Mes derniers avis romans:



dimanche 22 mai 2016

End, Tome 1: Elizabeth




Scénario: Barbera Canepa
Dessins: Barbara Canepa et Anna Merli
Nationalité des auteures: Italienne
Editions Soleil Productions (06 Juin 2012)
Collection Métamorphose
46 pages
ISBN-10: 2302009592
ISBN-13: 978-2302009592
Genre: Bande-dessinée
Lu le: 15 Mai 2016
Ma note: 16/20



Résumé/4ème de couverture:

Imaginez...
Si le monde autour de vous jamais ne se mouvait.
Si le murmure du vent et le chuchotement de la pluie se répétaient inexorablement dans leur devenir monotone…
Si le silence, souverain, régnait jusqu'à ce que l'invisible ne soit vôtre…
Tel est mon univers.
Un monde où la berceuse du temps a cessé d'entonner sa complainte.
Un monde anémié, privé de toutes couleurs, où les esprits et les âmes perdues trouvent enfin la paix dans leurs mausolées solennels et sans âge...
J'ai 13 ans.
Elisabeth est mon nom.
Mes cheveux sont blancs comme la vie.
Si le cœur vous en dit, vous pourrez me rencontrer.
Mais pour cela, il vous faudra mourir…

L’histoire:

             Un jour, par un portail entrebâillé, Elisabeth a vu sa sœur Dorothea, ses parents et toutes ses camarades de classe autour d’un cercueil blanc. Le sien. Serait-elle morte ? Elle ne peut le croire. Pourtant, nul ne la voit et elle ne peut franchir les limites du magnifique parc où elle est enfermée. Avec ses animaux, Napoléon le chat-serpent, Ulysse la chauve-souris-poule, et Léonardo le crapaud-araignée, elle y passe de longues journées solitaires entre des feuillages qu’aucun souffle ne meut, une lumière diffuse et des statues sans âge. Chaque soir, les éphémères l’obligent en répéter le même rituel. Lassée de cette réclusion, Elisabeth s’apprête à emprunter une voie dangereuse pour quitter ce jardin clos et avertir sa sœur qu’elle est vivante. À l’extérieur, le mystère entourant le décès de la jeune fille intrigue et fait parler les jeunes pensionnaires des nonnes. Alors que Dorothea affronte les médisances de condisciples jalouses et craignant les pouvoirs qu’on lui prête, Nora, l’amie d’Elisabeth, a décidé de mener l’enquête, quitte à transgresser les règles de l’école. Mais, pour toutes, la vérité a un prix et de lourdes conséquences…

Mon avis:

            J’ai choisi d’emprunter cette bande-dessinée par la couverture qui m’a attiré tant par la beauté des dessins que par le mysticisme qui s’en dégage. Et effectivement, dés les premières plongées dans l’histoire, on a la saveur à la fois doucereuse et glaçante des contes gothiques et macabres. 
Tout comme j’ai était enchantée et émerveillée par les magnifiques dessins (je n’ai jamais lu une aussi belle BD) j’ai était déçue du point de vue de l’histoire qui est au final très complexe et dont on se dit que l’on a surement pas tout compris au terme du livre.

Points de vue / Critiques:

            Passez moi l’expression, mais je suis un peu le cul entre deux chaises concernant ma critique de l’histoireLe côté ardu de l’intrigue constitué d’un enchevêtrement d’éléments tous plus énigmatiques les uns que les autres pourrait effrayer le lecteur et le dissuader d’aller plus loin.  De plus, on suit deux histoires différentes, Elisabeth qui est dans un monde parallèle et sa sœur qui est sur Terre. Mais en même temps, ils participent pleinement à l’intérêt de l’histoire, au maintien constant du suspense qui ne cesse de s’épaissir.  On pense à quelques pistes, à quelques réponses esquissées, mais le fait que les propos des personnages sont également énigmatiques, métaphoriques, sans être clairement exprimés, alimentent notre « psychose ». On referme donc ce livre avec tout autant d’interrogations, sans vraiment savoir si l’on a bien compris ce que l’auteur a voulu nous faire passer comme informations. Quoiqu’il en soit, il est certain que ce « stratagème »  nous pousse à vouloir lire rapidement la suite!!!


Le gros point fort de ce livre est le dessin: riche avec beaucoup de détails, un trait travaillé et très soigné. Un univers assez sombre où toutes les planches sont dans les même tons : bleutés avec quelques touches de couleurs vives. Les couleurs sombres sont à l'honneur ; sans pour autant éclipser les quelques couleurs vives qui, du coup, nous éclaboussent la vue en surgissant. Le tout donne un rendu absolument magnifique.  Je suis admirative que ce soit pour les traits fins des personnages, que pour le travail de couleur parfaitement en adéquation avec l'univers proposé. Sans compter sur le style Art Nouveau emprunté avec toutes ses lignes courbes, ses fleurs, ses arabesques... qui s'associent parfaitement une fois encore avec l'ambiance.
Je reste émerveillée par leur beauté et j’en redemande ! Quel beau travail ! 


J'ai trouvé que le thème de la mort est abordée d'une belle façon, et la représentation de l'espoir secret de l'homme qu'il puisse y avoir une seconde vie dans l'au-delà m'a plu. Cette idée est aussi reprise dans les animaux qui subissent une transformation après leur décès, ce qui donne des animaux étranges et tendrement attachants! En fait, on ne sait pas vraiment où se trouve Elisabeth et tout ce mystère entourant sa déchéance et sa famille creuse l’appétit

Napoléon, le chat-serpent
En bref:

            Un début prometteur pour cette bande-dessinée à lire absolument, ne serais-ce que pour la beauté des dessins et les couleurs sublimes mais dont l’histoire reste encore très (voire trop) mystérieuse. Hâte de découvrir le second tome qui éclaircira, je l’espère, les interrogations qui restent en suspens à la fin de la lecture.

Autour du livre:

   livre emprunté à la bibliothèque
   la saga comptera 3 tomes au total, donnant par la même occasion, la signification de END:
              - End, Elisabeth - Tome 1
              - End, Nora - Tome 2
              - End, Dorothea - Tome 3

2 commentaires:

  1. Les dessins sont vraiment magnifiques en effet !

    RépondreSupprimer
  2. Ho oui, vraiment sublimes!!! on sent tout le travail derrière!!

    RépondreSupprimer