature nous aurait-elle pas faite manchot?

J’ai particulièrement aimé certains points abordés:
 l’étymologie du mot « gauche «  ainsi que tous ses synonymes et dérivés comme dextrocardie, esclanchier…
   la relation entre le fait de restreindre la gaucherie (les gauchers méprisés) avec les troubles psychomoteurs et psycho-émotifs qui peuvent en ressortir donnant des symptômes de la dyslatéralité. Cet aspect psychologique est, je pense, sous-estimé encore de nos jours.
   l’anecdocte de Lewis Carroll avec « Alice au pays des merveilles »
 la démarche scientifique et protocolaire dans la dénomination et la caractérisation des gauchers célèbres.

A noter que l’aspect historique et psychologique peut laisser penser que la lecture peut s’avérer difficile, lourde avec un langage assez soutenu. Mais pas du tout, la lecture est très fluide et contemporaine.

Afin de bien prendre conscience de la position des gauchers dans l’Histoire, le texte de Benjamin Francklin comme pétition de la main gauche, est très touchante. Cette pétition prend la forme d’une mettre écrite par la main gauche mais assimilée à une fillette mal aimée par ses parents qui lui préfèrent sa soeur la main droite. Elle s’adresse ainsi au lecteur pour se plaindre de son sort.
Que ne faut-il pas faire pour faire changer les mentalités?

Petit condensé historique:

Le Moyen-Âge semble être une partie de l’Histoire qui semble avoir était « tolérant » contrairement aux autres époques historiques plus récentes. Tolérance du fait que même si la gaucherie n’était pas vu d’un bon oeil, il ne semble pas y avoir de preuve qu’il y ait eu une répression sociale afin de corriger ce mal.
Le basculement de la vissicitude de la gaucherie pour les époques d’après semble s’opérer en 1530 avec le premier traité qui a pour trait l’apparition des règles de savoir-vivre à table! Viendra ensuite l’alphabétisation pour toutes les classes sociales par la biais des écoles. La tolérance dont semblent avoir bénéficié les gauchers jusqu’à la Renaissance aurait donc pris fin sous la pression civile (avec les coutumes de la table) et de l’école (par l’apprentissage de l’écriture).

Les mentalités vont évoluer en France durant le siècle des Lumières avec Rousseau et Diderot qui proclameront dans leur Encyclopédie, de laisser libre cours à l’ambidextérité des enfants, car établir une forme de discrimination entre les deux mains est contraire à la nature et au bon sens. Mais pour eux, il ne semble pas que l’on puisse user en toute liberté sa seule main gauche…

Les choses vont changer vers la fin du 19ème siècle dans les démocraties anglo-saxonnes avec la prise de conscience des ravages que l’éducation droitière forcenée a occasionné parmi la jeunesse. L’Australie est le premier pays à lever l’interdiction de la main gauche. En France, la Grande Guerre va, malgré elle, jouer un rôle important. En effet beaucoup de mutilés, qui étaient droitiers, sont revenus de la guerre avec la main ou le bras droit amputé. Reste alors la main ou bras gauche pour lequel ils étaient, au final, tout à fait aptes à effectuer plein de choses après rééducation!! Puis vers la fin des années 50, les voix s’élèvent avec notamment la psychologue scolaire Kovarsky. Enfin, un grand tournant s’opère dans les années 60, qui achève le processus de libéralisation.

En bref:

Excellent livre sur les gauchers dans lequel on apprend beaucoup de choses. Je recommande fortement pour tous les gauchers, mais aussi pour les droitiers afin de prendre conscience que cette préférence manuelle, considérée encore il n’y a pas si longtemps comme une « tare » , prend ses racines loin dans l’Histoire et que ses considérations ont évoluées de façon fluctuante jusqu’à aujourd’hui.

Autour du livre:

   L’auteur: Pierre-Michel Bertrand est docteur en histoire. Il a déjà publié, aux Editions Imago, Dictionnaire des gauchers (2004).

   livre emprunté à la bibliothèque

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire