Mes derniers avis romans:

samedi 28 mai 2016

Elfes, tome 11 : Kastennroc





Scénario: Jean-Luc Istin
Dessins: Kyko Duarte
Nationalités des auteurs: Française et Espagnole
Editions Soleil productions (23 Septembre 2015)
63 pages
ISBN-13: 978-2-302-04745-7
Genre: Bande-dessinée
Lu le: 26 Mai 2016
Ma note: 18/20




Résumé/4ème de couverture:

Kastennroc est une forteresse légendaire et imprenable. Les Elfes bleus et les Yrlanais tentent d’y piéger l’Elfe noire Lah’saa qui cherche, forte d’une armée de goules de cent mille têtes, à envahir les terres d’Arran. L’armée des Elfes bénéficie du pouvoir du crystal bleu et d’un des plus puissants guerriers d’Arran : Redwin le nain. La guerre embrase Kastennroc et nul ne sait qui en sortira vainqueur.

L’histoire:

             Lah’Saa et ses troupes ont conquis la dernière des cités du Nodrënn. Prochaine étape : les terres d’Arran. Mais auparavant, l’Elfe noire veut posséder le corps de Lanawyn, l’elfe bleu et son pouvoir de crystal bleu. Les elfes bleus ont décidé de ne pas rester à l’abri derrière leurs murs. Ils veulent attirer Lah’Saa et la piégée au sein de la forteresse de Kastennroc, réputée imprenable, en concluant une alliance avec le seigneur de ces lieux. Même si l’équilibre des forces n’est pas en leur faveur, les alliés comptent bien détruire l’armée de goules, galvanisés par l’arrivée du légendaire guerrier nain, Redwin.

Mon avis:

            Cette saga est constituée de cycle avec toujours le même principe : cinq tomes axés sur cinq races d’elfes. Ce tome 11 fait donc parti du troisième cycle. Cette histoire du peuple des Elfes Bleus fait suite à celles du tome 1 « Le Crystal des Elfes Bleus » et du tome 6 « La Mission des Elfes Bleus ».
On retrouve une histoire claire et maîtrisée, dans laquelle on rencontre différentes races avec des personnages très distincts les uns des autres. Le lecteur n’est absolument pas dérouté, mais n’est pas surpris non plus du fait du conformisme de l’histoire qui n’a rien d’original. 
On se retrouve ici au cœur d’un siège et du bataille époustouflante. On ressent la tension qui émane des personnages à la veille d’une grande bataille. Les scènes du siège sont tout simplement magnifiques et reflètent parfaitement la violence des combats et la férocité des goules. Les héros infaillibles et impressionnants accentuent l’aspect héroïque de ce récit fantasy.

Points de vue / Critiques:

            A la lecture des premières pages, l’histoire est horrible, violente et sanglante. Je me suis alors dis que si ça continuait comme ça, c’était pas gagné pour être une bonne lecture. Et au final, l’histoire prend forme et elle est à part entière, autrement dit elle est indépendante des autres tomes que je n’ai pas lu, ce qui ne m’a pas empêché de tout comprendre. 
Car en effet, la trame est académique et la narration est parfaitement maitrisée: on sait tout de suite qui est qui, qui fait quoi, où et pourquoi. J’aime le fait de pouvoir suivre ce genre d’histoires sans me poser la moindre question.

J’ai lu cette bande-dessinée juste après avoir fini « le Hobbit » de JRR Tolkien, qui m’a beaucoup déçue et que j’ai eu du mal à terminer. Et l’histoire de cette BD n’est pas sans rappeler la bataille du gouffre de Helm du Seigneur des Anneaux, à mon grand bonheur! 
On retrouve des hommes, des elfes et des nains qui s’unissent au gré de leurs amitiés et de leurs griefs pour combattre ensemble contre la menace générale que sont les Orks (ici, ce sont les goules, des morts-vivnts).

La montée du rythme est progressive, s’attachant à la tension qui précède l’affrontement et aux petits moments de calme propices à quelques instants de tendresse ou de sourire. L’explosion finale offre toute la dimension épique et la démesure attendue. 

En bref:

           Une excellente bande-dessinée au scénario clair et qui n’est pas sans rappeler « le Seigneur des Anneaux » et ses batailles mémorables entre différentes races.

Autour du livre:


   livre emprunté à la bibliothèque

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire