Mes derniers avis romans:

dimanche 3 avril 2016

L'instant présent (Guillaume Musso)






Nationalité de l’auteur: Française
Editions Pocket
Collection Pocket (24 Mars 2016)
416 pages
ISBN-13: 9782266267724
Genre: Contemporain
Lu le: 31 mars 2016
Ma note: 16/20





Résumé/4ème de couverture:

« Souviens-toi que l’on a deux vies.
La seconde commence le jour où on se rend compte que l’on n’en a qu’une. »

Pour payer ses études d’art dramatique, Lisa travaille dans un bar de Manhattan. Elle y fait la connaissance d’Arthur Costello, un jeune médecin urgentiste. En apparence, il a tout pour plaire.
Mais Arthur n’est pas un homme comme les autres. Deux ans plus tôt, il a hérité de la résidence de son grand-père : un vieux phare isolé dans lequel une pièce a été condamnée. Malgré sa promesse, il a choisi d’ouvrir la porte, découvrant une vérité bouleversante qui lui interdit de mener une vie normale.
Sa rencontre avec Lisa va tout changer et lui redonner une raison d’espérer. Dès lors, Arthur et Lisa n’ont qu’une obsession, déjouer les pièges que leur impose le plus impitoyable des ennemis : le temps.

L’histoire:

Arthur Costello, jeune médecin, va hériter de son père, Frank Costello, du phare au 24 vent. Il a toujours détesté son père, et ce dernier va lui faire promettre de ne jamais jamais vendre ce phare, ni même d'ouvrir la porte murée se trouvant au sous-sol. Ce « secret » s’est transmis de génération en génération puisque le père d’Arthur a lui-même effectué cette promesse à son propre père, Sullivan, promesse qu’il a su tenir. Mais Arthur n’ayant jamais eu confiance en son père, et en sachant son grand-père disparu, il décide d’ouvrir cette porte… Il va alors tomber et se réveiller… un jour… un an plus tard… piégé dans le temps… Arthur Costello devient « l’homme qui disparaît ». Reste à comprendre comment tout cela est possible.

Mon avis...:

… Général:

Je vais tout d’abord avouer que je vais surement manquer d’avis objectif pour cette chronique, puisque Guillaume MUSSO est mon auteur favori n°1!!! Je n’ai jamais était déçue par ses livres. J’attend chaque année avec impatience la date de sortie de son dernier roman (en poche bien sûr!!) car je suis certaine de passer quelques merveilleux précieux jours de lecture.

De manière générale, ce fut une histoire surprenante, attachante, mystérieuse et envoutante. Guillaume Musso a encore su me surprendre: impossible de savoir un tant soit peu ce qui va se passer, tout en flirtant encore une fois avec le surnaturel…!!! Sur fond d’histoire d’amour quasi impossible, il a l’art de faire passer le surnaturel comme naturel et faisant partie de notre quotidien.

… Sur quelques personnages:

Arthur Costello: on retrouve encore (!?) un Costello dans ce livre (dans Central Park, il y avait une Jodie Costello). Arthur est médecin et va se retrouver plongé dans une histoire qui va profondément le changer. Il n’aura pas une vie ordinaire, mais une vie en pointillée, accélérée et décousue. On aime suivre ce personnage qui est le seul que l’on suit constamment puisque nous n’avons presque que son point de vue dans tout le livre. 

Elizabeth Ames: jeune femme au tempérament de feu, elle est en études d’arts dramatiques et la vie ne lui fait pas de cadeau. Elle va entrer dans la vie d’Arthur et va accepter la situation malgré toutes les difficultés que cela implique. J’ai eu un petit plus de mal à m’attacher à ce personnage, contrairement à Arthur, car je l’ai trouvée moins « crédible ».


Point de vue - Critiques:

Je trouve que la 4ème de couverture ne reflétait pas vraiment l’histoire et j’ai trouvé que cela ne collait pas vraiment à l’intrigue en elle-même. En lisant le résumé, on pense que l’intrigue va viser une romance mais le livre est plus centré sur les déboires du pauvre Arthur Costello, qui se retrouve plongé dans un monde étrange qui ne lui permet pas de vivre normalement.

J’ai aimé suivre Arthur de façon chronologique où le lecteur saute de génération en génération pouvant ainsi découvrir ou redécouvrir les différentes époques dans lesquelles on atterrit pendant un bref instant, et où on repart. Cela ne nous permet pas d’avoir de repères fixes dans le livre, tout comme les personnages, sans pour autant nous perdre puisque l’on suit la « logique ». Encore une formidable magie made in Musso!

Concernant l’écriture, on retrouve toujours ce style inimitable et caractéristique de Musso. Je suis vraiment amoureuse de sa façon d’écrire, des mots qu’il choisit, mais aussi de ses citations au début de chaque nouveau chapitre que j’attends avec impatience et que j’aime relever.

Lorsque les révélations commencent, j’ai dû ralentir mon rythme de lecture! En effet, le pourquoi du comment est assez alambiqué. Peut-être même un peu trop? Se serait ma seule et unique critique négative! J’ai dû arrêter plusieurs fois ma lecture dans les dernières pages, afin d’assimiler et pleinement comprendre et de remettre l’histoire dans le bon ordre… Je pensais qu’il y aurait plus d’explications quant aux endroits où Arthur se réveille chaque année. On sait que certaines sont en lien direct avec Lisa, mais pas toutes, dommage...

Ce que ce livre veut nous faire comprendre, est que la seule menace n’est pas le destin, mais soi-même. Ce qui menace Arthur dans sa vie réelle n’est pas un homme qui rôde autour de sa femme, mais lui, homme trop occupé et égoïste pour s’apercevoir que sa femme veut lui offrir un cadeau. C’est donc une analogie : dans sa vraie vie, il aurait du profiter de tout ce qu’il avait, ne pas douter, et dans son livre, il doit profiter également, car rien n’arrête jamais le temps. Ce qui nous renvoie au titre qui prend tout son sens : l’Instant présent.

A l’issu de la lecture, et on peut trouver un lien entre l’histoire et la couverture du livre, cette dernière m’ayant interpellée dés sa découverte, tant elle sort de l’ordinaire de Musso. Les blancs sont comme les moments où on est présent, sans l’être vraiment. Et la femme qui regarde dans le vide, que l’on voit derrière un bras, à demi cachée, est la personne qui compte le plus à nos yeux, mais que l’on ne voit pas vraiment car on lui interdit l’accès à notre petit monde.
Je me suis aussi posée la question (et me la pose toujours), si cette histoire n’a pas une partie autobiographique… Je pense que Guillaume Musso nous a livré une part de lui-même à travers ce livre.

En bref:

J’ai adoré cette lecture mais elle n’est pas un coup de coeur du fait du dénouement un peu trop alambiqué. Mais c’est une histoire encore et toujours bien ficelée, du mystère, de l'imagination, des personnages intéressants, une fin rebondissante et des révélations impensables, dont la lecture est fidèlement agréable. Guillaume Musso nous livre, une fois de plus, un bon roman que l'on dévore sans faim. Le plus difficile est d’attendre un an pour découvrir son prochain roman!!

Autour du livre:

  • L’auteur: Né à Antibes, le 06 Juin 1974 Guillaume Musso commence à écrire alors qu’il est étudiant. À l’âge de 19 ans, fasciné par les États-Unis, il séjourne quelques mois à New York. En rentrant des États-Unis, il passe une licence de sciences économiques à l'Université de Nice, poursuit ses études à Montpellier et passe le CAPES de sciences économiques et sociales. En mai 2001 paraît son premier roman, Skidamarink, un thriller en forme de jeu de piste débutant par le vol de La Joconde au musée du Louvre. Après un grave accident de voiture, Guillaume Musso imagine en 2004 l’histoire d’un enfant revenu de la mort : Et après... ; le roman se vend à plus de deux millions d’exemplaires et est traduit dans une vingtaine de langues. Avec 1 710 500 exemplaires vendus en 2012, Guillaume Musso est pour la troisième année consécutive le romancier français le plus vendu. Ses livres sont traduits dans 36 langues et les ventes totales de ses romans dépassent les 18 millions d’exemplaires. En 2012, il est nommé chevalier de l'ordre des arts et lettres. Il est le frère de Valentin Musso, auteur de romans policiers.


  • "L'instant présent" est le 13ème roman de Guillaume Musso

2 commentaires:

  1. J'avais beaucoup aimé cette lecture même si le dénouement est un peu farfelu !! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui même peut-être un peu trop farfelu, il a fallu que je cogite un peu! ;)

      Supprimer